CIDSE vers la COP 21 à Paris - CIDSE

CIDSE vers la COP 21 à Paris

En vue de la 21st Conférence des parties (COP21) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), la CIDSE plaide en faveur de la justice climatique par le biais de documents d'orientation, d'événements et d'activités diverses.

Point de vue de la CIDSE sur le changement climatique
La CIDSE œuvre pour la justice climatique, convaincue que le changement climatique n'est pas seulement un problème environnemental, mais aussi une urgence de développement affectant les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables du monde.

COP 21: quoi, quand et où
La solution COP21 aura lieu à Paris, en France, de 30 novembre à 11 décembre 2015. L'objectif de la conférence est de parvenir à un accord équitable, juridiquement contraignant et universel sur le climat, conclu entre toutes les nations du monde.

Calendrier officiel
1-11 juin: Conférence de Bonn sur les changements climatiques (42e session de l'Organe subsidiaire de mise en œuvre (SBI), 42e session de l'Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique (SBSTA), Neuvième partie du 2e session du Groupe de travail ad hoc sur la plate-forme de Durban pour une action renforcée (ADP) (Bonn, Allemagne)
31 août - 4 septembre: Troisième session de l'ADP (Bonn, Allemagne)
19-23 octobre: ​​quatrième session de l'ADP (Bonn, Allemagne)
30 novembre-11 décembre: COP21 (Paris, France)

Les attentes de la CIDSE de la COP 21

• Un accord juridiquement contraignant, ambitieux et juste, signé par toutes les parties (pays) à COP21.

• Décarbonisation des économies par 2050. Un plan d'action par lequel les pays réduisent leurs émissions à zéro et mettent en place les systèmes 100% d'énergie renouvelable. Cela signifie la suppression progressive des combustibles classiques, y compris le charbon, ainsi que des subventions aux combustibles fossiles, qui peuvent être réorientés pour répondre aux besoins des plus pauvres et des plus vulnérables.

• Un accord doit contenir des clauses de révision pour permettre d'augmenter l'ambition d'atténuation. Celles-ci devraient avoir lieu tous les 5 ans et les pays devraient être obligés de revoir leurs propres objectifs. Un objectif à long terme (LTG) - une perspective à long terme ou un objectif final - est nécessaire. Veiller à ce que le seuil de 1.5 ° C soit inscrit dans un accord mondial juridiquement contraignant, avec des engagements et des actions d'atténuation ambitieux de tous les pays, en fonction de leurs responsabilités communes mais différenciées et de leurs capacités respectives (CBDRRC). En veillant à ce qu'un degré de 1.5 ° C reste à notre portée, la communauté mondiale montrerait son engagement à protéger tous les groupes et régions vulnérables contre les changements climatiques dangereux et signifierait s'engager dans un changement de cap vers des voies de vie et de développement durables et justes.

• Financement climatique: sans argent sur la table, les pays en développement ne peuvent pas répondre à leurs besoins d'adaptation ou transformer leurs économies pour rester sur une trajectoire sobre en carbone. Nous devons voir des engagements envers le Fonds vert pour le climat et une trajectoire claire pour que les pays atteignent leur part des 100 milliards USD d'ici 2020. Nous avons besoin d'un accord sur un objectif de financement public pour l'adaptation. Le rôle du secteur privé doit être plus transparent, tout argent provenant du secteur privé devrait s'ajouter aux 100 milliards USD. Cet argent devrait être nouveau et s’ajouter aux engagements et aux flux d’APD existants. Des rapports transparents et solides seront essentiels pour suivre les flux financiers afin de garantir que le financement climatique ne se fait pas au détriment de l'aide au développement, qui finance l'éducation, la santé et la réduction de la pauvreté.

• L’équité devrait être au cœur de tous les engagements pris. Les personnes historiquement responsables des émissions et non seulement productrices, mais également responsables de la plupart des émissions et de la consommation par habitant devraient assumer la majeure partie des charges d'atténuation et aider les pays en développement en finançant leurs besoins spécifiques. Le pape François appelle cela véritable dette écologique dans l'encyclique Laudato Si '.

• Les personnes et les communautés les plus vulnérables doivent avoir une voix forte et un rôle important dans l'élaboration de l'accord. En tant que groupes confessionnels, nous avons l'obligation morale de faire entendre ces voix et de faire valoir leurs préoccupations. Ce sont les communautés à la pointe du changement climatique et de ses impacts.

• Des mesures d'adaptation suffisantes ne se produiront pas sans planification et attention. Les extrêmes climatiques peuvent entraîner des pertes dépassant la capacité des personnes, des communautés et même des pays à gérer les risques. Par conséquent, les parties doivent veiller à ce que l'accord de Paris sur le climat donne la même priorité à l'atténuation et à l'adaptation, y compris les pertes et les dommages. Le soutien aux communautés qui seront déplacées et aux personnes qui doivent déménager en raison des effets irréversibles du changement climatique devrait inclure la réinstallation fondée sur les droits, la réhabilitation et le rétablissement complet des communautés.

• Le principal organisme scientifique mondial a confirmé que le changement climatique est réel, que les activités humaines sont responsables de tout le réchauffement depuis 1951 et que les impacts se produisent plus rapidement que prévu. Le cinquième rapport d'évaluation (RE5) du GIEC offre l'évaluation la plus complète, la plus fiable et la plus minutieusement examinée de la science du climat jamais produite. Il montre que, à mesure que les températures continuent d'augmenter, les impacts, notamment l'élévation du niveau de la mer, la baisse de la glace de mer et l'acidification des océans, se produisent plus rapidement que prévu et affectent tous les continents et les océans. Les Parties doivent tenir compte de ces preuves scientifiques et reconnaître la relation entre le changement climatique, les événements météorologiques extrêmes et les catastrophes humanitaires.

• L'Accord de Paris devrait spécifier - dans toutes les actions liées au changement climatique - le respect, la protection, la promotion et le respect des droits de l'homme pour tous, y compris pour les plus marginalisés et les plus vulnérables. Les Parties devraient également être guidées par l'égalité des sexes et assurer une participation complète, effective et sensible au genre; promouvoir la sécurité alimentaire et la protection et la résilience des écosystèmes naturels; et envisager une transition juste de la main-d'œuvre qui crée un travail décent et des emplois de qualité.

• Non aux fausses solutions - adhérez au principe du «ne pas faire de mal». Tous les canaux, y compris le nouveau Fonds vert pour le climat, doivent disposer de critères d'investissement solides et de mécanismes de surveillance, notamment de solides mesures de protection sociales et environnementales, afin que les projets susceptibles de menacer la biodiversité et de déplacer injustement les communautés ne soient pas financés. En outre, le FVC et les autres fonds de financement pour le climat ne devraient pas fournir de soutien aux projets polluants utilisant des combustibles fossiles ni à de fausses solutions telles que «l'agriculture intelligente face au climat».

• Un engagement à se concentrer non seulement sur l'écologisation de l'approvisionnement énergétique, mais aussi sur la réduction de la consommation et la promotion des idéaux de vivre simplement, comme le demande le Pape François dans Laudado Si '.

Le pouvoir du peuple
La CIDSE croit au pouvoir des gens de changer le cours du monde et agit pour que la voix des gens soit entendue dans différents forums. Nous apporterons notre soutien et participerons à plusieurs activités impliquant des citoyens demandant la justice climatique:

• Durant le week-end de novembre 28-29, des actions décentralisées seront menées dans les capitales et à Paris pour interpeller les responsables des changements climatiques induits par l'homme et donner un dernier appel au réveil des ministres et des négociateurs qui se rendront à COP21 pour résoudre leurs problèmes. le chaos du changement climatique.

• À partir du 5 décembre, le mouvement populaire français Alternatiba organisera un village mondial d'alternatives, pour démontrer aux dirigeants mondiaux que les gens trouvent déjà des solutions et des alternatives aux systèmes actuels qui sont néfastes pour les personnes et la planète.

• Le 12 décembre, il y aura une mobilisation de masse à Paris qui montrera la force du mouvement populaire pour un avenir dans lequel l'environnement et les personnes seront respectés.

À l'approche de Paris

• En collaboration avec Caritas Europa, la CEC, la COMECE et l’Alliance ACT, la CIDSE a organisé une Conférence œcuménique sur les changements climatiques et l'encyclique papale Laudato Si»organisé par le député européen Othmar Karas au Parlement européen le 29 septembre.

La CIDSE et Caritas Internationalis ont organisé un dialogue de haut niveau sur le changement climatique avec des représentants de l’Église catholique et des gouvernements aux Nations Unies à New York le 14 septembre et, quelques jours auparavant, a coordonné le lancement d’un appel aux dirigeants mondiaux en prévision du Sommet des Nations Unies sur le développement durable co-signé par plus de 50, décideurs politiques, écrivains, militants, leaders religieux et représentants de la société civile.

• Le 11 juin, la CIDSE et Caritas Internationalis ont organisé l'événement: «Prendre soin de la création: perspective catholique sur le changement climatique et attentes concernant l'accord de Paris”À la Conférence de Bonn sur le changement climatique. L'enseignement social catholique accorde une grande importance au souci de la création et à la compassion pour les plus vulnérables, c'est pourquoi lutter contre le changement climatique est une question de justice sociale. À la lumière de la prochaine encyclique papale, les ONG catholiques de développement ont présenté leurs points de vue et leurs attentes sur l'accord de Paris.

• En collaboration avec les ONG 240, la CIDSE a appelé à la protection des droits de l’homme dans l’accord sur le climat de 2015 par le biais de: le présent document soumis à l'ADP en février.

• Chaque mois, la CIDSE participe au Rapide pour le climat initiative, un mouvement croissant de jeunes, d'écologistes et de personnes de foi qui montrent leur force d'engagement en se rendant sans nourriture une fois par mois pour appeler les dirigeants mondiaux à faire davantage pour résoudre la crise climatique.

De Lima à Paris
La CIDSE était présente à Lima à la conférence COP20 et a coordonné la «Déclaration des évêques catholiques à Lima sur la route de Paris», dans laquelle les dirigeants de l'Église de tous les continents ont appelé à la signature d'un accord climatique juste et juridiquement contraignant lors de la COP21 à Paris . Le document a été rédigé en collaboration avec CIDSE, CEAS (Pérou), Caritas Internationalis, CAFOD (Royaume-Uni), CCFD – Terre Solidaire (France), Cordaid (Pays-Bas), Développement et Paix (Canada), MISEREOR (Allemagne), Secours Catholique (France) et Trócaire (Irlande).

Avec qui travaille la CIDSE pour parvenir à la justice climatique?
CIDSE travaille pour le plaidoyer pour la justice climatique avec membres d’Europe et d’Amérique du Nord et avec ses partenaires du Sud.
La CIDSE travaille également avec plusieurs partenaires dans le monde, notamment Caritas Internationalis, APRODEV et le Climate Action Network (CAN) Europe.

Notre membre français CCFD-Terre Solidaire est l’une des organisations fondatrices du Coalition COP 21et CIDSE soutient l’appel à l’action. La Coalition 21 est un groupe d'organisations de la société civile autour de 100 appelant à la mobilisation contre le changement climatique dans l'ensemble de 2015.

Contacts :

Meera Ghani          

Meera Ghani
Agent des politiques et du plaidoyer
Justice climatique
Tél: + 32 (0) 2 233 37
ghani (at) cidse.org                       

 Giulia Bondi

Giulia Bondi
Officier subalterne - Justice climatique
Tél: + 32 (0) 2 233 37
bondi (at) cidse.org

 

 
 
Partager ce contenu sur les médias sociaux