De Durban à Doha, pour la justice climatique - CIDSE

De Durban à Doha, pour la justice climatique

Alors que les négociations climatiques des Nations Unies reprennent à Bangkok cette semaine, en préparation du sommet de Doha plus tard cette année, la question est de savoir où la conférence de Rio + 20 de juin sur le développement durable nous a laissés face au changement climatique?

Après la quasi-faillite du sommet sur le climat de Durban à la fin de 2011, la conférence des Nations Unies sur le développement durable, qui devait se tenir en juin dernier à Rio de Janeiro, avait encore de l'ambition. Notamment niveaux croissants des émissions de CO2, les évaluations de la gigatonne gap d'émissions entre les engagements politiques actuels et les besoins scientifiques pour éviter les pires scénarios climatiques, ainsi que les dernières conclusions de la GIEC sur les liens entre le changement climatique et les événements extrêmes et les catastrophes, a demandé une attention urgente.

La conférence Rio + 20 a été l'occasion de convenir d'engagements contraignants en faveur d'un développement sobre en carbone, fondé sur l'efficacité énergétique, les énergies renouvelables et les énergies propres et sûres, ainsi que de reconnaître l'échec des engagements en matière de lutte contre le changement climatique et de plaider pour des objectifs plus ambitieux. C’était également le moment de soutenir l’élaboration de modèles non seulement verts, mais justes, en reconnaissant le caractère limité des ressources naturelles, en réorientant les modes de consommation peu rentables vers des modes de consommation durables et en supprimant les subventions néfastes telles que: ceux sur les combustibles fossiles.

Les décideurs étaient censés s'éloigner des sentiers battus et soutenir les solutions durables qui s'imposaient de toute urgence. Ils n'ont pas réussi à le faire. Le document final est assez faible, minimisant l’importance de plusieurs questions et avec très peu de décisions sur la table.

En ce qui concerne le changement climatique, le document final reconnaît seulement que le changement climatique est un défi sans précédent et un sujet de préoccupation, qui est presque un affront pour ceux qui subissent déjà ses impacts. Les parties de Rio ont fini par demander à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et aux parties au Protocole de Kyoto de «mettre pleinement en œuvre leurs engagements». Mais ce n'est pas assez. Ces engagements nous mettent sur une + 3 ° C hausse de température, quand on sait que pour certains pays, le seuil de survie est un Augmentation de 1,5 ° C. Ce qu'il faut pour les plus vulnérables, c'est plus d'ambition et une plus grande urgence à agir. Rio + 20 n'a ​​pas livré cette ambition.

Rio + 20 a toutefois fourni quelques éléments sur lesquels s'appuyer, tels que la reconnaissance de l'urgence des mesures d'adaptation, la nécessité de financer le climat pour des actions d'adaptation et d'atténuation dans les pays en développement et l'identification de mécanismes de financement innovants. une des sources prometteuses de financement climatique.

À partir de la réunion intersessions de la CCNUCC à Bangkok, la CIDSE tentera de faire en sorte que ces étapes naissantes soient suivies d’engagements plus fermes au sein de la CCNUCC, faute de temps pour de nouveaux sommets sur le climat ayant échoué.

Le sommet de Doha, qui commence fin novembre, doit déboucher sur une deuxième période d'engagement du protocole de Kyoto, dans laquelle l'intégrité environnementale est sauvegardée et l'ambition élevée. Pour combler le déficit d’émissions, il faut que toutes les parties, de même que les pays développés, soient plus ambitieux. Il doit fournir un programme de travail clair pour parvenir à un accord mondial sur le climat, comme prévu l'année dernière à Durban. Enfin, Doha doit de toute urgence débloquer des fonds pour la lutte contre le changement climatique et pour permettre au Fonds vert pour le climat d'éviter un déficit financier après 2012, alors que le «financement à démarrage rapide» touche à sa fin. Bangkok doit être une étape constructive pour que cela se produise à Doha.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange