Doha: quelle est la prochaine étape du financement climatique? - CIDSE

Doha: quelle est la prochaine étape du financement climatique?

Une pierre d'achoppement cruciale ici à Doha sera la question du financement climatique. Avec Fast Start Finance (FSF) qui doit s'achever à la fin de cette année, les communautés les plus vulnérables, victimes du changement climatique, se demandent maintenant à juste titre: quels plans de financement les pays développés ont-ils dans leurs manches pour répondre au besoin urgent? pour l'action climatique?

Ce qui est également clair à présent, c’est que ces mêmes communautés ont été brutalement transformées: alors que les gouvernements des pays développés se félicitaient pour avoir tenu leurs promesses de la FSF mardi, un récent Bulletin ECO a confirmé que les chiffres présentés par les dirigeants n'étaient rien d'autre qu'un écran de fumée pour une comptabilité créative, car en réalité, seulement 33% de la FSF était de l'argent «nouveau» (c'est-à-dire en plus des engagements existants avant Copenhague), et environ 24% en plus des promesses d'aide existantes. Seul un cinquième des financements a été consacré à l'adaptation et moins de la moitié a été mis à disposition sous forme de subventions. Le déséquilibre flagrant de l'argent dépensé pour l'atténuation et l'adaptation - cette dernière étant une priorité urgente pour les communautés vulnérables en première ligne des impacts climatiques, tout en étant constamment balayé sous le tapis par les négociateurs - a encore une fois brillé. Dans l'ensemble, il n'y a donc pas grand-chose que les pays développés fêtent légitimement sur le front financier.

Mais la question brûlante «quelle prochaine» pour financer C’est sur quoi notre attention se concentrera dans les prochains jours. Alors que la perspective d’une «falaise financière» se profile de plus en plus proche, les pays développés doivent prendre de nombreuses mesures urgentes et concrètes pour que les résultats de cette conférence soient considérés comme un succès, de quelque manière que ce soit.

Tout d'abord, les pays développés parties doivent honorer leur engagement de `` 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 '', non seulement en répétant que le financement continuera à affluer, mais en fournissant une feuille de route pour un financement climatique accru de 2013 à 2020, et en garantissant un ensemble équilibré entre atténuation et adaptation. Le chiffre d'or de 100 milliards de dollars doit être atteint exclusivement à partir de sources publiques, y compris des sources innovantes telles qu'un Taxe sur les transactions financières.

Deuxièmement, il faut injecter de l'argent dans le Fonds vert pour le climat sans le sou au cours des prochaines années 3. Le mécanisme de reporting et de comptabilité des finances actuellement en place nécessite un nettoyage approprié du printemps, afin de garantir que les gouvernements ne soient pas autorisés à se soustraire à leurs responsabilités en masquant, par exemple, l'aide au développement attribuée à l'étranger préaffectée sous forme d'argent supplémentaire pour l'action climatique.  

Enfin et surtout, compte tenu de la fermeture probable du groupe de travail sur l’action coopérative à long terme (ACV) après Doha, les gouvernements doivent agir dès maintenant pour créer un nouvel espace de négociation dédié au financement de la lutte contre le changement climatique, plutôt question essentielle du financement en tant que «problème technique», qui non seulement anéantirait tout espoir de faire en sorte que les gouvernements tiennent leurs promesses financières, mais compromettrait aussi sérieusement toute crédibilité de la société. CCNUCC négociations en général, au détriment réel et durable des communautés les plus pauvres, dépendantes d'un changement positif.

Suivez la CIDSE à Doha via Twitter et un Facebook.

Partager ce contenu sur les médias sociaux