L'ouverture de la COP19 marquée par le typhon Haiyan - CIDSE
Ricardo Navarro-CESTA

L'ouverture de COP19 marquée par le typhon Haiyan

Une fois de plus, le mois de novembre est arrivé et avec lui, la session annuelle du Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Les 19th session, qui a commencé aujourd’hui et durera jusqu’au 22nd novembre, se déroule à Warsaw, Pologne.

Ricardo Navarro-CESTA

Lors de la cérémonie d'ouverture, le ministre polonais de l'Environnement, M. Marcin Korolec, s'est adressé à la plénière d'un ton ferme et détendu, déclarant que «le climat est un problème mondial, un problème mondial et une opportunité mondiale». Il a également souligné que les priorités de la présidence polonaise sont d'assurer «la transparence et un processus inclusif». Espérons que tel sera effectivement l'esprit de cette COP tout au long des semaines à venir, et que le gouvernement polonais saisira cette occasion pour montrer sa volonté d'aller au-delà de son économie à forte intensité de carbone, pour orienter les discussions vers le résultat ambitieux nécessaire, et non pour renforcer sa dépendance au charbon.

Alors que ces pourparlers commencent, nos pensées vont aux Philippines, où l'un des typhons les plus extrêmes qui ait jamais frappé le pays devrait avoir tué 10,000 XNUMX personnes le week-end dernier. Et nos oreilles et nos yeux vont à Yeb Saño, le négociateur en chef de la délégation philippine, qui a prononcé un discours puissant et émouvant lors de la cérémonie d'ouverture, exhortant les gouvernements des pays à mettre fin à la folie climatique et a décidé de jeûner jusqu'à ce que les négociations aboutissent.

Que faut-il alors de cette COP?

Attentes concernant des mesures concrètes pour fermer le Écart d'émissions pré-2020 sont élevés, ainsi qu’une déclaration claire sur financement climatique  veiller à ce qu’une trajectoire soit convenue pour l’augmentation des fonds publics vers Milliards de 100 par an par 2020. Il est également important d'avoir une vision claire feuille de route pour l'accord mondial sur le climat de 2015, afin de préparer le terrain à un accord satisfaisant à la fois la science du climat et les besoins des populations vulnérables.

De plus, ce qui est vraiment attendu que Varsovie marque un tournant pour les négociations sur le climat, où des progrès sur les questions susmentionnées sont réalisés et où des bases solides sont construites pour les prochaines COP au Pérou et en France.

Rappelant les paroles de Yeb Saño, «Nous ne pouvons pas rester assis et rester impuissants face à cette impasse climatique internationale. Il est maintenant temps d'agir. Nous avons besoin d'une voie climatique d'urgence ».

L'équipe de la CIDSE suivra de près les négociations et travaillera avec ses partenaires du monde entier pour envoyer un message fort en faveur de la justice climatique.

Partager ce contenu sur les médias sociaux