Ce que les négociations de Doha sur le climat ont fait (n'ont pas fait) - CIDSE

Ce que les négociations de Doha sur le climat ont fait (pas fait)

Les attentes concernant le dernier cycle de négociations mondiales sur le climat (26 de novembre - 7 de décembre, Doha, Qatar) étaient faibles, mais les gouvernements n’ont pas réussi à les satisfaire. La conférence ne nous a permis aucun progrès aujourd'hui, mais une chance légèrement meilleure d'avancer demain.

L'absence de nouveau coupes de carbone Doha conduit le monde tout droit vers un changement climatique catastrophique, sans aucun abri pour les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables déjà confrontées à des impacts de plus en plus violents.

Plusieurs rapports faisant autorité, y compris un rapport de la Banque mondiale indiquant que nous allions nous diriger vers un monde à plus de 4 degrés Celsius, ont sonné l'alarme avant la conférence. Néanmoins, les gouvernements sont arrivés à Doha les mains vides, sans la volonté politique ni le mandat de prendre des mesures ambitieuses.

Les gouvernements se sont ainsi éloignés d'un monde plus sûr et plus équitable, ne faisant que le minimum nécessaire pour rester sur la voie d'un nouvel accord mondial sur le climat conclu par 2015.

Une deuxième période d'engagement de la Protocole de Kyoto, actuellement le seul régime climatique international contraignant, a été convenu à Doha, mais il ne couvre qu'environ 15% des émissions mondiales. Les plus grands émetteurs des pays développés du monde ne participent pas au protocole, alors que l'Union européenne a déjà atteint son propre objectif de réduction des émissions de 20% d'ici 2020. La deuxième période d'engagement de huit ans comporte également des lacunes qui permettent le report , l'utilisation et le commerce de «l'air chaud» ou des permis de carbone non utilisés. Le résultat de Doha comprend un appel aux pays du Protocole de Kyoto pour qu'ils réexaminent leur objectif de réduction des émissions en fonction de la fourchette de 25 à 40% d'ici 2014 au plus tard lorsqu'un nouveau rapport scientifique du IPCCC est libérée. Bien que cela aurait pu être plus fort, la décision renforce l'obligation morale claire des pays d'augmenter leurs objectifs de réduction des émissions avant 2020 et leur offre la possibilité de le faire.

Fonds climat Les annonces annoncées à Doha par le Danemark, la Finlande, l’Allemagne, la Suède, les Pays-Bas et le Royaume-Uni sont un premier pas et constituent un pas dans la bonne direction après un long silence. Cependant, l’argent mis sur la table est loin de ce qui est nécessaire pour satisfaire les besoins existants et respecter les engagements antérieurs. Les pays développés ont encore une fois omis d'indiquer comment ils allaient augmenter le financement de la lutte contre le changement climatique pour atteindre un milliard de dollars par an grâce à 100, comme convenu à 2020. Afin de planifier les efforts d'adaptation, pour les pays en développement aux prises avec des impacts de plus en plus violents du changement climatique, il est essentiel que les financements soient prévisibles et puissent être surveillés, rapportés et vérifiés.  

À Doha, les gouvernements ont convenu d’un nouveau programme de travail sur «pertes et dommages», qui fait référence aux dommages causés par les impacts climatiques lorsque les efforts d’atténuation et d’adaptation ont échoué. Ils ont reconnu que les pertes et dommages liés au climat se produisent déjà et que les pays touchés devraient recevoir une indemnisation. Il s'agit d'une réalisation importante, même si des détails doivent encore être précisés.

L'importance de l' l'agriculture n’a pas été prise en compte dans les discussions, même si le secteur, et en particulier les petits producteurs de denrées alimentaires, est durement touché par le changement climatique. Les organisations de la CIDSE travaillent sur le terrain avec les petits agriculteurs et savent par expérience que la petite agriculture peut aider les communautés à faire face à l'insécurité alimentaire et au changement climatique, mais les décideurs doivent encore reconnaître ce potentiel.

Donc, en regardant en arrière à Doha et au prochain round de négociations à Varsovie, en Pologne (November 2013), où sommes-nous?

La conclusion qui donne à réfléchir est qu'à Doha, les dirigeants mondiaux ont laissé le changement climatique continuer à devenir incontrôlable, ce qui rend plus difficile pour les personnes les plus vulnérables du monde de faire face à des conditions météorologiques de plus en plus extrêmes. Dans le même temps, ils sont laissés dans l'ignorance du soutien auquel ils peuvent s'attendre pour des mesures d'adaptation et d'atténuation urgentes.

Les gouvernements devraient commencer à sortir de leurs positions actuelles et enfin faire passer le bien commun avant les intérêts à court terme. En tant que champion du climat, l'UE devrait montrer la voie en augmentant son propre objectif de réduction des émissions, objectif déjà atteint plusieurs années avant la date limite fixée par 2020.

L'UE et les autres pays développés devraient également préciser de toute urgence comment ils vont tenir leurs promesses financières. Le montant de 100bn $ doit provenir exclusivement de sources publiques et peut être réalisé sans imposer de contraintes budgétaires supplémentaires à l'aide de sources innovantes telles qu'une taxe sur les transactions financières.

À Doha, certaines initiatives visant à renforcer l'ambition climatique ont été présentées. Le gouvernement écossais, qui a adopté l'une des politiques climatiques les plus ambitieuses au monde, accueillera une conférence de haut niveau sur le changement climatique et les droits de l'homme en 2013. Le secrétaire général de l'ONU, Ban-Ki Moon, a annoncé qu'il souhaitait réunir les dirigeants mondiaux en 2014 pour ambition sur le changement climatique. Cette réunion devrait préparer le terrain pour le cycle crucial de négociations sur le climat qui se tiendra en France un an plus tard.

Partager ce contenu sur les médias sociaux