Le sommet de Doha doit jeter les bases de la justice climatique, disent les réseaux catholiques de développement - CIDSE

Le sommet de Doha doit jeter les bases de la justice climatique, selon les réseaux de développement catholiques

Les réseaux catholiques de développement CIDSE et Caritas Internationalis sur leurs attentes pour le sommet sur le climat de Doha, 26 novembre - 7 décembre 2012. (version française et espagnole ci-dessous).

Communiqué de presse de la CIDSE et de Caritas Internationalis - pour diffusion immédiate, 22 novembre 2012

(Bruxelles / Rome, 22 / 12 / 2012) Selon CIDSE et Caritas Internationalis, des réductions plus importantes des émissions de gaz à effet de serre (GES), des fonds mobilisés pour soutenir les communautés vulnérables les plus touchées par le changement climatique et un plan de travail clair un accord mondial sur le climat conclu avec 2015 est le fondement d’un sommet COP18 sur le climat qui se tiendra à Doha (Qatar) (26 novembre -7 décembre 2012).

Pour ouvrir la voie à un nouvel accord sur le climat juste, efficace et contraignant pour 2015, CIDSE et Caritas Internationalis, qui représentent les agences de développement catholiques 180 du Nord et du Sud, affirment que Doha doit tenir des engagements sérieux et des progrès concrets.

Bien que tous doivent assumer leurs responsabilités pour lutter contre le changement climatique, les économies les plus avancées du monde doivent prendre les devants en réduisant les émissions de manière significative. Le Protocole de Kyoto est actuellement le seul outil mondial contraignant de réduction des émissions, mais bon nombre des plus grands émetteurs de GES du monde n'y participent pas ou ne s'en retirent pas car une deuxième période d'engagement du Protocole commence en janvier 2013.

"Trop peu avec trop peu d'ambition: c'est le problème principal. Le nouveau rapport de la Banque mondiale montrant que nous nous dirigeons vers un monde en degrés Celsius + 4 n'est que le dernier d'une série de sonneries d'alarme auxquelles tous les pays doivent réagir. Nous avons besoin de réductions d'émissions plus importantes et d'économies durables à faibles émissions de carbone pour protéger les personnes les plus vulnérables déjà soumises à des conditions météorologiques de plus en plus extrêmes et pour protéger les générations futures.Secrétaire général de la CIDSE Bernd Nilles m'a dit.

À 2010, les pays développés ont créé le Fonds vert pour le climat (GCF), qui s'est engagé à verser chaque milliard de dollars 100 par an pour répondre aux besoins climatiques des pays en développement. En décembre de cette année s'achève la première période de financement pour le climat, mais rien ne garantit l'avenir du financement à partir de 2020.

"Les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables du monde, en particulier les petits agriculteurs des pays en développement, qui souffrent des conséquences d'un problème créé par d'autres, doivent être au cœur des négociations sur le climat. Mais comment ces pourparlers sont-ils censés avancer si les pays riches rétractent les promesses faites pour soutenir leurs efforts d'adaptation au changement climatique?”Secrétaire général de Caritas Internationalis Michel Roy m'a dit.
-

Contacter

Pour plus d'informations ou pour organiser des entretiens (dans différentes langues) avec les experts climat de la CIDSE et de Caritas du Sud et du Nord:

Notes aux éditeurs

Le sommet de Doha doit jeter les bases de la justice climatique, affirment les réseaux de développement catholiques

Communiqué de presse de la CIDSE et de Caritas Internationalis - pour publication immédiate, le 22 novembre 2012

(Bruxelles / Rome, 22 novembre 2012) - Une réduction de l'émission de gaz à effet de serre, de l'argent sur la table des paiements about the accord to global on 2015 on the world, as the as the CIDSE and Caritas Internationalis, the ingredients of COP 18 réussi. Le sommet mondial sur le climat se tiendra à Doha, au Qatar, du 26 novembre au 7 décembre 2012.

2015, Doha doit être masqué par des instructions avancées et concrètes, déclaré par la CIDSE et Caritas International, deux réseaux internationaux représentant 180, des organisations de développement catholiques du Nord et du Sud.

S'il incombe à chacun de prendre ses responsabilités face aux changements climatiques, c'est aux économies plus avancées de donner de manière significative leurs émissions de gaz à effet de serre. For the time of Kyoto Protocol is the alone et un instrument unique mondial contraignant en matière. Le problème, c'est ce qui a été le plus gros des émetteurs de la planète ou qui ont été enlevés au début de la seconde période d'engagement, en janvier 2013.

« Manque de moyens et d'ambition: tout est là. Le nouveau rapport de la Banque mondiale, qui nous annonce une augmentation de la mondiale de 4 degrés Celsius, que n'est que le énième cri d'alarme qui doit nous faire réagir. Il faut une réduction et une définition des émissions de gaz à effet de serre et la mise en place d'économies durables et sobres en carbone pour protéger les populations vulnérables déjà victimes d'épisodes extrêmes et pour préserver les générations futures, » déclarer Bernd Nilles, Secrétaire général de la CIDSE.

En 2010, les pays développés ont été créés par le Fonds vert pour le climat, ils se sont engagés à fournir des aliments à hauteur de 100 en milliards de dollars par une jusque 2020 pour les pays en développement. Ou la première période de financement climatique s'achève en décembre de cette année, et rien ne se passe que le Fonds sera financé à partir de 2013.

«Ce sont les populations les plus pauvres et les plus vulnérables en général, et les petits paysans des pays en développement en particulier qui subissent les effets d'un problème qu'ils n'ont pas créé qui doivent être au cœur des négociations sur le climat. Mais comment les pourparlers peuvent-ils avancer si les pays riches renient leurs promesses de soutien aux efforts d'adaptation au changement climatique? » demande Michel Roy, Secrétaire général de Caritas Internationalis.
-

Contacter

Pour en savoir plus, ou pour convenir d'une interview (plusieurs langues) avec des experts du climat du Nord et du Sud, contactez-nous:

Remarques à MM. les rédacteurs

  • La CIDSE est une alliance internationale d’agences de développement catholiques. Ses membres s'efforcent de réduire la pauvreté et d'instaurer la justice dans le monde selon une stratégie qui leur est commune. www.cidse.org


La base de Doha a été créée sur les bases de la justice sociale, de l'avocat aux droits de la personne

(Bruselas / Roma, 22/12/2012) Para CIDSE y Caritas Internationalis, los ingrédients principales para que la cumbre COP18 sobre el clima, que se celebrará en Doha, Qatar (del 26 de noviembre - 7 de diciembre de 2012), sea un éxito, son: mayores recortes a las emisiones de gas de efecto invernadero (GEI), fondos disponibles para ayudar a las comunidades vulnérabilité más afectadas por el cambio climático y un plan de trabajo claro, con el fin de alcanzar un acuerdo mundial sobre el clima en 2015.

En fin de parcours, nous nous sommes engagés dans une action en faveur de l'environnement, notamment dans les domaines de la justice, du droit d'auteur, du droit d'auteur et de la politique de la vie, en tant qu'organisme de promotion de la religion pour le développement, pour la détermination de la définition, compromis serios y progresos concretos.

Cliquez ici pour afficher les statistiques sur les actions, les responsabilités du gouvernement du climat, les économies et les technologies de base pour réduire le taux d'inactivité et réduire les émissions de violence. Le protocole de l'action est actuellement mis à jour par le gouvernement, il est recommandé de réduire le nombre de membres, le montant des taxes à payer, le nombre de cartes de crédit émises par le gouvernement, le nombre de points, le nombre de points, le nombre de jours ou la durée du séjour, ainsi que la durée et le poids de la procédure. 2013.

"Poco y con pocas ambiciones: c'est le problème principal. Le nouveau livre indique le montant total des demandes de remboursement de la part d'un + 4º et de la décision d'une série d'une série de sirènes d'alarme, ainsi que des informations sur le prix et les conditions de vie, ainsi que le respect des règles. Necesitamos recortes mayores y a an économía sostenible, de consommation de carbone, de protection et de protection contre les vulnérabilités, ainsi que de la sécurité, des conséquences pour la sécurité, des conditions extrêmes, des conditions extrêmes"Dit Bernd NillesSecrétaire général de la CIDSE.

En 2010, les paiements sont créés par le Fond Vert pour les Droits (CGF), promis par 100 mil millones de USD par mois par 2020, par tous les prix, par nombre de dollars par jour par jour par jour par jour. En décembre de cette année, voici la liste des principales périodes de financement pour les dépenses, sans frais supplémentaires pour les finances, à partir de 2013.

"Les erreurs les plus importantes dans le monde, en particulier les agriculteurs et les agricultrices de pays pauvres dans le monde, parmi lesquelles des peines consacrées à la résolution des problèmes, sont énumérées ci-dessous. En savoir plus sur ce que sont les progrès futurs dans les négociations avec les retraites sont retirés des promesses faites avant le retour de l'aide pour l'adaptation au changement climatique?"Dit Michel RoySecrétaire général de Caritas Internationalis.
-

Contact

Pour plus d'informations sur les entrevues concordantes (en plusieurs langues) avec des experts sur le climat ambiant de CIDSE et Caritas, sur la Sur et dans le Nord:

Notas a los editores

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange