Signé, scellé… mais échoue à livrer: le document d'investissement agricole responsable est approuvé mais sonne l'alarme pour la société civile - CIDSE
Photo: Manos Unidas

Signé, scellé… mais n'aboutit pas: le document d'investissement responsable dans le secteur agricole est approuvé, mais il sonne l'alarme pour la société civile

Photo: Manos Unidas

Un travail d'amour de deux ans pour la CIDSE s'est achevé hier, grâce à l'approbation des principes de l'investissement agricole responsable (RAI).

Alors que nous et nos amis de la société civile pouvons être à juste titre fiers de notre engagement constructif dans le processus et le produit qui en résulte, la version finale du document mis au lit hier a révélé le manque de volonté politique ou de courage des décideurs pour agir dans l’intérêt de tous. ceux dont les moyens de subsistance et le bien-être dépendent le plus de ce document: les petits producteurs d’aliments et les communautés sans voix dans le monde entier. Une fois de plus, l'influence des entreprises s'est imposée comme l'une des priorités de la politique alimentaire et agricole mondiale, le commerce international ayant triomphé des droits de l'homme.

Du point de vue de la société civile, l'omission la plus flagrante dans le document est l'absence d'un engagement significatif en faveur d'une approche fondée sur les droits. Bien que l'on puisse dire qu'une vague amicale a été donnée dans la direction générale des droits de l'homme grâce à l'inclusion de termes basés sur les droits ici et là, un examen du document dans son intégralité révèle rapidement que ces références ne sont rien de plus que de simples paroles. service, dans la mesure où ce sont en fait les accords commerciaux internationaux qui ont abouti à ce processus, ouvrant la voie à une augmentation des investissements irresponsables allant à l’encontre du droit à l’alimentation.

Le document ne reflète pas suffisamment le fait que les petits producteurs de denrées alimentaires soient les principaux investisseurs dans l’agriculture, les acteurs de l’investissement à grande échelle étant laissés presque librement pour aller de l’avant. Bien que les points relatifs aux droits des travailleurs agricoles et des droits des femmes nous fassent certainement un pas en avant, la priorité accordée aux accords commerciaux, complices inhérents à la violation de ces mêmes droits, nous fait reculer de deux. Le manque de soutien à l'agroécologie et aux systèmes et marchés alimentaires locaux, reflété par le déni du document quant aux différents impacts des différents systèmes agricoles, nous pousse davantage vers la lutte contre la faim et la pauvreté, ouvrant la voie à des pratiques agricoles plus stables. qui sont plus un obstacle qu'une aide. Avec le Canada essayant de bloquer le préexistant, convenu internationalement Le texte sur le consentement libre, préalable et éclairé des peuples autochtones n’a heureusement pas été retenu à la fin, indiquant clairement que la société civile a besoin de vigilance, même pour les demandes politiques qui, au moins sur papier, ont été mises de côté. La surveillance continue donc de jouer un rôle clé. La politique publique a été écartée des principes, donnant le feu vert aux solutions basées sur le marché, laissant les petits producteurs de denrées alimentaires vulnérables aux violations des droits de l'homme et à la volatilité des prix des denrées alimentaires provoquée par la spéculation. Enfin, le rôle attribué au suivi des Principes au niveau national est faible et doit être renforcé pour que ce document serve les communautés pauvres sur le terrain.

Nous ne pourrons jamais investir de manière responsable dans l'agriculture tant que les accords commerciaux sont placés au-dessus des droits de l'homme
Mécanisme de la société civile

Les principes favorables au commerce et aux marchés occupant une place prépondérante dans ce document, la branche "responsable" de ce qui devrait être une nouvelle entreprise brillante est extrêmement maigre, offrant peu de protection aux producteurs agricoles et aux travailleurs agricoles à petite échelle dans leurs luttes quotidiennes. En tant que CIDSE, unis à la société civile et à nos soeurs et frères dans la lutte contre la pauvreté, appelons les gouvernements à se conformer aux normes les plus strictes fixées par le droit international des droits de l'homme, et à contrôler de manière efficace et transparente toutes les activités menées au nom des principes d’investissement agricole responsable.

Plus:

  • Société civile déclaration sur l’approbation des principes RAI (15th Octobre 2014)
  • Société civile déclaration consentement libre, préalable et éclairé (2nd Octobre 2014)
  • Société civile position sur les principes de la RAI (May 2014)
  • Le CSM et la RAI article par Philip McMichael (July 2014)
  • Contribution de la CIDSE à la consultation en ligne de la RAI (février 2014)
  • CFS-41 sur RAI (y compris: version finale pour approbation, documents de consultation et documents de référence)

Retour à 'La sécurité alimentaire à l'honneur » pour plus de rapports de Rome

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange