Coûteux et complice - CIDSE

Coûteux et complice

L'UE donne des carottes à Israël alors qu'elle donne le bâton aux Palestiniens

Le Conseil d'association UE-Israël - la réunion au plus haut niveau entre l'Union européenne et Israël - se tient à Bruxelles mardi (24 juillet), à peine un mois après le cinquantième anniversaire de la population de Gaza, sous le blocus imposé par Israël.

Bien que la mise à niveau politique des relations ait été officiellement gelée depuis la guerre de Gaza à 2008-09, l’intensification de la coopération économique et technique semble devoir aller de l’avant, comme d'habitude. Pendant ce temps, l'occupation israélienne continue de fragmenter la population palestinienne en une série de cantons en décroissance, poussant la solution de deux États plus proche de l'impossibilité chaque jour. Combien de temps cette incohérence peut-elle durer?

Les espoirs antérieurs que des liens plus étroits entre l'UE et Israël encourageraient son respect du droit international ont été déplacés. Si l'UE souhaite sérieusement instaurer une paix juste en Israël et en Palestine, elle doit établir un lien plus fort entre ses relations avec Israël et le respect d'Israël du droit international humanitaire et des droits de l'homme, comme le demande une résolution du Parlement européen du 5 juillet. En particulier, il devrait examiner dans quelle mesure les actions internationalement illégales d'Israël restreignent l'aide de l'UE au territoire palestinien occupé et le développement d'un futur État palestinien.

Le Conseil d'association fait suite aux déclarations les plus énergiques des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne sur la situation des droits de l'homme dans le territoire palestinien occupé, selon lesquelles les perspectives d'un État palestinien viable aux côtés d'Israël n'auraient jamais été aussi mauvaises. Une séparation quasi hermétique de Gaza et de la Cisjordanie persiste malgré la reconnaissance du territoire palestinien occupé en tant que territoire unique dans les accords de 1993 à Oslo entre Israël et les Palestiniens. Cette division physique maintient la population palestinienne entreposée dans des unités séparées, leur refusant le droit de se déplacer librement sur leur territoire. En plus des politiques en vigueur à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, qui visent à sécuriser les colonies israéliennes illégales et leur développement (restrictions à la construction de bâtiments palestiniens, démolitions de maisons, déplacements forcés et restrictions de circulation), il semble qu'un futur État palestinien soit réduit un ensemble d’enclaves fragmentées, dépourvues des ressources essentielles et des droits nécessaires au développement.

Ces faits ne sont que trop bien connus et ont été décrits en détail dans les rapports des ambassadeurs de l'UE dans le territoire palestinien occupé, qui déclarent clairement que les politiques d'Israël mettent en péril une solution à deux États. Malheureusement, ils ne semblent pas être pris en compte dans le développement futur des relations bilatérales avec Israël.

Mettre l'aide en jeu montre encore plus clairement que l'UE pourrait gagner beaucoup plus à faire pression sur Israël pour qu'il modifie les politiques d'occupation illégales qui maintiennent de nombreux Palestiniens dépendants de l'aide. Cela serait non seulement conforme au devoir des États membres de l'UE de garantir le respect du droit international humanitaire, mais contribuerait également à l'efficacité et à l'impact de l'aide annuelle de l'UE au territoire palestinien occupé, qui s'élève à plus de 300 millions d'euros.

Les dirigeants européens qui cherchent des liens plus étroits avec Israël feraient bien de rappeler les près de 30 millions d'euros de projets d'aide européens détruits par les opérations militaires israéliennes à Gaza et en Cisjordanie au cours de la dernière décennie. En tant que donateurs d'aide, ils devraient également additionner les coûts de prise en charge de la fermeture illégale de Gaza, une politique qui crée une dépendance à l'aide en premier lieu. Le plan de 13 millions d'euros de l'UE pour améliorer le seul point de passage de Gaza pour les marchandises qu'Israël a laissé ouvert, malgré l'absence de progrès sur l'ouverture d'autres points de passage, et le démantèlement par Israël d'un plus grand point de passage financé par des donateurs plus tôt cette année. .

Enfin, il y a la question générale des énormes quantités d'aide de l'UE investies dans la construction d'un État palestinien. En tant que principal bailleur de fonds de cette entreprise, l'UE est en mesure d'introduire la question des restrictions souvent illégales au développement palestinien dans ses relations bilatérales avec Israël. Et si un tel exercice d'influence de l'UE semble utopique, alors qu'est-ce que l'UE espère construire exactement dans le territoire palestinien occupé?

Donner des carottes à Israël pendant qu'il donne le bâton aux Palestiniens est devenu une formule coûteuse et dangereusement complice. Il est grand temps que les dirigeants de l'UE se rendent compte de cela et présentent à Israël le projet de loi au lieu de passer à un niveau supérieur.

Cet article sur les relations UE-Israël a été publié sur Internet.  European Voice édition en ligne

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange