Forum Social Mondial 2013, Tunis - CIDSE
© cidse

Forum social mondial 2013, Tunis

© cidse

La CIDSE a rejoint les organisations de la société civile du monde entier afin de préparer un monde plus juste et plus démocratique lors du Forum social mondial 2013 à Tunis, en Tunisie (26-30, mars).

La CIDSE et ses organisations membres ont organisé une série d'ateliers avec des discussions sur la droit à la nourriture, a cadre de développement post-2015 et modèles de développement alternatifs.

Vous pouvez retrouvez nos reportages du Forum Social Mondial ici.

Mercredi 27 Mars 2013

Quel investissement pour le droit à l'alimentation?

O: campus El Manar- Amphi 2, Forum social mondial, Tunis, Tunisie.

QUAND: 13.00 - 15.30

Résultat: Le mécanisme de la société civile a été en mesure de prendre contact avec la société civile et les mouvements sociaux présents pour présenter l'événement «investissement agricole responsable» (Rai). Nous avons également eu l'occasion d'entendre des électeurs de différentes régions sur la manière dont l'investissement agricole se produit dans leurs régions. Grâce à cet exercice, nous avons pu reconnaître certaines tendances communes, telles que la domination des intérêts des entreprises et l'exclusion des personnes les plus touchées par l'insécurité alimentaire dans les processus politiques les affectant.

Les résultats de cette réunion seront pris en compte par le CSM pour contribuer aux consultations rai qui auront lieu officiellement pendant 2013 dans différentes régions du monde. Les organisateurs de l'atelier ont exhorté les membres de la société civile présents dans la salle à y contribuer et à faire entendre leur voix lors de cette consultation cruciale.

Haut-parleur Shamali Guttal («Focus sur le sud global») rappelé les coûts humains que peut entraîner une politique agricole destructrice. «Avant de commencer cet atelier sur les investissements dans le secteur alimentaire, rappelons-nous qu’il ya 102, Sombath Somphone a disparu au Laos (vu pour la dernière fois à Vientiane le samedi X décembre au soir). Il n'est qu'un exemple des nombreuses violations des droits de l'homme qui se produisent chaque semaine dans le monde ».

 

Plus d'infos sur Sombath Somphone: http://sombath.org/

 

Jeudi 28 Mars 2013

Session de stratégie sur l'agenda post-2015 et post-Rio: vision, risques et opportunités

O: Campus El Manar - Salle G108

QUAND: 09.00 - 11.30

Séance de travail sur les risques et les opportunités que les discussions politiques sur la mise en œuvre du document final Rio + 20 et sur un nouveau cadre de développement après 2015 (échéance des OMD) sur la voie à suivre pour trouver des solutions systémiques permettant de faire face aux crises persistantes et visant à un changement durable.

Invités :

  • John Patrick Ngoyi, Commission de Développement et Paix et membre du Comité exécutif international de Beyond-2015, Nigéria
  • Sammy Gamboa, Coalition pour une dette sans dette et membre de Jubilee South, Philippines
  • Firmin Adjahossou, Secrétariat du Symposium des conférences épiscopales Afrique et Madagascar (SECAM), Ghana

modération:

  • Jean Letitia Saldanha, conseillère principale en politiques, CIDSE

Résultat: il y a eu un consensus général sur le fait que les programmes pour l'après-Rio + 20 et l'après-2015 devraient s'unir pour former un nouveau cadre unique. Le besoin d'aller au-delà de la conceptualisation néolibérale du développement pour aborder de manière holistique la finance, l'économie, l'écologie et les dimensions sociales était généralement ressenti. Les participants ont convenu qu'une participation significative de la société civile, qui allait au-delà de la participation «symbolique» et basée sur les «suspects habituels» des grandes ONG, était un défi majeur pour le processus.

JDPC Nigeria nous a rappelé qu '«il est crucial de rendre plus visibles les voix des« invisibles »dans le débat mondial, afin de vraiment toucher les personnes les plus vulnérables».

Flyer

Le monde a besoin de justice fiscale et d'une taxe sur les transactions financières

O: Campus El Manar– Salle M211

QUAND: 09: 00 - 11: 30

L'irresponsabilité des spéculateurs a déclenché une crise mondiale qui a entraîné la pauvreté, la montée des inégalités et une énorme crise de la dette. Il est maintenant temps de leur faire payer la crise qu'ils ont provoquée; il est maintenant temps de partager équitablement la charge et de justice fiscale. Taxer le secteur financier renforcerait l'équité. En outre, cela augmenterait les recettes publiques, ce qui est absolument nécessaire pour construire des sociétés plus inclusives et plus justes. - Une taxe sur les transactions financières pourrait générer plus de 500 milliards d'euros par an - une somme à peine nécessaire pour financer la lutte contre le changement climatique, payer les biens publics mondiaux, lutter contre la pauvreté et créer des emplois en Europe, ainsi que rééquilibrer l'économie du jeu et de la spéculation à la fabrication et aux services - Selon le Tax Justice Network, la fraude fiscale totale représente environ 5.1% du PIB mondial. Les actifs détenus à l'étranger, hors de portée d'une imposition effective, représentent environ un tiers du total des actifs mondiaux. 250 milliards de dollars de perte annuelle de recettes fiscales sur les revenus des actifs détenus à l'étranger par des particuliers: c'est 5 fois ce qu'il faut pour réduire de moitié l'extrême pauvreté mondiale et améliorer substantiellement la santé et l'éducation dans les pays en développement d'ici 2015. En Europe, 1 billion d'euros sont perdus chaque année dans la fraude fiscale, l'évasion fiscale et l'évasion fiscale, alors que la plupart des gouvernements sont aux prises avec l'endettement. Le monde en développement a perdu 859 milliards de dollars EU de flux de sortie illicites en 2010. Et dans la plupart des pays du monde, les pertes totales dues à l'évasion fiscale sont plus importantes que les dépenses de santé.

Partenaires: Les Européens pour la réforme financière, CNCD-11.11.11, Forum mondial progressiste, Mouvement jubilé sud-pacifique de la dette et du développement de l'Asie du Sud, Oxfam Grande-Bretagne, Campagne fiscale de Robin Hood, FGTB, Attac Norvège, Friedrich-Ebert-Stiftung, Fiscalité Réseau de justice-Afrique, CES, CES, Forum UBUNTU, National Nurses United, SOLIDAR, Internationale des services publics (PSI), Congrès des syndicats

Plus d'infos

Transition agricole - vers un avenir viable

O: Campus El Manar– Salle P19

QUAND: 16: 00 - 18: 30

Contribution des dirigeants d'organisations d'agriculteurs et de pêcheurs, d'ONG, de scientifiques et de militants. Comment une agriculture non durable peut-elle être transformée en agriculture agroécologique et autres formes d'agriculture durable? Comment la production alimentaire à petite échelle et les mouvements de paysans peuvent-ils être soutenus et renforcés? Quelles politiques, actions et étapes sont nécessaires pour assurer la transition vers un avenir alimentaire viable? Comment renforcer les mouvements et les alliances pour la transition? Un séminaire de deux sessions présentant différentes initiatives visant à renforcer / édifier un mouvement mondial pour la transition agricole et l'agriculture durable. Session 1: Ouverture par les organisateurs; présentation des principaux points des conclusions et recommandations de l'initiative de transition agricole; présentation d'initiatives et d'idées pour la construction d'un mouvement mondial pour la transformation de l'agriculture; panel sur la manière de faire la transition agricole nécessaire; débat ouvert. Partie 2: agroécologie, résilience et souveraineté alimentaire.

Partenaires: réseau plus nombreux et meilleurs

Flyer

Plus d'infos

La justice fiscale éco-sociale dans le cadre d'un agenda holistique post 2015

O: Campus El Manar - Salle de conférence n ° 1

QUAND: 16: 00 - 18: 30

La politique budgétaire est un instrument essentiel pour concrétiser une approche de la durabilité, du bien-être et du progrès social fondée sur les droits. Les priorités politiques réelles sont reflétées plus clairement dans les budgets publics que dans les déclarations et les programmes d’action du gouvernement. De plus, la composition des budgets permet de tirer des conclusions sur l'influence politique de différents groupes d'intérêt: l'armée est-elle dominante? Les intérêts commerciaux sont-ils poussés? Ou bien les dépenses publiques sont-elles axées sur les besoins de la population et sur la correction des déséquilibres et des comportements non durables? Lors de l'atelier, nous souhaitons partager les expériences de différentes régions du monde avec l'introduction de réformes budgétaires et fiscales éco-sociales. Nous voulons avoir un aperçu des réformes dans différents pays et régions. Nous voulons mettre en évidence les défis et les moyens de les surmonter. Comment équilibrer les éventuels effets régressifs des taxes écologiques? Comment concevoir des budgets qui répondent simultanément à des objectifs sociaux et environnementaux? Et comment pouvons-nous assurer une meilleure participation de la population à ces processus? L’atelier aura également pour objectif de réunir des acteurs des domaines des initiatives budgétaires avec des personnes qui ont jusqu’à présent travaillé sur des questions sociales et environnementales. Nous voulons explorer les moyens d'améliorer la collaboration, nouer de nouveaux contacts et élaborer des stratégies en vue d'un engagement accru de la société civile dans le domaine des réformes fiscales éco-sociales.

Partenaires: TJN-Africa, Friedrich-Ebert-Stiftung, Guerre à la demande, CNCD-11.11.11

Plus d'infos

Souveraineté alimentaire contre souveraineté énergétique: l'impact des biocarburants sur le droit à l'alimentation

O: Campus El Manar– Salle P15

QUAND: 16: 00 - 18: 30

Résultat: les partenaires ont témoigné via des témoignages de première main des impacts négatifs de la politique de l'UE en matière de biocarburants sur eux. Cela comprenait non seulement l'accaparement des terres mais aussi la concurrence pour les ressources en général. Le lien alimentation / fourrage / carburant était évident, tout comme le fait que nous nous préoccupions de l'accès de l'Europe à l'énergie mais pas de celui de l'Afrique. Beaucoup de ces projets de biocarburants vont répondre aux besoins énergétiques de l'Europe tandis que les habitants des pays en développement restent dans l'obscurité.

Paula Alvarez (Grupo Semillas, Colombie)

Partenaires: CNDC-11.11.11

Vendredi 29 Mars 2013

Forum ouvert sur le programme de justice fiscale

O: Université de Tunis El Manar, Faculté de droits, salle de conférence n ° 1

QUAND: 13.00 - 15.30

Principaux résultats: Déclaration de justice fiscale

Lancement d'une nouvelle alliance mondiale: elle sera dirigée par un comité de coordination mondial (on ne sait pas quand ni comment elle sera formée) et servira de fédération pour les différentes alliances régionales en matière de justice fiscale (lors de l'assemblée de Convergence, TJN Africa a assumé la responsabilité de l'Afrique et Wolfgang Oberland du Global Policy Forum-Europe ont assumé la responsabilité de l’Europe). Il a des priorités 3:

- Évasion fiscale des STN et des particuliers fortunés.

- Concurrence fiscale.

- Promouvoir des alternatives pour remédier au manque de responsabilité, à l'érosion du contrat social dans tous les pays et aux inégalités croissantes dans les sociétés: taxation progressive, taux d'imposition équitables dans tous les pays et utilisation des recettes fiscales pour fournir des services sociaux

Un activiste tunisien dans l'audience a déclaré qu '«à 2010, le FMI et la Banque mondiale ont ouvert des consultations avec le gouvernement de Ben Ali, proposant des réformes pour transformer Tunis en un centre financier offshore. Après la révolution, lors du sommet G8 à Deauville (France), les dirigeants des pays du printemps arabe ont été invités: accord entre les nouveaux gouvernements du printemps arabe et les IFI: réformes visant à soutenir la transition démocratique. Mais en réalité, c’était exactement les mêmes accords que ceux proposés à Ben Ali. Les réformes / projets de loi adoptés aujourd'hui à l'Assemblée tunisienne sont ceux proposés par le FMI / Banque mondiale à Ben Ali (donc aucun changement). L'ancien Premier ministre a inauguré le lancement du paradis fiscal tunisien. à La Tunisie sera le premier centre financier offshore d'Afrique du Nord. Des conventions ont été signées avec d'autres paradis fiscaux (comme le Luxembourg), facilitant l'évasion fiscale. Tout cela s'est passé lors de la découverte de nouveaux champs de gaz… »

Partenaires: Friedrich-Ebert-Stiftung, Forum de politique mondiale, TJN-Africa, Guerre contre le désir, CNCD-11.11.11

Visitez le site Web du Forum social mondial 2013 accessible à l’adresse suivante: www.fsm2013.org

WSF_Agriculture_transition_web.pdf
WSF_Strategy_Session_flyer.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange