L'Europe récompense Israël sans condition: comment cela fait-il progresser la paix? - CIDSE

L’Europe récompense inconditionnellement Israël: Comment cela fait-il avancer la paix?

Il n'y aura pas deus ex machina sauver la solution des deux États - qu'attend l'Europe? Le moment est venu d'adopter une politique cohérente et audacieuse qui conditionne les relations futures avec Israël sur le respect du droit international.

Déclarations fortes de l'UE sur la détérioration de la situation dans le territoire palestinien occupé (OPT), qui dénoncent l'expansion sans relâche d'Israël des colonies de peuplement en Cisjordanie et la fermeture de Gaza, et s'inquiètent du maintien de la possibilité future d'une solution à deux États, conflit avec le récent clin d'œil de l'UE à la mise en œuvre urgente des nouvelles activités de coopération 60 avec Israël.

À peine un mois après le cinquième anniversaire de la fermeture de Gaza, l'UE a décidé cette semaine de mettre en œuvre de manière active et urgente les nouvelles activités de coopération entre 60 et Israël, et se tient prête à explorer de nouveaux domaines de partenariat. Cela contraste nettement avec les déclarations énergiques de l'UE sur la détérioration de la situation dans le territoire palestinien occupé, qui dénoncent l'expansion sans faille par Israël des colonies de peuplement en Cisjordanie et la fermeture de Gaza, et s'inquiètent de la possibilité d'une solution à deux États. . Depuis les 1980, l'UE a reconnu le droit des Palestiniens à l'autodétermination et s'est battue pour un État palestinien aux côtés d'Israël. Cela a impliqué un engagement financier énorme en faveur de la construction et du développement d'un État palestinien. Cependant, cette politique européenne n'a aucune chance de réussir tant qu'Israël continuera son occupation. Les relations de l'UE avec Israël constituent un levier important pour promouvoir le respect du droit international. Il est essentiel que l'UE aille au-delà des déclarations et utilise efficacement cette influence.

L'Union européenne a lourdement investi dans les relations bilatérales avec Israël pour des raisons historiques, politiques et économiques. Au début du processus de paix au Moyen-Orient, à l'initiative d'Israël, l'UE a dissocié les relations bilatérales avec Israël des progrès accomplis dans la recherche d'une solution au conflit israélo-palestinien. Au cours des dix dernières années en particulier, un partenariat étroit entre l'Union européenne et Israël s'est développé sur la base de l'accord d'association, qui favorise le libre-échange et la coopération bilatérale. Israël est devenu l'un des partenaires les plus privilégiés de l'UE. Il participe à presque tous les programmes et agences européens dans des domaines tels que l'agriculture, la coopération policière, la recherche et les transports. 

Dans le même temps, les décideurs politiques européens soutiennent qu'ils n'ont pas perdu de vue le conflit: l'accord d'association prévoit que les relations UE-Israël seront fondées sur les droits de l'homme et les principes démocratiques. Après la guerre de Gaza de 2008-2009, l'UE a gelé l'expansion des relations en réponse à l'indignation publique suscitée par les actions d'Israël. Cependant, depuis lors, la coopération économique et technique s'est développée de facto. L'UE se cache derrière le plan d'action - le cadre général actuel de coopération - pour couvrir les affirmations selon lesquelles les relations ne sont pas «améliorées» comme prévu en 2008. Quel que soit le nom que Bruxelles choisit de nommer cette initiative, il n'en demeure pas moins que l'UE s'ouvre créer des opportunités nouvelles et avantageuses pour Israël sans conditionner cela à une amélioration de son respect du droit international humanitaire ou des droits de l'homme. 

L'UE avait espéré que des relations plus étroites exerceraient une influence corrective sur Israël, afin qu'Israël respecte le droit international et se retire progressivement des territoires occupés. Cela s'est avéré être une illusion. L'occupation et les politiques et pratiques illégales qui l'accompagnent sont plus enracinées que jamais, de même que la discrimination contre la minorité palestinienne en Israël. La fermeture israélienne continue de couper Gaza du reste du territoire palestinien occupé et d’empêcher le relèvement après la guerre; en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, l'expansion des colonies de peuplement illégales semble impossible à arrêter. Au service de cette annexion de facto et en violation des Conventions de Genève, les maisons et les installations palestiniennes sont démolies, les civils sont déplacés de force et les constructions et les mouvements palestiniens sont sévèrement restreints. Un futur État palestinien est réduit à une série d'enclaves isolées, sans ressources et sans perspective de développement.

Ces faits ne sont que trop connus. Ils sont décrits en détail dans de nombreux rapports d'organisations de défense des droits de l'homme et de développement, des Nations Unies et de l'Union européenne elle-même. Les décideurs politiques européens ont critiqué les politiques israéliennes de manière de plus en plus forte: dans un rapport divulgué, les chefs de mission européens dans le territoire palestinien occupé ont écrit que la politique de colonisation d'Israël ferme rapidement la fenêtre d'une solution à deux États. En mai 2012, les ministres européens des Affaires étrangères ont adopté leur position commune la plus ferme à ce jour, déclarant sans équivoque que la perspective d'un État palestinien viable est sapée par les politiques d'occupation israéliennes. Malheureusement, l'UE et ses États membres n'ont pas donné suite en exigeant un lien plus fort entre le respect par Israël du droit international et toute coopération accrue. Quand les choses se passent bien, l'UE s'abstient d'exercer une pression réelle sur Israël au-delà des déclarations, prenant plutôt une Realpolitik maintenir le droit international en dehors de ses relations politiques.

Cette incohérence a sapé les propres messages de l'UE sur l'occupation et le droit international. Plus que cela, c'est problématique parce qu'Israël applique les avantages de ses accords bilatéraux avec l'UE à ses colonies illégales. L'UE a officiellement limité l'application territoriale de ces accords au territoire internationalement reconnu d'Israël proprement dit, mais dans la pratique, Israël considère les colonies comme une partie intégrante de l'État. Les décideurs politiques européens acceptent cette «interprétation divergente» et n'ont pas, par exemple, obligé Israël à faire la distinction entre les produits de son territoire reconnu et ceux des colonies. L'UE et ses États membres n'ayant pas encore pris de mesures efficaces à cet égard, certains produits des colonies entrent sur le marché de l'UE en franchise de droits à ce jour et sont présentés à tort aux consommateurs comme des produits d'Israël. Des fonds de recherche européens ont également été accordés à des entreprises implantées dans des colonies qui exploitent les ressources du territoire occupé en violation du droit international humanitaire. De cette manière, l'UE s'est laissée complice du soutien aux colonies.

Rien n'indique qu'Israël appliquera correctement les accords ou que les colonies seront annulées. Au contraire, un comité de juges israéliens a récemment conclu - au mépris de la position du Conseil de sécurité des Nations Unies, de la Cour internationale de justice et de tous les États - qu'Israël n'est pas une puissance occupante et, par conséquent, n'est pas lié par la quatrième Convention de Genève. qui interdit à une puissance occupante de transférer sa population dans le territoire occupé. Alors, s'il n'y a pas d'occupation, quel est le problème avec les colonies? Il est révélateur que les juges aient pris cette décision au motif qu '«il est impossible de prévoir un moment où Israël abandonnera ces territoires, si jamais».

Les actes sont plus éloquents que les mots, et le décalage entre les déclarations de l'UE sur les politiques d'Israël et le renforcement des relations UE-Israël devient particulièrement troublant. L'Europe a créé des attentes dangereuses en renforçant la conviction d'Israël qu'il peut continuer à étendre les colonies et annexer effectivement le territoire occupé sans aucune conséquence réelle. Tant que les dirigeants européens n'envoient pas un signal fort - au-delà des déclarations - que les violations du droit international humanitaire et des droits de l'homme sont inacceptables, ils contribuent à la dégradation de l'ordre juridique international. Ils ignoreront également l’opinion publique, qui est en faveur d’une paix juste au Moyen-Orient.

Il n'y aura pas deus ex machina sauver la solution des deux États - qu'attend l'Europe? Le moment est venu d'adopter une politique cohérente et audacieuse qui conditionne les relations futures avec Israël sur le respect du droit international.

Brigitte Herremans et Deborah Casalin, 25 juillet 2012

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange