Appel au réveil pour les négociations de Doha sur le climat - CIDSE

Réveil aux négociations de Doha sur le climat

Après une semaine de négociations avec peu ou pas de progrès, les ministres arrivent à Doha avec une incertitude croissante quant à l'issue positive des négociations sur le climat.

Autrefois modeste village de pêcheurs, Doha s'est rapidement transformée en une capitale animée d'un pays riche lorsque d'énormes réserves de gaz ont été découvertes. L'avion qui m'a emmené au Qatar a circulé pendant près d'une heure dans l'obscurité au-dessus de la ville lumineuse. J'avais l'impression d'être accroché au-dessus d'un flipper géant et je ne pouvais m'empêcher de me demander si la planète Terre allait finir au-delà des palmes des négociations sur le changement climatique.

Organisées par la> Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), les discussions sur le climat de cette année sont entrées dans leur deuxième et dernière semaine hier (lundi 3 décembre). Aujourd'hui, les ministres du gouvernement font leur apparition à Doha pour confirmer les accords que leurs négociateurs sur le climat ont préparés en 2012 sur la base des résultats du sommet sur le climat de l'année dernière à Durban, en Afrique du Sud, qui a commencé les préparatifs d'un nouvel accord mondial sur le climat d'ici 2015. 

À Doha, les discussions tournent principalement autour du protocole de Kyoto, qui expire fin 2012 et est actuellement le seul accord international contraignant pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, ainsi que sur les vœux des pays développés de soutenir financièrement les pays en développement qui réagissent au changement climatique. Peu ou pas de progrès sur les deux points au cours de la première semaine de négociations s'ajoute aux craintes que le sommet ne puisse pas répondre aux besoins les plus urgents et jeter les bases d'un nouvel accord ambitieux sur le climat.

En ce qui concerne le protocole de Kyoto, il existe un désaccord majeur sur le point de savoir si les pays devraient être autorisés à reporter un excédent de crédits de carbone, ce qui représente des quotas d'émission de gaz à effet de serre, dans une deuxième période d'engagement du protocole. Les pays ayant un excédent d’avantages, comme la Pologne, qui accueillera le sommet sur le climat 2013, s’opposent aux projets de limitation ou d’annulation des crédits restants de la première période d’engagement.

On financement climatique, les pays développés continuent de répéter qu’il y aura également des fonds pour les projets d’adaptation et d’atténuation dans les pays en développement à partir de 2013. Dans le même temps, il n’ya pas de signe concret quant à la façon dont ils vont augmenter les financements pour atteindre le milliard de dollars par an qu’ils ont promis. Cela laisse peu de précision aux communautés les plus vulnérables du monde sur le soutien auquel elles peuvent s'attendre pour faire face aux impacts du changement climatique.

Après une première semaine de négociations difficile, les pays développés doivent faire preuve d’ambition. La CIDSE espère que l'arrivée des ministres stimulera les négociations, en ajoutant le leadership politique indispensable.

Lundi, j'ai parlé à Isaac Kabongo de la Ecological Christian Organization en Ouganda, partenaire du membre néerlandais de la CIDSE Cordaid. Dans son pays, où les épisodes de sécheresse sont de plus en plus longs et de plus en plus fréquents, il est urgent de s'attaquer aux effets des changements climatiques.

L'action climatique consiste autant à nous sauver qu'à protéger les autres, m'a dit Kabongo, car «il s'agit de sauver la race humaine de l'épuisement».

Il espère que les pays développés apporteront bientôt des éclaircissements sur le financement climatique. Selon Kabongo, c'est important «non seulement pour aider l'Ouganda à faire face à un climat changeant à court terme, mais aussi pour construire des communautés plus résilientes, une économie plus résiliente et une société plus résiliente pour l'avenir».

Regardez l'interview d'Isaac Kabongo dans la vidéo ci-dessous.

Dites-nous pourquoi vous pensez que nous devons garder confiance dans la justice climatique Facebook et en utilisant #faithcop18 sur Twitter. Regarder d'autres vidéos #faithcop18.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange