Les semences sont la source même de la vie (Imagining Sustainability - 3) - CIDSE

Les semences sont la source même de la vie (Imaginer la durabilité - 3)

Cordaid, membre néerlandais de la CIDSE, et Both ENDS ont recueilli les visions et les idées de sept visionnaires du Sud, chacun avec une approche unique pour transformer son rêve en initiatives concrètes et locales. Nous vous présentons leurs visions de la durabilité basées sur les valeurs écologiques et les droits de l'homme dans la perspective de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable «Rio + 20» (20-22 juin 2012). Aujourd'hui, Farida Akhter, militante des droits des femmes du Bangladesh.

«Les semences sont la source même de la vie et les femmes sont celles qui gèrent cette source»

«De plus en plus de gens, en particulier ceux qui vivent et travaillent dans des immeubles de grande hauteur, pensent qu’ils peuvent dominer la nature.» Farida Akhter pense qu’il s’agit là d’une notion typiquement masculine. Selon Akhter, une militante des droits des femmes du Bangladesh, les femmes sont traditionnellement plus proches de la source de la vie. Ils sont également le pivot sur lequel tourne la petite agriculture. L'agroalimentaire à grande échelle, en revanche, exclut les femmes et menace la nature en même temps. «L'agriculture biologique communautaire est la seule voie vers un avenir sain et riche. Pour nous et pour la planète. "

Quand Farida Akhter était en train de rassembler des matériaux pour le livre qu'elle pensait écrire depuis longtemps - au sujet du lien spécial qui unissait les femmes à la nature - elle a interviewé une vieille femme dans une région rurale du Bangladesh. Lorsqu'on lui a demandé si elle allait pouvoir compter sur son fils quand elle ne pourrait plus travailler, la réponse a été «Non». «Ce sont les arbres, qui sont plus fiables que les fils. Si vous avez un arbre, vous pouvez être sûr qu’au moment de Nidan Kal (au moment du décès), les frais funéraires seront couverts par l'arbre.

Femmes et arbresAkhter écrit dans son livre sur ses découvertes cherche à dissiper un mythe populaire, à savoir que les femmes sont les pilleurs de la forêt, qui est basé sur l’image traditionnelle des femmes des zones pauvres qui ramassent des piles de bois de chauffage. Rien n'est moins vrai, affirme Akhter dans son livre. Les femmes ont souvent une relation beaucoup plus intime avec leur entourage que les hommes. Ils ont tendance à traiter la nature avec soin et avec parcimonie. En Asie rurale, ce sont surtout les hommes qui détiennent les actes de propriété, bien que ce soient les femmes - en plus du travail ménager - qui s'occupent du potager et du petit bétail. Ils collectent également les graines qu'ils nourrissent jusqu'à ce qu'ils deviennent des arbres fruitiers et prennent soin de toute leur vie. Les arbres fournissent du carburant sous forme de feuilles et de branches cassées. Et puisqu'un arbre abattu vaut de l'argent, les arbres sont également considérés comme une forme d'assurance-vie.

Outre les semences d'arbres, les femmes du Bangladesh collectent aussi traditionnellement les semences de légumes, de céréales et de riz. Comme le note Akhter, ils gèrent ainsi «la source même de la vie», un rôle essentiel et précieux dans la culture agraire traditionnelle. Mais ce rôle a été soumis à de fortes pressions. Le plus grand coupable: les grandes entreprises agroalimentaires, souvent sous propriété étrangère, qui imposent leurs semences (génétiquement modifiées) aux agriculteurs. Lorsque les paysannes se tournent vers les semences de haute technologie, les femmes n’ont plus la tâche de collecter et de gérer les semences et perdent rapidement leur pouvoir économique. Leurs rôles sont marginalisés; et il ne leur reste plus que des tâches ménagères et des soins pour enfants.

Akhter lutte contre cette évolution à travers son mouvement paysan et ses réseaux internationaux. «Les Monsanto de ce monde veulent nous convaincre que nous avons besoin de leurs semences pour accroître leur production et ils déposent des brevets sur ces semences. Comme si vous pouviez éventuellement obtenir un brevet sur la source de la vie! »Monsanto est, après tout, le premier producteur mondial de semences génétiquement modifiées.

La population du Bangladesh (et ailleurs en Asie) a opposé une résistance considérable aux pressions agricoles à grande échelle. «En cultivant des monocultures, nos sols perdent leur fertilité», souligne Akhter. «Nous avons une crise des abeilles, une crise climatique et une crise de l'eau. De plus, au cours des dernières années 25, les deux tiers de la diversité de nos espèces cultivées ont été perdus. Pulvérisé jusqu'à destruction avec des pesticides, chassé du marché par les semences des grandes entreprises. Des entreprises comme Monsanto vendent à la fois les semences génétiquement modifiées et les pesticides, elles gagnent donc deux fois plus d’argent. Pendant ce temps, nos agriculteurs deviennent de plus en plus dépendants. ” 

La contre-attaque

La résistance à ce développement augmente. Dans de plus en plus de pays asiatiques, des militants paysans créent des banques de semences où les semences de cultures traditionnelles sont stockées pour les générations futures. Akhter était l'un des pionniers d'un mouvement paysan au Bangladesh qui encourage la récupération de l'utilisation d'espèces de légumes et de céréales oubliées. Ceci est combiné avec les pratiques agricoles biologiques et le renoncement à l'utilisation de pesticides et d'engrais artificiels. «En fin de compte, les paysans doivent décider de s’arrêter. Nous offrons les alternatives. Et nous montrons que vous protégez les autres plantes en ne pulvérisant pas. Ce que nous appelons les mauvaises herbes sont en fait des espèces non cultivées, qui sont traditionnellement utilisées à diverses fins: comme fourrage, à des fins médicinales, etc. Ils font partie de notre biodiversité. Et cela ne devrait pas être perdu. "

Le réseau Femmes et biodiversité fait partie du nouveau mouvement de l'agriculture, actif dans les deux tiers des districts du pays. Lors de réunions avec la population, des discussions ont lieu sur le rôle que jouent réellement les gens. Akhter: «Les gens ont tendance à attribuer les problèmes à des choses qu’ils ne peuvent pas comprendre, comme le changement climatique. Mais vous devez savoir que vous contribuez vous-même à empoisonner la Terre en pulvérisant ou en dispersant des produits chimiques. C'est notre message. "

L'organisation d'agriculteurs a ses propres centres dans les zones rurales, où les villageois intéressés peuvent suivre des cours qui durent plusieurs jours et permettent de traiter de nombreux sujets autres que l'agriculture biologique. Akhter: «Beaucoup de jeunes y assistent. Les hommes et les femmes sont assis ensemble, ils font tout ensemble. Les hommes font la vaisselle, les femmes travaillent à la terre. Ainsi, nous brisons les préjugés. Nous respectons les lois sociales et la religion, tout en combattant les concepts traditionnels de ce que les hommes peuvent faire et de ce que les femmes peuvent faire. ”

La conclusion remarquable d'Akhter est qu'il est plus facile de briser les schémas sociaux à la campagne qu'à la ville. Elle pense que c'est parce que dans les zones rurales, les rôles productifs des femmes sont plus clairs. «Tout le monde connaît leur importance: dans l'agriculture, au sein des familles et dans la communauté. Leurs connaissances et compétences sont reconnues. Dans les villes, les femmes passent beaucoup de temps dans les centres commerciaux ou à la maison devant la télévision. Professions improductives. Par conséquent, la société les considère plutôt comme un fardeau que comme une valeur ajoutée. »

Akhter dit que les femmes rurales sont ouvertes aux nouvelles idées. «Tant que cela se fait de manière respectueuse. Prendre en compte les sentiments de chacun tout en parvenant à changer le système. Dans nos centres, de jeunes agricultrices montent sur scène pour se produire. Ils se déguisent en vêtements pour hommes. Ils critiquent le système. Des choses qu'ils n'ont jamais faites auparavant, mais les gens l'acceptent. "

Akhter les rejoint également chaque fois que cela est possible. «Je n'aime pas la ville, même si je dois y passer régulièrement du temps. Mais je me sens toujours fatigué en ville. Et jamais quand je suis à la campagne, où nous nous levons quand le soleil se lève, où nous travaillons avec les paysans, où ils apprennent de nous et nous apprenons de eux. Nous discutons des cultures et de la récolte; nous distinguons les types les plus adaptés aux différentes saisons. Et, pendant le déjeuner sur le terrain, nous essayons de distinguer les sons des oiseaux. Je profite toujours énormément de ça.

Un idéal arcadien?

Farida Akhter est convaincue que l'avenir appartient à l'agriculture biologique à petite échelle. La confiance illimitée dans la révolution verte, les opérations intensifiées et à grande échelle qui sont si mauvaises pour les populations et l'environnement, prendront fin. Même les institutions internationales telles que la Banque mondiale commencent à reconnaître le rôle essentiel joué par les petits agriculteurs. «Dans mon pays, 70 pour cent des agriculteurs travaillent à petite échelle. S'ils s'organisent et reçoivent de bons services de vulgarisation agricole, nous n'aurons plus besoin de ce secteur extrêmement vaste. "

Pour les Occidentaux sceptiques, cela peut sembler un peu trop arcadien ou excessivement romantique. Comme si toutes les vieilles choses ont toujours été meilleures. En outre, le petit agriculteur d’Akhter est-il en mesure de nourrir la population en croissance rapide dans un pays comme le Bangladesh? "Mais bien sûr", réagit-elle. «L’agriculture axée sur la nature, qui suit les saisons et produit principalement des cultures locales, produit effectivement plus que l’agriculture à grande échelle. Les quelques cultures à haut rendement, produites par ces dernières, sont extrêmement sensibles aux maladies et aux ravageurs et sont donc riches en déchets chimiques. En revanche, notre agriculture repose sur des connaissances anciennes. Nos semences n'ont pas besoin de produits chimiques car elles sont adaptées aux conditions locales. ”

Ce qu’il faut, c’est un bon gouvernement qui appuie fermement ses propres agriculteurs au lieu de danser au rythme des grandes entreprises internationales. Akhter ajoute: "Ils ont besoin d'un gouvernement qui n'autorise plus l'importation de semences GM et ne vende pas de précieuses terres arables pour la monoculture. Ce gouvernement doit également élaborer de bien meilleurs plans pour fournir de la nourriture à la population. Il doit être capable de calculer où et quand des pénuries possibles peuvent se produire et de réagir en conséquence. La recherche agraire ne devrait plus être axée sur l’agriculture intensive, mais plutôt sur l’ensemble des espèces et variétés indigènes. "Cela appelle une autre façon de penser que les grandes entreprises veulent entraver."

S'il choisit de suivre cette voie, le Bangladesh deviendra un pays d'exportation de produits agricoles, estime Akhter. «N'oubliez pas qu'à un moment de notre histoire, nous avions des variétés de riz 15,000 ici. Chaque région avait ses propres variétés: aromatiques, très productives, avec une saveur intense, adaptées à certains plats, etc. Avec notre mouvement paysan, nous avons maintenant été en mesure de récupérer et de collecter certains types de 3,000. Aux Pays-Bas, j'entends dire que vous mangez aussi du riz basmati. Si je vous disais qu'il y a beaucoup plus de variétés, chacune avec son propre goût et son arôme, alors les gens seraient sûrement intéressés, pas vrai? Et ce qui va pour le riz va aussi pour nos lentilles.

Les femmes sont celles qui ont le plus à gagner d'une réévaluation de la petite agriculture. Akhter souligne que l'agriculture d'entreprise est une affaire d'hommes. «Les hommes dominent les marchés et le capital, décident du développement des semences et mènent les recherches. Les femmes ne comptent plus. Cela doit s'arrêter. Les décideurs doivent écouter les femmes, reconnaître et soutenir leur rôle essentiel dans l'agriculture. Cela signifiera également une amélioration majeure des rendements. "

Le bonheur est le rêve de tous

Dans un avenir idéal, dit Akhter, notre assiette quotidienne de nourriture contiendra de nombreux types de légumes. Pas seulement le chou-fleur ou l'aubergine, par exemple. En outre, chaque légume a de nombreuses variétés. Ils ont tous leur propre goût. Outre la plus grande diversité offerte, la nourriture est colorée et a un goût meilleur que ce que la plupart des gens mangent aujourd'hui. Il est exempt de produits chimiques et provient de graines récoltées localement. De plus, les gens ne mangent que des légumes de saison. Les saisons sont là pour une raison, observe Akhter, vous devez vous y adapter. «C'est ce que votre corps veut, des produits de la saison. Alors, évitez de manger des produits d'hiver au printemps.

Akhter admet en effet qu'il s'agit d'un savoir traditionnel basé sur ce que nos grand-mères savaient déjà: les types de légumes et de fruits que vous devriez manger pendant certaines périodes de l'année. Par exemple, ils aident les gens à renforcer leur immunité contre certaines maladies. Ce type de connaissances précieuses risque d'être perdu. Elle pense également que les scientifiques reconnaissent de plus en plus qu'il s'agit d'un développement négatif.

Le but ultime de ses efforts est simple, elle déclare: «Pour que les gens aient une bonne vie. Comme disent nos agriculteurs: pour être heureux, c'est ce que nous voulons. Ils n'ont pas besoin d'une grosse voiture ni de beaucoup d'argent à la banque. Nourriture saine et saine, santé pour eux-mêmes et leurs enfants, nature en équilibre. C'est ce que veulent les gens ordinaires. "

-

Farida Akhter, militante des droits des femmes
La reconnaissance des droits des femmes et la préservation de la biodiversité sont les sujets sur lesquels Farida Akhter (1953) est impliquée depuis des décennies, tant au Bangladesh que sur la scène internationale. Elle est directrice d'UBINIG, un institut de recherche activiste au Bangladesh, qui combine des études sur la situation de la population rurale et des activités de plaidoyer politique. Akhter dirige également la seule maison d'édition féministe au Bangladesh. Et elle est l'un des fondateurs de Nayakrishi Andolon (Nouveau mouvement de l'agriculture), une organisation d'agriculteurs qui encourage l'agriculture biologique. Pour ce faire, il distribue du matériel pédagogique et organise des formations pour les habitants des zones rurales et urbaines.

Farida Akhter est un membre actif de nombreux réseaux régionaux qui organisent l'opposition à la modification génétique, à la violence domestique contre les femmes et à la contrainte en matière de planification familiale. Elle a écrit plusieurs livres, notamment Women and Trees and Seeds of Movement: sur les problèmes des femmes au Bangladesh.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange