Le changement climatique l'emporte, la plus pauvre pique la poussière de Doha, selon la CIDSE - CIDSE
Communiqué de presse

Le changement climatique l'emporte, la plus mauvaise piqûre de poussière de Doha, selon la CIDSE

L'absence de nouvelles réductions des émissions de dioxyde de carbone et d'une petite caisse pour l'action climatique lors des négociations des Nations Unies mènent le monde à un changement climatique catastrophique.

Communiqué de presse CIDSE - pour publication immédiate, 8 décembre 2012

(Doha, 8, décembre 2012) L'absence de nouvelles réductions des émissions de dioxyde de carbone et de petites sommes d'argent pour l'action sur le climat lors des négociations sur le climat de l'ONU conduit le monde à un changement climatique catastrophique, sans aucun abri pour les populations les plus pauvres et les plus vulnérables déjà confrontées à des impacts de plus en plus violents.

Doha a bloqué la porte vers un monde plus sûr et plus équitable, ne faisant que le minimum nécessaire pour rester sur la voie d'un nouvel accord mondial sur le climat de 2015, selon l'alliance internationale des agences de développement catholiques CIDSE.

De Doha, Responsable des politiques climatiques de la CIDSE Emilie Johann a déclaré que les pays développés sont venus aux pourparlers sans volonté politique et sans mandat pour prendre des mesures ambitieuses:

«Même le typhon Bopha qui a frappé les Philippines pendant les pourparlers ne les a pas incités à agir. Les pays en développement ont été contraints d'accepter un résultat vide. Les gouvernements pourraient peut-être vivre avec cet accord, mais les gens - les plus pauvres du monde en particulier - et la planète ne le peuvent pas.

«Au lieu de nouveaux objectifs d'émissions, Doha nous a donné un aller simple vers un monde dans lequel le changement climatique échappe à notre contrôle. En raison de l'inaction de nos dirigeants, les températures mondiales continuent d'augmenter rapidement, au-delà des +2 degrés Celsius que la science indique, c'est le seuil d'un changement climatique catastrophique », a déclaré Johann.

Alors qu'un petit groupe de pays européens a annoncé de nouvelles fonds climat À Doha, les pays développés n'ont pas collectivement réuni les fonds publics pour augmenter le financement climatique. Au sommet de Copenhague 2009, ils se sont engagés à fournir chaque année un milliard de dollars 100 pour aider les pays en développement à faire face au changement climatique.

Selon Johann, les financements pourraient même baisser, car les pays développés n’indiquent pas comment ils vont accroître leurs efforts pour atteindre le montant de 100 milliards de dollars, laissant les plus pauvres sans précision sur les niveaux de soutien futurs.

«Doha gifle les plus pauvres sur les deux joues. D'une part, les dirigeants mondiaux laissent le changement climatique devenir incontrôlable, ce qui rend plus difficile pour les plus vulnérables du monde de faire face aux conditions météorologiques extrêmes. D'un autre côté, les plus pauvres sont laissés dans l'ignorance du montant d'argent auquel ils peuvent s'attendre pour soutenir des mesures d'adaptation et d'atténuation urgentes », a déclaré Johann.

Enfin, l’importance de agriculture n’a pas été prise en compte dans les discussions, même si le secteur, et en particulier les petits producteurs de denrées alimentaires, est durement touché par le changement climatique.

Chargée de la politique environnementale du CCFD-Terre Solidaire Sarah Fayolle a déclaré que l'agriculture à petite échelle et les approches agro-écologiques ne reçoivent pas assez d'attention politique et de soutien financier.

«Les organisations de la CIDSE travaillent sur le terrain avec les petits exploitants agricoles et savent d'expérience que l'agriculture à petite échelle peut aider les communautés à faire face à l'insécurité alimentaire et au changement climatique, mais les décideurs doivent encore reconnaître ce potentiel.

«Malheureusement, l’absence de progrès dans le domaine de l’agriculture signifie que les communautés les plus vulnérables ne recevront plus d’aide, même si les sécheresses, les inondations et les pluies irrégulières font qu’il leur est de plus en plus difficile de mettre de la nourriture sur la table.»

-

La décision de Doha *:

  • Un résultat extraordinairement faible sur le financement climatique qui ne parvient pas à mettre d'argent sur la table ni à assurer une voie vers l'objectif de 100 milliards de dollars par an d'ici 2020. La décision demande des soumissions aux gouvernements sur les voies de financement à long terme, appelle à des fonds publics pour l'adaptation mais ne mentionne pas de chiffre, et encourage les pays développés à maintenir le financement aux niveaux existants en fonction de leurs économies.  
  • Deuxième période d'engagement du Protocole de Kyoto d'une durée de huit ans avec des failles permettant le report, l'utilisation et le commerce de l'air chaud. 
  • Un appel - mais pas un mécanisme de cliquet d'ambition officiel - aux pays du Protocole de Kyoto pour qu'ils revoient leur objectif de réduction des émissions en fonction de la fourchette de 25 à 40% d'ici 2014 au plus tard. Bien que cela aurait pu être plus fort, la décision renforce clairement l'obligation morale des pays d'augmenter leurs objectifs de réduction des émissions avant 2020 et leur offre la possibilité de le faire.
  • Un programme de travail convenu sur les pertes et dommages afin d'aider les victimes du changement climatique va commencer immédiatement et une décision «d'établir un arrangement institutionnel, tel qu'un mécanisme international, à COP19.
  • Les pays développés n'ont pas réussi à trouver un moyen de comptabiliser leur carbone de manière comparable

* analyse de Climate Action Network (CAN) International dont la CIDSE est membre.

Contact à Doha:

Pour plus d'informations ou pour organiser des entretiens:
Roeland Scholtalbers, boursiers (at) cidse.org, + 974 66 77 31 86 (de 2 à 9 de décembre), + 32477068384

Notes aux éditeurs

  • CIDSE est une alliance internationale d'agences de développement catholiques 16 d'Europe et d'Amérique du Nord. Ses membres partagent une stratégie commune dans leurs efforts pour éliminer la pauvreté et instaurer une justice globale. www.cidse.org
  • L'agriculture: du problème à la solution - Atteindre le droit à l'alimentation dans un monde soumis au climat, principes directeurs et recommandations de la CIDSE, octobre 2012. Disponible en anglais, français et espagnol

Communiqué de presse CIDSE - 8 décembre 2012

Quand le changement climatique va t-il gagner à Doha, les vrais perdants sont les communautés les plus vulnérables

(Doha, 8 Décembre 2012) A Doha, il n'y a pas d'engagement sur de nouveaux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre ou sur les comptes rendus de la finance, nous sommes toujours plus près d'une catastrophe climatique , the populations of the westly only face to impacts on change climatiques.

Pour que le futur soit un accord global, les négociations de Doha n'aient pas réussi à ouvrir la voie d'un monde plus sûr et plus équitable.

Depuis Doha, Emilie JohannCIDSE of the Mission of the Climate of the CIDSE.

«Même la catastrophe du typhon Bopha n'aura pas suffi pour rappeler aux décideurs l'urgence de la crise. Les pays en développement ont été contraints d'accepter un accord dépourvu de toute ambition. Les gouvernements pensent peut être s'accommoder de cet accord, mais les populations les plus pauvres ne pourront tout simplement pas. »

«Au lieu de délivrer de nouveaux objectifs de réduction des émissions, Doha ouvre un peu plus la porte à un futur emballement climatique. Du fait de l'inaction de nos décideurs, les températures augmentent graduellement, au risque de dépasser le seuil des 2 ° C. »

Si Doha a été ajouté individuellement à un groupe européen, ils n'ont pas pris l'envie qu'ils ont attendu leur contribution à la finance climat . Lors du Sommet de Copenhague de 2009, 100 a déjà commencé à être mobilisé.

Emilie Johann dit que la finance a même pu diminuer, c’est pourquoi ils n’ont pas changé leur façon de faire, ils ont augmenté leur contribution pour atteindre les $ 100 milliards d’ici prédictibilité quant aux niveaux de financement pour les années à venir.

«Doha est une double trahison pour les plus communautés vulnérables. Les décideurs n'ont en effet pas su s'engager sur des efforts d'atténuation ambitieux et mettre un frein à la crise climatique, qui touche toujours plus fortement les plus pauvres. Ils n’ont pas non plus réussi à donner plus de clarté et de garanties aux pays en développement quant aux montants qui seront dédiés à la finance climat. »

Enfin, on a connu l'agriculture dans les débats n'a pas été à la hauteur des enjeux, bien que l'agriculture, particulièrement la petite agriculture paysanne soit soit vulnérable aux changements climatiques.

Sarah FayolleChargée de mission environnement-climat au CCFD-Terre Solidaire rappelle que la petite agriculture familiale, les approches et les pratiques agro-écologiques, ne l’attendaient pas de l’attention politique, ni de soutien financier.

Les organisations membres de la CIDSE et leurs partenaires du Sud-Ouest avec les petits producteurs et les personnes qui ont déjà survécu reconnaissent que rarement ce potentiel.

Malheureusement, il n'y a pas de soutien, malgré la pression supplémentaire sur la sécurité.

Contacts à Doha: Roeland Scholtalbers, scholtalbers@cidse.org, + 974 66 77 31 86 (2 au 9 Décembre), + 32477068384

Agriculture: du problème à la solution - Garantir le droit à l'alimentation dans un monde de contraintes climatiques, Principes directeurs et recommandations de la CIDSE, octobre 2012.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange