Tournée des évêques au Guatemala - CIDSE
"Communauté en résistance"

Visite des évêques au Guatemala

Il faut souvent voyager loin pour vraiment comprendre pourquoi il vaut la peine de travailler pour la justice mondiale. Il ne suffit pas de prendre l'avion pour aller quelque part, il faut continuer à atteindre les personnes que nous soutenons et avec lesquelles nous travaillons.

Les mauvaises routes et les terrains difficiles sont la norme. Imaginez donc la surprise lorsque, à mesure que vous vous rapprochez de l'organisation partenaire, la route se transforme en une nouvelle autoroute parfaite, même si vous êtes loin des grandes villes, dans la campagne du Guatemala. . C’est ainsi que vous savez que vous vous approchez de personnes menacées par des projets industriels ou des plantations en monoculture massive, car les routes mènent directement à des mines à ciel ouvert ou à des projets agricoles qui se multiplient dans tout le pays.

"Communauté en résistance"Aux toutes dernières marches sur le chemin menant aux villages autour de la mine de La Puya, nous quittons notre bus et nous devons marcher, devant les unités de police et les barricades, pour atteindre le Communidad en Resistencia. Aujourd'hui, nous allons partager la communion lors d'une messe sous une tente ouverte près de la mine. Des centaines de villageois nous attendent, ainsi que des prêtres de la région, et nous - une délégation de la CIDSE avec des évêques et des prêtres d'Espagne, de Suisse, de Belgique et d'Irlande, ainsi que des experts des organisations de développement catholiques Trócaire, Fastenopfer, Broederlijk Delen et Manos Unidas - va célébrer avec eux aujourd'hui. Une masse de solidarité, puisque l'exploitation minière se passe ici sans la participation de la communauté locale, sur une licence accordée par le gouvernement central en violation des règles internationales et des principes démocratiques fondamentaux. La police et l'armée sont les seules institutions publiques assurant les communautés locales. Elles sont assistées par la sécurité de l'entreprise. Exmingua (Extracciones Mineras de Guatemala) que nous rencontrons. Ils ne sont pas là pour aider les locaux, mais pour s'assurer que les événements du 23 mai 2014 ne se répètent pas. Ensuite, les habitants ont bloqué la rue, exigeant d'être entendus, exigeant un examen de la mine car des experts avaient trouvé de l'arsenic toxique dans l'eau provenant de la mine. Le 23 mai 2014, la police militaire a violemment chassé les manifestants. En plus des blessures physiques, une profonde coupure a été faite à leur âme. Personne ne les protège. Ce qu’ils demandent, c’est la fin de la vente de leurs terres par l’État à des sociétés transnationales afin de satisfaire une faim pour leurs ressources naturelles: or, argent, minéraux, pétrole, gaz… Il n’existe pas un seul exemple de mine qui ont profité à la population locale au Guatemala. Les gains vont à d'autres, très loin, et les agriculteurs perdent leurs terres. Souvent sans compensation.

Le camp de la PuyaLes médias, les journaux crient que des militants, des communistes et des terroristes s'opposent au développement du pays. Cependant, à La Puya, ces «activistes» sont la communauté catholique locale. Dans la région de Quiché, ceux qui souffrent de l'accaparement des terres sont un peuple maya, l'Ixil. Ce n'est pas la première fois qu'ils souffrent, non plus. Dans les 80, ils ont été la cible d'une campagne militaire de tactiques de la terre brûlée, de génocide et de déplacement. Des témoins m'ont raconté pendant des heures les détails des massacres de leurs familles, de leurs voisins, de la façon dont les enfants d'Ixil avaient été enlevés à leurs parents, transmis par l'armée pour être vendus aux États-Unis et en Europe, voire aux marchands d'organes. La seule façon pour moi de faire face aux histoires racontées était de voir dans le visage des gens leur dire à quel point il était important pour eux d'être entendus.

Mgr. Jousten embrasse un villageois en deuilDans le village de Coban, des images des personnes assassinées sont accrochées aux murs et, pour chaque villageois «disparu», une croix. Les larmes coulent, évêques, prêtres et familles victimes s'enroulent dans les bras. Mais plutôt que d'accepter que ce génocide ait eu lieu, le gouvernement continue d'ignorer à la fois les peines légales et l'éternelle rangée de témoins. La population ne reçoit aucune indemnisation pour ses souffrances, mais le génocide se poursuit sous la forme de suppression de droits, par le biais de la violence pour la cause du "développement", par le biais de l'exploitation minière et de la monoculture destinée à l'exportation. canne à sucre.

Nous célébrons une messe avec le peuple Ixil, dans leur langue, l'une des neuf langues parlées dans le diocèse de Quiché. Évêque Rosolino Bianchetti a étudié la langue et dit la messe à Ixil et espagnol devant la messe du 500 à San Juan Cotzal.

Cantiques à la messeDans le même temps, à plusieurs kilomètres de 9000, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies se réunit à Genève. Au programme: des règles pour que les entreprises respectent les droits de l'homme. La CIDSE a recueilli des déclarations de témoins du Guatemala et d'autres pays et les transmet à l'ONU. Le Vatican s'est prononcé en faveur d'un traité contraignant des Nations Unies pour les États et les entreprises. La tension monte. Il y a quelque temps, nous suivions un match de football avec le même enthousiasme. Nous attendons maintenant le résultat du vote, jusqu'à ce que nous entendions la délégation de la CIDSE à Genève: Succès! Les voix de l'UE et des États-Unis ont été défaites, une majorité de pays a voté en faveur de l'ouverture de négociations sur des règles contraignantes.

Achat d'un t-shirt de solidaritéLes gens au Guatemala le remarqueront-ils? Les entreprises et les gouvernements respecteront-ils leurs droits et les impliqueront-ils dans les décisions qui affectent leur vie à l'avenir? Les experts sont sceptiques: les gouvernements et ceux qui s'intéressent au statu quo fera tout pour arrêter cela. Au Guatemala, comme dans le monde entier, il appartiendra à une société civile renforcée d’aider les populations marginalisées. L'UE et ses États membres pourraient apporter leur aide s'ils utilisaient non seulement leur intérêt pour les matières premières et les ressources comme mesure de ce qui est juste, mais incluaient également dans leur politique leurs discours sur les droits de l'homme, sur la lutte contre la pauvreté. La distance entre la capitale et les régions touchées est longue, mais nous espérons que les diplomates rencontrés s’y rendront. Ce serait un geste important et une chance pour l'UE de faire un pas en avant pour orienter sa politique dans le sens des intérêts des pauvres et des dépossédés.

La delegationLes impressions profondes de l'excellent travail de nos partenaires locaux, des récits terribles que j'ai entendus, mais aussi de l'espoir d'un avenir dans la justice et la paix me conduisent sur le chemin du retour à Bruxelles, où beaucoup de travail reste à accomplir. Un travail qui peut jouer un rôle mineur dans l'amélioration des conditions pour la population locale, au Guatemala, peut-être que les entreprises et les gouvernements respectent un minimum de règles et, espérons-le, en laissant nos partenaires travailler sans crainte d'être arrêtés, harcelés et la violence.

Bernd Nilles

Rapport de la tournée des évêques au Guatemala

Plus d'images de la tournée des évêques

Pour en savoir plus sur notre relation avec les industries extractives:

Le Campagne de carême of Fastenopfer

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange