De grands espoirs, de faibles attentes pour Rio + 20 - CIDSE

Espoirs élevés, attentes faibles pour Rio + 20

Dans 1992, une fille âgée d'un an 13 a demandé aux dirigeants du monde participant au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro de cesser de détruire la planète s'ils ne parvenaient pas à le réparer. Vingt ans plus tard, les dirigeants se réunissent à nouveau à Rio pour discuter de mesures visant à rendre notre monde plus durable, mais malheureusement, il y a eu trop de ruptures et trop peu de réparations entre-temps.

Les politiciens ont timidement tenté de réparer les choses, de relever ensemble les défis mondiaux tels que la pauvreté et le changement climatique. Cependant, notre économie mondiale axée sur le carbone a progressé entre-temps, améliorant le bien-être matériel de certains, mais alimentant également les inégalités économiques, environnementales et sociales. Le changement climatique, qui pose d'énormes problèmes à certaines des communautés les plus pauvres du monde confrontées à des conditions météorologiques de plus en plus extrêmes, en est un exemple évident. L'exploitation des ressources naturelles, qui laisse les habitants de certains des pays les plus riches en ressources naturelles extrêmement pauvres, en est un autre.

Notre délégation de responsables de l'église et de la société civile à Rio + 20 a un message clair. Nous devons nous assurer que tous les êtres humains peuvent mener une vie dans la dignité et en harmonie avec la création. Cela nécessite des modifications fondamentales de notre modèle économique, vénérable pour la croissance et le profit. Concentrons-nous plutôt sur le bien commun, en accordant une attention particulière aux besoins des plus pauvres et des plus vulnérables.

Les dirigeants mondiaux devraient tracer une nouvelle voie vers une société durable, juste et humaine. Cela implique bien plus que des clichés de panneaux solaires, d'éoliennes et d'outils d'efficacité énergétique, qui étaient omniprésents dans la période qui a précédé Rio + 20.

Le développement durable concerne également la santé des entreprises et des finances, par exemple. Trop souvent, les entreprises ne respectent pas les droits humains des communautés locales dans les zones où elles opèrent, notamment dans le secteur des industries extractives. Le secteur financier pourrait faire beaucoup plus pour le bien des personnes et de la planète, par exemple en contribuant aux défis du développement mondial grâce à une petite taxe sur les transactions financières. L'accès à un travail décent et à l'égalité des droits pour les femmes et les hommes fait également partie d'un monde plus durable.

Rio + 20 devrait discuter de solutions réelles, et pas seulement de modifications, qui nous permettront de continuer une consommation et une production non durables. Nous devrions sortir du matérialisme et investir davantage dans le développement humain authentique et le bien-être en communauté. Cela signifie également que nous devrions non seulement mesurer la croissance du produit intérieur brut (PIB), mais aussi mesurer ce qui compte. comme la réduction de la pauvreté et des inégalités, la qualité de l’environnement et le tissu social, par exemple.

En tant qu’agences de développement catholiques, nous demandons aux dirigeants du monde de régler les problèmes, mais nous sommes également prêts à faire notre part. En fait, Rio + 20 est plus qu'un défilé pour les ministres et les hauts fonctionnaires. La «Cupula dos Povos» (Sommet des peuples) réunit des organisations de la société civile et des mouvements sociaux du monde entier pour discuter de solutions alternatives. Il est encourageant de regarder les coalitions colorées d’organisations prêtes à contester les idées de chacun et à proposer des solutions audacieuses. Les pays en négociation devraient se sentir encouragés à suivre le bon exemple et à faire passer les intérêts communs avant les nationaux.

Le monde entier regarde Rio + 20 cette semaine, mais à Rio, la plupart des observateurs sont sceptiques quant à un résultat ambitieux. Les négociations multilatérales se disputent mot pour mot et les pays développés et en développement ne sont pas d'accord sur certaines questions cruciales inscrites à l'ordre du jour. Par exemple, les pays en développement qui commencent à peine à connaître un développement économique refusent d’appuyer des mesures qui entraveraient leur taux de croissance et inviteraient les principaux émetteurs de la planète à diriger leurs efforts. Ils devraient tous faire de notre avenir commun la priorité principale, mais si tous devraient faire leur part, ce sont les épaules les plus fortes qui devraient porter le fardeau le plus lourd.

Rio + 20 commence avec de grands espoirs et des attentes faibles, qui, espérons-le, seront dépassés.

Roeland Scholtalbers, responsable des médias et de la communication à la CIDSE, de Rio de Janeiro

En savoir plus sur la CIDSE à Rio + 20? www.cidse.org/rioplus20

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange