Fêtes, montez dans l'assiette! - CIDSE

Fêtes, prenez les devants!

Lorsque les Ministres sont arrivés à Doha au début de la deuxième semaine, presque aucun progrès n'avait été réalisé sur aucune des questions cruciales des négociations sur le climat. Quelques jours plus tard, la ligne d'arrivée approche à grands pas. Voyons où nous en sommes. (Version FR ci-dessous)

Dans l’ensemble, les discussions ont été difficiles et les tables rondes ministérielles ont porté plusieurs questions épineuses du niveau technique au niveau politique. Les ministres seront-ils prêts à relever le défi d'injecter une certaine volonté politique et d'aller au-delà des intérêts nationaux pour répondre aux besoins urgents des plus démunis et dans l'intérêt de notre avenir commun?

En ce qui concerne la deuxième période d'engagement du protocole de Kyoto (PK), rien n'indique que l'ambition ait progressé. L'UE n'ira pas au-delà de son objectif actuel -% NNUMX sauf si les autres parties se déplacent, et elle ne veut pas envisager l'annulation des crédits carbone dans KP20. Jusqu'à présent, aucune des parties présentes n'a annoncé d'urgence des réductions d'émissions plus ambitieuses.

Un KP2 faible est un mauvais signe en ce qui concerne la confiance et l'ambition nécessaires pour conclure un nouvel accord mondial sur le climat incluant toutes les parties, pas seulement le groupe actuel des pays développés, qui ne représente que 15% du total des émissions mondiales. Tous devraient penser au bien commun et sortir de leurs positions actuelles. En tant que champion du climat, l'UE devrait montrer la voie à plus d'ambition. Les discussions sur la deuxième période devraient se terminer aujourd'hui, ce qui laisse les observateurs interrogés sur la forme et l'ambition de ce qui est en réalité un nouveau traité. Nous avons besoin de KP2 et nous avons besoin qu’elle soit forte, car il ne s’agit pas uniquement de maintenir le régime climatique international en vigueur, mais également de préparer le terrain pour un accord mondial ambitieux et équitable avec 2015.

Il n’est pas donné que des discussions sur une action coopérative à long terme (ACL) puissent être clôturées. Il manque toujours un consensus sur des questions cruciales, en particulier sur les finances, et il semble difficile de résoudre ce problème. Les ministres de la Suisse et des Maldives ont maintenant la tâche d’élaborer un résultat satisfaisant sur cette piste, ce qui sera difficile à résoudre si le financement n’en fait pas partie. Le financement de la lutte contre le changement climatique revêt une importance fondamentale pour les pays en développement qui s'efforcent de s'adapter aux effets du changement climatique.

La finance peut se révéler être un facteur décisif ou un négociateur ici à Doha. Les promesses du Royaume-Uni, de l'Allemagne, du Danemark, de la Finlande et de la Suède sont un premier pas et une initiative bienvenue après un trop long silence sur cette question. Espérons que cela incitera d'autres pays à agir et que nous verrons plus d'argent sur la table, voire mieux, dans le Fonds vert pour le climat d'ici la fin de la semaine. En fait, ce qui a été promis jusqu'à présent est loin de ce qui est nécessaire pour répondre aux besoins existants et honorer les engagements qui ont été pris.

Nous avons besoin d’engagements concrets dans un texte qui puisse être convenu ici à Doha, engagements qui aboutiront à un financement climatique prévisible, pouvant être suivi, consigné et vérifié. De plus, comme toutes les questions liées à l'augmentation du financement climatique ne seront pas résolues ici, un espace politique de haut niveau devrait être créé pour déterminer comment les pays développés atteindront le milliard de dollars XN par an promis par 100.

Jetez un oeil ici Colette Benoudji, de l’ONG pour l’environnement, Tchad, parle du changement climatique dans son pays et de la nécessité de garder confiance dans les pourparlers sur le climat. Dites-nous pourquoi vous pensez que nous devons garder confiance dans la justice climatique Facebook et en utilisant #faithcop18 sur Twitter. Regarder d'autres vidéos #faithcop18.

-

Doha: Fêtes, retroussez vos manches!

Quand les ministres ont rejoint Doha au début de la 2ème semaine de négociations, peu de progrès ont été faits sur les enjeux majeurs de ces négociations climat. Quelques jours plus tard et l'échéance finale approchant rapidement, voyons où nous en sommes. 

De manière générale, les discussions sont fastidieuses et plusieurs sujets, sur lesquels aucun consensus n'a pu être trouvé au niveau technique, ont été renvoyés aux tables-rondes ministérielles. Les ministres seront-ils à la hauteur du défi, sauront-ils insuffler la volonté politique nécessaire et dépasser les intérêts nationaux pour répondre aux besoins urgents des plus vulnérables et préserver notre futur commun?

Concernant la 2nde période d'engagement du protocole de Kyoto, il n'y a pas de signes de progrès en termes d'ambition. L'UE ne fera évoluer son objectif actuel de 20% que si d'autres pays Parties rehaussent également leurs engagements, et il semble peu probable que les surplus des quotas d'émissions de la 1ère période du Protocole Kyoto soient annulés dans la 2ème période, voire dans le nouvel accord qui devrait être établi en 2015. This is no now, on a now's no one of reduction of emissions, plus ambitieuses, pourtant indispensables.

Une 2ème période du protocole de Kyoto affaiblie envoie un mauvais signal en termes de confiance et d'ambition pour la construction d'un nouvel accord mondial qui inclurait tous les pays Parties, et pas seulement le groupe des pays engagés engagés dans le protocole de Kyoto et qui représentent 15% des émissions totales dans le monde. Tous devraient penser à la défense du bien commun et revoir leurs positions actuelles, et devraient donner l'exemple vers plus d'ambition. Les discussions sur une 2nde période du protocole de Kyoto «a minima» devrait se terminer aujourd »hui et laissent les observateurs dubitatifs sur la forme et l'ambition d'un nouveau traité. On a besoin d'un protocole de Kyoto 2 fort, car il ne s'agit pas seulement de garder le régime climatique international vivant, mais aussi d'ouvrir la voie à un accord global ambitieux et équitable en 2015.

Par ailleurs, il n'est pas acquis que les discussions du chantier de négociation sur l '«Action Coopérative de Long Terme» pourront être fermées. Il manque toujours un consensus sur les enjeux majeurs, comme les financements. Les ministres de la Suisse et des Maldives, qui président le groupe de négociation dédié, ont la charge de faire aboutir de manière satisfaisante les discussions de ce chantier, ce qui sera difficile sans décision claire sur les financements. Il s'agit d'un enjeu fondamental pour soutenir les efforts des pays en développement en termes d'adaptation aux impacts du changement climatique.  

La question des financements sera décisive sur l'issue des négociations à Doha et l'obtention ou non d'un accord. Les annonces financières faites par le Royaume-Uni, l'Allemagne, le Danemark, la Suède et la Finlande constituent une première étape de bienvenue après un long silence sur ce sujet. On peut espérer que cela incite les autres pays à s'engager également et encore davantage à se fondre dans la table ou encore mieux, dans le Fonds vert pour le climat, d'ici la fin de la semaine. On a annoncé ce jour-là que l'on avait déjà pris conscience de ce qui était déjà existant et n'était pas à la hauteur des engagements qui avaient été pris à Durban. Sur un besoin d'engagements concrets officialisés dans un texte adopté à Doha, qui se déclineraient en financements, qui pouvaient être suivis, déclarés et vérifiés. Changements in Change Analysis in Doha, un espace politique de haut niveau a été établi pour clarifier comment le pays a obtenu gain de cause lors du changement climatique à Doha. 100 milliards de dollars par un en 2020, ils sont engagés dans 2011 à Durban.

 

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange