«Les objectifs européens en matière de climat et d'énergie pour l'après-2020 détermineront les objectifs ambitieux des dirigeants politiques de la région MENA lors du sommet 2015 des Nations Unies sur le climat à Paris» - CIDSE
Dana Smillie / Banque mondiale

«Les objectifs européens en matière de climat et d'énergie pour l'après-2020 détermineront les objectifs ambitieux des dirigeants politiques de la région MENA lors du sommet 2015 des Nations Unies sur le climat à Paris»

Dana Smillie / Banque mondiale

Lettre ouverte de la société civile d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient (MENA) aux chefs de gouvernement de l'UE 28 avant le Conseil européen

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA), le changement climatique n'est pas un problème lointain théorique. Au lieu de cela, de nombreux changements prévus par les modèles climatiques internationaux se produisent déjà dans notre région, avec des conséquences désastreuses pour nos moyens de subsistance. Pour nous, réduire les émissions de gaz à effet de serre en déployant des énergies renouvelables et des économies d’énergie ne doit pas compromettre notre mode de vie. c'est une question de survie. À l'instar d'autres pays, qui fondent leur modèle de prospérité sur les combustibles fossiles, l'Europe est responsable des impacts du changement climatique dans notre région - aux niveaux historique, juridique et moral - et a l'obligation d'agir.

Aujourd'hui, les pays de la région MENA ont des politiques qui pourraient conduire à 107 GW de capacité d'énergie renouvelable installée d'ici 2030. En conséquence, certains des plus grands acteurs mondiaux de l'énergie, y compris des sociétés pétrolières et gazières nationales et internationales, sont déjà entrés sur le marché solaire de la région pour se diversifier. leurs portefeuilles et capitaliser sur nos abondantes ressources d'énergie renouvelable. Les promesses européennes de «promouvoir la coopération dans le domaine des énergies renouvelables» dans le cadre du plan solaire méditerranéen (PSM) et de l'article 9 de la directive européenne 2009/28 / CE sur les énergies renouvelables ont renforcé l'engagement de nombreux pays du sud de la Méditerranée non seulement de se développer le déploiement des énergies renouvelables mais pour poursuivre les perspectives d'exportation et d'échange d'électricité verte avec les États membres de l'UE. Plus récemment encore, de telles promesses ont été réitérées dans la communication renouvelée sur la politique européenne de voisinage (PEV) de mai 2011, soulignant que la coopération avec le voisinage du sud de l'Europe pourrait conduire à «l'établissement d'une Communauté énergétique complémentaire UE-sud de la Méditerranée».

Bien que l'UE ait inspiré nos politiques énergétiques et climatiques dans le passé, elle semble maintenant avoir renoncé à son rôle de leader dans la proposition actuelle concernant son paquet énergie-climat 2030. Ce paquet rompt gravement avec son précurseur 2020 et manque de l'initiative pour conduire un changement transformationnel dans l'UE, la région MENA ou même nulle part ailleurs dans le monde. Dans ce contexte, nous craignons qu'un paquet énergétique européen faible sur le climat et l'énergie ne compromette l'option de la coopération énergétique transméditerranéenne et en particulier les perspectives d'échanges d'électricité avec le voisinage sud-européen. Sans un véritable moteur pour accélérer la décarbonisation de l'économie de l'UE jusqu'à 2030, le sud de la Méditerranée aurait peu de raisons de continuer à retenir l'idée d'exportations d'électricité verte directe ou indirecte vers l'Europe dans le cadre du PDM transméditerranéen. Cela pourrait entraver le financement des énergies renouvelables et ses multiples avantages socio-économiques pour de nombreux pays d'Afrique du Nord. Cela éliminerait également les opportunités de fiabilité accrue découlant de l'intégration des systèmes et pourrait retarder le déploiement des énergies renouvelables dans toute la région MENA. De manière plus significative, la proposition de la Commission pourrait nuire à la réputation de l'UE et conduire au scepticisme et à la méfiance du sud de la Méditerranée quant aux perspectives d'avenir d'un marché de l'énergie véritablement intégré UE-MENA. En fait, si l'UE n'engage pas avec force dans sa politique climatique et énergétique capable de garantir un système de confiance et de copropriété avec son voisinage sud-méditerranéen, elle perdra sa voix éminente qui pourrait encourager les dirigeants politiques du notre région à s’accorder sur un régime climatique ambitieux post-2020 lors du sommet 2015 des Nations Unies sur le climat à Paris.

