Les dirigeants catholiques européens réagissent au plan fiscal de l'UE sur les transactions financières - CIDSE

Les dirigeants catholiques européens réagissent au projet de taxe sur les transactions financières de l'UE

La réunion des ministres des Finances de l'Union européenne a confirmé, en mai 6 2014, l'instauration d'une taxe sur les transactions financières (TTF) pour certains pays de l'UE par 2016. Les dirigeants catholiques des pays qui participent à l'Initiative de coopération renforcée expriment l'impératif moral de mettre en place une taxe sur les transactions financières bien conçue, dont le produit est utilisé pour éliminer la pauvreté en Europe et dans le Sud et lutter contre le changement climatique.

La déclaration, signée par des évêques d'Autriche, de Belgique, de France, d'Allemagne, d'Italie et du Portugal est disponible ci-dessous en français et en anglais.

Déclaration des dirigeants catholiques européens sur la taxe sur les transactions financières (TTF)

Nous souhaitons nous associer aux voix de ces citoyens et des mouvements de l'Union européenne pour vous demander de faire les bons choix en ce qui concerne la conception d'une taxe sur les transactions financières européenne devant être lancée par 1 January 2016 et l'utilisation de ses revenus.

Les dirigeants des États membres de l'Union européenne qui font partie de «l'Initiative de coopération renforcée» pour la mise en œuvre d'une taxe sur les transactions financières ont fait beaucoup en prenant les premiers pas vers la mise en œuvre de la taxe. Mais dans le dernier obstacle, nous sommes préoccupés par le déclin du soutien à une taxe généralisée à la suite de l'offensive négative que le secteur financier a montée contre la TTF et du lancement annoncé d'une version moins ambitieuse de la taxe. Faire des actions la plus grande partie de l'assiette fiscale dans un premier temps manquera l'un des principaux objectifs de la taxe: réduire la spéculation risquée. Ceux qui dépendent des actions pour investir dans leur pension risquent d'être l'un des plus grands groupes à payer la taxe.

Nous croyons que la liberté du marché est liée au principe de justice et au commandement d'aimer votre prochain. L’Union européenne, ses États membres et ses institutions doivent mener des politiques qui visent la stabilité sans nuire au bien-être des générations futures. Les politiques ne devraient pas être menées aux dépens des plus pauvres et sans égard aux exigences de la justice sociale. De telles politiques doivent assumer la responsabilité que les banques et autres institutions financières, entre autres, assument face à la crise financière qui pèse sur beaucoup de nos frères et sœurs.

Une taxe généralisée, couvrant les actions, les obligations, les produits dérivés et les transactions à haute fréquence principalement spéculatives, réduirait le volume de la spéculation financière tout en générant un milliard d’euros estimé (estimation de la Commission européenne). Ces revenus pourraient fournir une marge budgétaire importante pour honorer et renforcer vos engagements existants en matière de développement et de financement climatique.

Dans l'Exhortation apostolique Evangelii Gaudium (# 57-58), le Saint-Père François nous a rappelé que l'argent devait servir et non gouverner. La TTF a un grand potentiel pour contribuer à une plus grande justice sociale et à une redistribution accrue. La question de savoir si la taxe réalisera finalement ce potentiel ne peut être résolue que par vous, décideurs européens, lorsque vous prenez une décision sur la base d’imposition et l’utilisation de ses revenus. Nous vous exhortons à faire le bon choix. Ne cédez pas à la pression de ceux qui ont tout intérêt à voir un impôt impuissant. Nous vous demandons de reconsidérer votre décision de ne taxer que les actions et certains dérivés. Nous nous attendons également à une annonce claire que les revenus seront dépensés pour éliminer la pauvreté et lutter contre le changement climatique.

signatures:
+ Ludwig Schwarz SDB, évêque de Linz, Autriche (KOO: www.koo.at)
+ Luc Van Looy, évêque de Gand, Belgique (Broederlijk Delen: www.broederlijkdelen.be)
+ Jacques Blaquart, évêque d’Orléans, France (CCFD-Terre solidaire: www.ccfd-terresolidaire.org)
+ Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise, France (CIDSE: www.cidse.org)
+ Johannes Kreidler, évêque auxiliaire de Rottenburg-Stuttgart, Allemagne (MISEREOR: www.misereor.de)
+ Francesco Montenegro, évêque d'Agrigente, Italie (FOCSIV-VnM: www.focsiv.it)
+ Jorge Ferreira da Costa Ortiga, archevêque de Braga, Portugal (FEC: www.fecongd.net)

Déclaration soutenue par la CIDSE
Contact: Jean Saldanha, Conseiller principal en politiques, Tél.: + 32 2 233 37 53, saldanha@cidse.org


Déclaration publique de leaders européens sur la taxe sur les transactions financières (TTF)

Nous tenons à joindre nos voix à celles des citoyens et des mouvements à travers l'Union européenne vous demande de demander les bons choix en ce qui concerne la conception de la taxe européenne sur les transactions financières qui sera lancée le 1er janvier 2016 ainsi que sur l'utilisation de ses revenus.

Les dirigeants des pays participant à l'initiative de coopération renforcée ont accompli un premier pas décisif pour la mise en œuvre d'une taxe sur les transactions financières (TTF). Mais dans la dernière ligne droite menant à son adoption, nous sommes préoccupés par la diminution du soutien à une taxe généralisée suite à l'offensive menée par le lobby financier contre la TTF et par l'annonce d'un projet moins ambitieux. L'un des principaux objectifs de la taxe qui est de réduire la spéculation à haut risque ne sera pas atteint si, comme annoncé, la plus grande partie de l'assiette de l'impôt est constituée dans une première phase par les actions. Ceux qui dépendent de leur régime de retraite d’être les plus touchés.

Nous croyons que la liberté du marché est liée par le principe de la justice et le respect du commandement, «Tu aimeras ton prochain». L'Union européenne, ses Etats membres et institutions, doivent poursuivre des politiques visant la stabilité, sans hypothéquer le bien-être des générations futures. Ces politiques ne doivent pas se faire au détriment des plus pauvres et ignorer les exigences de la justice sociale. Elles doivent garder à l'esprit la responsabilité des banques et autres institutions financières dans la crise financière que beaucoup de nos frères et soeurs continuent d'endurer.

Une taxe avec une assiette large, portant sur les actions, les obligations, les produits dérivés et le trading à haute fréquence hautement spéculatif, vise de réduire le volume de la spéculation financière tout en générant un montant estimé par la Commission européenne à 34 milliards d «euros. Ces revenus pourraient fournir une marge budgétaire importante pour honorer et renforcer vos engagements existants en faveur du développement et du financement de la lutte contre les changements climatiques.

«L'argent doit servir et non pas gouverner» comme nous le rappelle sa Sainteté, le Pape François dans son Exhortation apostolique, Evangelii Gaudium (# 57-58). Une taxe sur les transactions financières constitue un instrument très puissant pour contribuer à une plus grande justice sociale par la redistribution. Il ne tient qu'à vous, les décideurs européens, de mettre en œuvre pleinement ce potentiel lorsque vous décidez de l'assiette de l'impôt et de l'utilisation des revenus qui seront générés. Nous vous exhortons à faire le bon choix. Ne cédez pas à la pression de ceux qui ont un intérêt à affaiblir cette TTF.

Nous vous demandons de reconsidérer votre décision de ne pas imposer les actions et certains produits dérivés. Par ailleurs, nous attendons de votre part une déclaration claire, vos revenus seront consacrés à réduire la pauvreté et à lutter contre les changements climatiques.

signatures:

+ Johannes Kreidler, évêque auxiliaire de Rottenburg-Stuttgart, Allemagne (MISEREOR: www.misereor.de)
+ Ludwig Schwarz SDB, Evêque de Linz, Autriche (KOO: www.koo.at)
+ Luc Van Looy, évêque de Gand, Belgique (Broederlijk Delen: www.broederlijkdelen.be)
+ Jacques Blaquart, évêque d’Orléans, France (CCFD-Terre solidaire: www.ccfd-terresolidaire.org)
+ Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise, France (CIDSE: www.cidse.org)
+ Francesco Montenegro, Evêque d'Agrigento, Italie (FOCSIV-VnM: www.focsiv.it)
+ Jorge Ferreira da Costa Ortiga, Archevêque de Braga, Portugal (FEC: www.fecongd.net)

Cet appel est soutenu par la CIDSE.
Contact: Jean Saldanha, Conseillère politique, tél.: + 32 2 233 3753, saldanha (at) cidse.org


Pour plus d’informations sur la taxe sur les transactions financières, vous pouvez lire la réaction de CIDSE
ici.

 

European_Catholic_Leaders_FTT_statement_12_May_2014_Final.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange