Récolter les fruits du commerce meurtrier des minerais du conflit - CIDSE

Récompenses du commerce Récolter des minéraux des conflits mortels

24 Septembre 2014

Des entreprises européennes capables de tirer profit du commerce mortel de minerais en conflit

Aujourd’hui, une coalition d’ONG faisant campagne sur les minerais de conflit soutenus par la CIDSE a lancé un nouveau site Web.

Voir le communiqué de presse dans Anglais - Français - Allemand ainsi que Briefing conjoint des OSC (July 2014).

L'Union européenne n'arrête pas le commerce meurtrier de minerais de conflit, a annoncé aujourd'hui une coalition de groupes de défense des droits comprenant Global Witness et Amnesty International, plusieurs semaines avant que de nouvelles lois ne soient discutées au Parlement.

Une nouvelle analyse de Global Witness montre que les entreprises apportent en Europe des milliards de dollars de minéraux sans avoir à révéler si leurs achats finançaient des groupes armés ou des violations des droits de l'homme dans des pays ravagés par un conflit.

«Pour le moment, nous n'avons aucun moyen de savoir ce que font les entreprises européennes pour éviter le financement des conflits ou des violations des droits de l'homme», a déclaré Michael Gibb de Global Witness.

«La Commission européenne a proposé une législation qui, selon elle, résoudrait le problème, mais le projet de loi ne va que jusqu'à suggérer aux entreprises de vérifier et de déclarer volontairement la source de leurs minéraux. Des études montrent que les entreprises ne vérifient tout simplement pas leurs chaînes d'approvisionnement, à moins d'y être obligées. En clair, cette loi ne réduira pas de manière significative le commerce des minerais de conflit. »

L'analyse révèle l'étendue du rôle de l'UE dans le commerce des minerais, qui, s'ils sont obtenus sans contrôles appropriés dans les zones de conflit et à haut risque, peuvent être utilisés pour payer les groupes armés et les forces de sécurité qui infligent une violence insupportable aux communautés locales.

Les minéraux peuvent se retrouver dans des produits tels que les téléphones portables, les ordinateurs portables, les voitures ou les ampoules. En République démocratique du Congo, en Colombie et en République centrafricaine, ce commerce a alimenté des conflits meurtriers qui ont déplacé plus d'un million de personnes et ont conduit à de graves violations des droits de l'homme. En Colombie, les sociétés minières elles-mêmes ont été associées à des violations des droits de l'homme.

L’UE a représenté près d’un quart (milliards d’euros) du commerce mondial des minerais et métaux d’étain, de tungstène, de tantale et d’or, selon la nouvelle étude. La même année, des millions de téléphones 28.5 et plus d'un million d'ordinateurs portables ont été importés dans l'Union européenne, qui contiennent également ces minéraux. À l'heure actuelle, les entreprises ne sont pas tenues de veiller à ce que le produit de ce commerce ne tombe pas entre de mauvaises mains.

D'énormes quantités de produits sont importées sans contrôle dans des pays comme l'Allemagne, le Royaume-Uni et la France. L'Allemagne est le plus grand importateur de téléphones portables et d'ordinateurs portables dans l'Union européenne, rapportant près de 9.6 millions d'ordinateurs portables et 28.6 millions de téléphones portables au format 2013, pour un montant de X milliards d'euros. Le Royaume-Uni est le deuxième importateur de téléphones portables et d'ordinateurs portables, les Pays-Bas en troisième et la France.

«Les entreprises européennes tirent probablement profit du commerce de minerais qui remplit les poches de groupes armés violents dans des pays riches en ressources comme le Congo et la Colombie», a déclaré Audrey Gaughran, directrice des questions mondiales chez Amnesty International.

«L'UE doit élaborer une loi significative qui s'attaque efficacement au lien entre le commerce européen et les violations violentes des droits de l'homme à l'étranger. L'approvisionnement responsable en minéraux ne devrait pas être facultatif, mais quelque chose que toutes les entreprises font.

Les États-Unis et une douzaine de pays d'Afrique centrale ont mis en place des mesures obligeant les entreprises à enquêter sur leurs chaînes d'approvisionnement en minerais, mais l'UE n'en a aucune. À mesure que la demande mondiale de ressources naturelles augmente, l'UE risque de devenir un pôle majeur de commerce des minerais de conflit.
La nouvelle analyse est révélée lorsque la coalition d'ONG demande publiquement aux députés européens et aux États membres de l'UE de réviser la loi proposée et de créer quelque chose qui donnera aux consommateurs l'assurance que leurs achats ne contribuent pas à nuire à l'étranger. Des partisans, tels que le directeur de Blood Diamond, Ed Zwick, ont soutenu la campagne.

Plus précisément, la coalition appelle à:
• La proposition volontaire à remplacer par exigences obligatoires, obligeant les entreprises européennes à s'approvisionner de manière responsable en minerais.
• La proposition de couvrir plus d'entreprises. Le système actuel ne cible que très peu de 0.05% des entreprises européennes impliquées dans le commerce. Il ne couvre pas actuellement les entreprises qui importent des biens de consommation, tels que des ordinateurs portables, des téléphones portables et des voitures, contenant les minéraux en question.
• La proposition de inclure d'autres ressources naturelles risque de financement de groupes armés ou de forces de sécurité abusives ou lié à de graves violations des droits humains, telles que diamants, charbon et chromite.

Les députés et les États membres ont la responsabilité de veiller à ce que les entreprises européennes ne profitent pas aux dépens des communautés locales des pays producteurs. Ils devraient donner cette assurance aux consommateurs par le biais d'une législation solide et significative. C'est une opportunité historique de bien faire les choses.

/Prend fin

Commentaires d'experts:

Gautier Muhindo Misonia, coordinateur du Centre de recherche et d'enquête sur l'environnement, la démocratie et les droits de l'homme, en RDC, a déclaré: «Nous avons un besoin urgent d’une loi forte dans l’UE qui empêche les entreprises d’ignorer les inconvénients de leurs achats d’essence dans des pays comme le Congo. Le secteur minier artisanal au Congo est confronté à d'énormes défis. Les groupes armés et les mines de contrôle militaire et les routes commerciales. Les conditions de travail peuvent être très mauvaises. Mais le contrôle international du secteur a entraîné des progrès réels que le système volontaire de l'UE saperait. Cela permettrait aux entreprises européennes de tirer profit aux dépens de la population locale. "

Baronne Helena Kennedy QC, a déclaré: «Il est d'une importance vitale que l'UE et le Royaume-Uni adoptent une législation contraignante obligeant les entreprises à adhérer aux normes des droits de l'homme. Actuellement, trop de nos sociétés s'approvisionnent en minerais par le biais de chaînes d'approvisionnement qui souscrivent en fait à des conflits à travers l'Afrique, permettant des viols et des meurtres en gros. C'est une campagne qui a un besoin urgent de notre soutien. »

Ed Zwick, directeur de Blood Diamond et membre du conseil consultatif de Global Witness, a soutenu la campagne. Il a déclaré: «En Europe, nos fabricants achètent des minerais qui pourraient financer les conflits que notre aide financière espère atténuer. Et pendant tout ce temps, nous risquons d'acheter des produits contenant ces minéraux du conflit, ignorant allègrement les implications… C'est une occasion historique pour aider à redresser la situation.

John Ruggie, auteur des Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme des Nations Unies, a déclaré ce qui suit dans une lettre adressée au président de la Commission Barroso: «[Les principes directeurs] indiquent clairement que les entreprises dont les opérations ou les contextes opérationnels présentent des risques d'impacts graves sur les droits de l'homme devraient faire un rapport formel sur la manière dont elles y font face. Lorsque des minerais ou des métaux extraits dans des situations de conflit par le travail forcé, le travail des enfants et des pratiques abusives similaires peuvent faire partie de la chaîne de valeur d'une entreprise, cela devient naturellement une question pertinente pour le reporting formel… Une démarche pour rendre le reporting entièrement facultatif risque de laisser les entreprises les plus responsables exposés alors que ceux qui sont le moins attentifs à leurs responsabilités en matière de droits humains continuent leurs pratiques actuelles sans se décourager.

Contacts :
Sarah Morrison, Londres, Royaume-Uni, smorrison@globalwitness.org, + 44 207 492 5840 / + 44 7912 517 126
Emily Norton, Londres, Royaume-Uni, enorton@globalwitness.org, + 44 207 492 5870 / + 44 7889 536 341

Notes aux rédacteurs:

  1. Le site de la campagne sur les minerais de conflit: http://www.globalwitness.org/conflictminerals/.
  2. La coalition des ONG qui soutiennent la campagne sur les minerais du conflit comprend: Amnesty International, Global Witness, Christian Aid, Commission Justice et Paix Belgique francophone, CORE, ALBOAN, Centre national de coopération au développement, EurAc, OENZ, Réseau minier de Londres, PAX, Western Sahara Resource Watch, Südwind Agentur, Mine Save Act, CODHO, Congo Calling, Centre social européen jésuite, Info Birmanie, PowerShift, CERN / CENCO, Association pour le développement d'initiatives paysannes (ASSODIP), Walk Free, CIDSE, GreenIT.fr.
  3. La proposition de la Commission européenne a été lancée en mars et peut être consultée ici.
  4. Plus de détails sur la position de la coalition à trouver ici.
  5. Les gouvernements et les députés examinent la proposition de la Commission. Les députés discuteront de cette question lors d'une audition de la commission début décembre. Le Conseil et le Parlement devraient voter sur la législation au début de l'année prochaine.

Pays par pays: données supplémentaires sur les principaux importateurs de l'UE

Le tableau montre les cinq principaux importateurs d'ordinateurs portables et de téléphones portables dans l'UE. Ces deux produits contiennent de l'étain, du tantale, du tungstène et de l'or. À l'heure actuelle, il est impossible pour les consommateurs de dire si les minéraux contenus dans ces produits ont financé des conflits et des violations des droits de l'homme à l'étranger.

Allemagne

L’Allemagne est le troisième importateur mondial d’ordinateurs portables et de téléphones mobiles, et le plus grand dans l'UE.
L'Allemagne a importé 64 millions de téléphones mobiles et 15 millions d'ordinateurs portables, d'une valeur de 14.4 milliards d'euros (18.7 milliards USD), en 2013.
En 2013, l'Allemagne a importé 7.6 milliards d'euros (9.8 milliards USD), ou 52 pour cent, de ses téléphones portables et ordinateurs portables en provenance de Chine. (Voir la section sur les importations de la Chine ci-dessous).

UK Le Royaume-Uni est le quatrième importateur mondial d’ordinateurs portables et de téléphones mobiles, et le deuxième dans l'UE.
Le Royaume-Uni a importé 20 millions d'ordinateurs portables et plus de 44.5 téléphones mobiles, d'une valeur de 11.2 milliards £ (18.2 milliards USD), en 2013.
En 2013, le Royaume-Uni a importé 4.4bn £ (7.2bn US $), ou 40%, de ses téléphones portables et ordinateurs portables, en provenance de Chine. (Voir la section sur les importations de la Chine ci-dessous).
Nederland Les Pays-Bas sont le cinquième plus grand importateur d’ordinateurs portables et de téléphones mobiles au monde. troisième plus grand dans l'UE.
Les Pays-Bas ont importé 14.8 millions de téléphones mobiles et 20 millions d’ordinateurs portables, d’une valeur de 9.5 milliards d’euros (12.3 milliards d’USD), en 2013.
En 2013, les Pays-Bas ont importé 7.1 milliards d’euros (ou 9.2 milliards d’USD), ou 74 pour cent de leurs téléphones portables et ordinateurs portables, en provenance de Chine. (Voir la section sur les importations de la Chine ci-dessous).
France La France est le sixième importateur mondial d’ordinateurs portables et de téléphones portables, et le quatrième plus grand dans l'UE.
La France a importé des millions d’ordinateurs portables 16 et presque des millions de téléphones mobiles, d’une valeur de 36 milliards d’euros (9 milliards USD), en 11.6.
En 2013, la France a importé 6.2 milliards d’euros (ou 8 milliards d’USD), ou 69 pour cent, de ses téléphones mobiles et ordinateurs portables en provenance de Chine. (Voir la section sur les importations de la Chine ci-dessous).
Italie L’Italie est le 11ème importateur mondial d’ordinateurs portables et de téléphones portables, et le cinquième plus grand dans l'UE.
L'Italie a importé des millions d'ordinateurs portables 9.6 et des millions de téléphones mobiles, pour une valeur de 28.6 milliards d'euros (6.1 milliards USD), en 7.9.
En 2013, l’Italie a importé 1.9 milliards d’euros (ou 2.5 milliards d’USD), ou 33 pour cent, de ses téléphones portables et ordinateurs portables en provenance de Chine. (Voir la section sur les importations de la Chine ci-dessous).
Importations de la Chine Comme indiqué ci-dessus, une proportion importante des importations de téléphones portables et d'ordinateurs portables de l'UE provient de Chine. La Chine importe des quantités importantes de minerais et de métaux destinés à la fabrication de ces produits.
En 2013, la Chine a importé plus de 4,000 tonnes d'étain, de tungstène, de tantale et d'or ainsi que de leurs concentrés, d'une valeur supérieure à € 106.6m (US $ 138m), de Colombie, de la RDC, du Rwanda et du Burundi.
Cela équivaut à importer Bus à impériale 333 cela, s'il avait été obtenu sans vérification appropriée dans des zones à haut risque, aurait pu financer la guerre.
En Chine, source 2013 23 pour cent de ses minerais et concentrés de tantale (en poids) provenant de ces quatre pays.

Notes:

Toutes les données de UN Comtrade: http://comtrade.un.org/

Les données sur les minerais, concentrés et métaux d'étain, de tantale, de tungstène et d'or, ainsi que les métaux, capturent les échanges de l'UE sous les codes SH énumérés dans le tableau du tableau p.78 de l'analyse d'impact de la Commission, disponible à l'adresse suivante: http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2014/march/tradoc_152229.pdf

Les données relatives aux téléphones portables et aux ordinateurs portables reflètent les échanges de l'UE dans les codes 851712 (téléphones portables) et 847130 (ordinateurs portables).

 

Campagne EN-Conflict Minerals
DE-Konfliktmineralien Kampagne
Campagne minière des conflits

Partager ce contenu sur les médias sociaux