En tant que représentants des ONG 22 des pays 9 MENA, nous sommes profondément préoccupés par la proposition de la Commission européenne relative au cadre 2030 des politiques de l'UE en matière de climat et d'énergie, publiée le 22nd January. Sans objectifs nationaux contraignants et ambitieux
pour le déploiement des énergies renouvelables et les économies d'énergie et avec seulement un objectif climatique faible, la proposition ne parvient pas à démontrer l'engagement de l'Europe à décarboner son économie d'ici 2050 et à retrouver son rôle de leader climatique. Même si la voie vers une économie à faible émission de carbone reste difficile, la volonté politique existe dans les pays du sud de la Méditerranée pour aider nos voisins européens à atteindre des objectifs climatiques et énergétiques efficaces et ambitieux pour 2030. En utilisant le mécanisme de coopération conjointe dans le cadre de la directive européenne 2009/28 / CE sur les énergies renouvelables et du MSP, les importations directes ou indirectes d'électricité verte du sud de la Méditerranée vers l'Europe pourraient être comptabilisées dans les objectifs de l'UE non seulement à long terme mais bien avant 2030. Cela pourrait d'une part permettre au paquet énergie-climat européen pour 2030 de fixer des objectifs plus ambitieux. D'un autre côté, un tel partenariat énergétique trans-méditerranéen pourrait contribuer à la sécurité énergétique de l'UE, en termes de sécurité d'approvisionnement, de stabilité du système et en garantissant des réductions de coûts substantielles d'ici 2030. Avec le sommet des Nations Unies sur le climat à Paris dans moins de 2 ans, nous appelons l'UE à envoyer un signal fort et à accroître son ambition au-delà de l'approche du plus petit dénominateur commun récemment présentée dans le livre blanc de la Commission. L'UE ne peut démontrer à la communauté internationale sa crédibilité et sa volonté de jouer un rôle de premier plan lors du sommet sur le climat qu'en soutenant des objectifs climatiques et énergétiques progressifs et juridiquement contraignants pour 2030. Le Conseil européen des 20 et 21 mars 2014 est la date à laquelle l'UE doit le faire. Pour refléter le consensus scientifique et relever les défis de l'équité climatique, nous exhortons les dirigeants de l'UE participant au sommet européen des 20 et 21 mars à renforcer le vote du Parlement européen du 5 février et à renforcer les propositions de la Commission avec quatre engagements concrets et contraignants:

- Objectif climatique: un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre qui va bien au-delà de 40% et atteint une réduction des émissions nationales de l'UE d'au moins 55% d'ici 2030, y compris des objectifs contraignants au niveau national.

- Objectif en matière d'énergie renouvelable: un objectif contraignant de l'UE de 45% d'énergie renouvelable dans la consommation finale d'énergie d'ici 2030, y compris des objectifs contraignants au niveau national.

- Objectif d'économies d'énergie: un objectif contraignant de 40% d'économies d'énergie d'ici 2030 par rapport à 2005, y compris des objectifs contraignants au niveau national.

- Plans des États membres: analyse comparative de la coopération en matière d'énergies renouvelables directes et indirectes entre les membres de l'UE et les pays de la région MENA d'ici 2030, conformément à l'article 9 de la directive européenne 2009/28 / CE sur les énergies renouvelables.

Cordialement,

Eco MENA
Alliance panafricaine pour la justice climatique
IndyAct
Association des Enseignants des Sciences de la Vie et de la Terre (AESVT)
Alliance genre et eau
Numu
Mouvement des jeunes arabes pour le climat
Association Idil pour le Développement et l'Éco Tourisme AIDET
Association des Amis du Parc National d'Ifrane (ASSAPNIF)
Association Maison et Environnement
Association Femmes Bladi pour le Développement et le Tourisme
Zerowaste Coalition Liban
Association Amis de l'Environnement (AAE)
AZIR pour l'Environnement
Association de protection de l'environnement à la wilaya tétouan (APEWT)
Kenana ONG pour le développement durable et l'autonomisation des femmes
Association Gharb pour la Protection de l'Environnement (AGPE)
Club UNESCO-ALECSO - Savoir et Développement Durable Tunisie
Association Energies Renouvelables Développement Durable et Solidarités
Green Square
Byblos Ecologia
Association Eau et Energie pour Tous Témara (ASEET)

FR - Lettre ouverte MENA au sommet de l'UE
FR - Lettre ouverte MENA au sommet de l'UE

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange