Ce que nous devrions apprendre de la flambée des prix alimentaires due à la sécheresse aux États-Unis - CIDSE

Ce que nous devrions apprendre de la flambée des prix des denrées alimentaires due à la sécheresse aux États-Unis

Le prix record des denrées alimentaires causé par la sécheresse chez le plus grand exportateur agricole du monde devrait nous amener à reconsidérer notre relation avec la nourriture et le système non durable que nous avons créé autour d'elle.

En juillet, l'indice des prix des denrées alimentaires de la FAO a grimpé de 2012, ce qui peut être attribué aux conditions météorologiques défavorables, en particulier à la sécheresse qui a sévi aux États-Unis et qui a entraîné la hausse des prix du maïs sur les marchés internationaux. Cependant, nous ne connaissons pas d'événements météorologiques aléatoires. Nous sommes complètement submergés par une transition climatique qui changera notre façon de fonctionner sur cette planète avec des conséquences désastreuses pour les plus pauvres.

Dans 2007-08, nous avons assisté à la première crise alimentaire généralisée des années 30, avec des émeutes dans plusieurs pays 30. De nombreuses excuses ont été données pour rationaliser les hausses de prix, alors que de nombreux décideurs ont choisi de blâmer les fondamentaux de l'offre ou les appétits voraces de la Chine et de l'Inde et ignoraient largement le rôle joué par la spéculation sur les marchés des produits de base pour exacerber la hausse des prix. Inspiré par les crises alimentaires 2007-08, le G20, placé sous la tutelle de la France, a créé des systèmes d'information sur les marchés (AMIS) et un forum de réaction rapide (RRF) afin d'éviter certains problèmes de prévision agricole et d'améliorer la capacité de réaction en conséquence. Bien que bienvenues, ces initiatives reviennent à se cacher derrière une feuille de figue au milieu d’un déluge. La crise alimentaire de 2007-08 n'était pas uniquement le résultat d'une sécheresse en Russie ou de la gourmandise des pays émergents. Le fait est que de nombreux facteurs influencent les prix des denrées alimentaires, y compris nos choix énergétiques.

Les mandats, objectifs et incitations relatifs aux biocarburants sont des moyens astucieux pour satisfaire notre soif insatiable d'énergie. Cela a conduit à une lutte acharnée entre la nourriture et le carburant, comme en témoigne la sécheresse aux États-Unis. Les mandats, les subventions et les objectifs de mélange aggravent l'élasticité de la demande par rapport aux prix, ce qui contribue à la volatilité des marchés des produits de base. Cela alimente des débats houleux aux États-Unis et en Europe sur les biocarburants, qui montrent la nécessité inévitable de changer nos stratégies.

Ce moment est le reflet des jours à venir, où le changement climatique modifiera inévitablement nos capacités de production et impactera les prix côté offre. Nous devons maintenant choisir, ajuster le «business as usual» ou continuer à permettre aux marchés financiers de spéculer sur le prix des matières premières, continuer à détourner les cultures vivrières pour les biocarburants et continuer à poursuivre des modèles industriels de production agricole qui affaiblissent nos sols et réduire notre résilience, ou notre capacité à réagir, au changement climatique

Nous avons besoin de réglementations de marché pour réduire la volatilité, de mandats et de subventions sur les agrocarburants, de réserves de nourriture stratégiques pour soutenir les marchés locaux et aider à atténuer la volatilité des prix des denrées alimentaires. Nous avons désespérément besoin de modèles de production plus durables et plus résilients pouvant s'adapter changement climatique. En bref, nous devons revoir toute notre relation à la nourriture, de la façon dont nous la cultivons à la façon dont nous la mangeons, de peur de voir nos vaches et nos voitures mieux nourries que nos enfants.

La CIDSE s'est engagée à exposer l'éléphant dans la salle et à pousser les décideurs politiques à réagir de manière globale à la crise de notre temps, en veillant à ce que les droits fondamentaux d'une alimentation adéquate ne soient pas anéantis par des intérêts économiques et par le profit. L'année dernière, nous avons concentré nos travaux sur l'alimentation et l'agriculture sur la volatilité des prix des aliments. Plus tard cette année, nous publierons un document sur les principes qui devraient régir les politiques alimentaires et agricoles face au changement climatique. Nous présenterons nos recommandations au 39th session du Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale (octobre 2012) et au Sommet des Nations Unies sur le climat à Doha (novembre 2012) plus tard cette année.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange