Une taxe sur les transactions financières est en route, mais qui profitera de ses revenus? - CIDSE

Une taxe sur les transactions financières est sur le point d'arriver, mais qui bénéficiera de ses revenus?

Conçu à l'origine pour aider les plus pauvres, il existe un risque réel que les recettes de la TTF soient utilisées pour le sauvetage futur du secteur financier.

La Commission européenne (CE) a Donner le feu vert aux États membres de l'UE 11 mettre en oeuvre un Taxe sur les transactions financières (TTF), démontrant ainsi que l’UE n’a pas l’intention d’être prise en otage par les intérêts acquis du secteur financier. Cependant, maintenant que la taxe est enfin en vigueur, la question est de savoir si elle profitera à ceux à qui elle était destinée à l’origine, aux plus pauvres, ou si elle finira par boucher les budgets nationaux avec des fuites ou constituer un fonds de sauvetage pour les banques et les institutions financières.

Il y a neuf mois, la CE a proposé une faible taxe à l'échelle de l'UE - 0.1% sur les transactions d'actions et d'obligations, 0.01% sur les autres transactions - qui devrait rapporter environ 57 milliards d'euros par an. Maintenant qu'un groupe de onze représentant les deux tiers de l'économie européenne, y compris la France, l'Allemagne et l'Italie, allez-y, les recettes de la taxe sont susceptibles d'être substantielles.

En plus de lever de grosses sommes d’argent, la taxe vise également à limiter la spéculation financière excessive et à stabiliser les marchés financiers. Mettre l'argent de côté dans un fonds de sauvetage pour un futur krach financier inciterait le genre de comportement irresponsable que la taxe permet de freiner. Ce serait comme dire à un enfant de ne pas sauter les escaliers tout en plaçant un matelas au fond pour empêcher sa chute.

Plutôt que d'utiliser ses revenus comme amortisseur pour les institutions financières qui adoptent un comportement financier risqué il devrait être utilisé pour résoudre les problèmes de pauvreté et d'inégalité il a été conçu à l'origine pour.

Nous devrons peut-être rafraîchir un peu la mémoire de nos politiciens sur ce point. Au début des 1970, l'économiste américain James Tobin était le père fondateur d'une taxe sur les transactions de change visant à réduire la spéculation sur les marchés monétaires internationaux, qu'il considérait comme dangereux et improductif. Il était fermement inscrit à l'agenda politique grâce aux efforts d'ONG et d'experts en développement. Les gouvernements au Canada et en France ont publié des études et des enquêtes sur la taxe.

Au début du nouveau millénaire, les ONG ont exercé de fortes pressions pour que la taxe sur les transactions monétaires soit l'un des piliers du financement d'une nouvelle ère de développement. Dans 2005, le gouvernement belge a défini la législation nécessaire pour qu'une telle taxe soit utilisée pour atteindre les objectifs de développement. La même année, la France et l'Espagne se sont associées au Brésil et au Chili pour souligner la nécessité d'un financement innovant pour le développement dans leur "Action contre la faim et la pauvreté". 

Avec le début de la crise financière en 2008, l'attention politique pour la TTF s'est rapidement accrue. Soutenu par l'Allemagne et la France, le G20 a chargé le FMI d'examiner la TTF comme un moyen pour le secteur financier de payer les dommages qu'elle a causés. Dans le même temps, les préoccupations liées à la crise ont également dilué l'attention portée à la dimension développement de la TTF.

Après près de trois décennies d'efforts des militants du développement et des experts en faveur des TTF, il serait diabolique de refuser aux revenus de la TTF le potentiel de contribuer à un meilleur avenir de millions d'hommes, de femmes et d'enfants pauvres et de les utiliser à la place pour garantir l'avenir des mêmes acteurs. largement responsable de la crise dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange