Communiqué de presse: La société civile envoie ses propositions aux dirigeants européens lors du sommet UE-CELAC - CIDSE
Source: CONCORD

Communiqué de presse: La société civile envoie ses propositions aux dirigeants européens lors du sommet UE-CELAC

Source: CONCORD

Bruxelles, 20 Mai 2015; Sur 10 et 11 en juin 2015, Bruxelles accueillera le deuxième Sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne et de l'Amérique latine et des Caraïbes; une réunion de haut niveau qui réunira les dirigeants politiques de 61. Dans la perspective de cette réunion, les organisations de la société civile des deux régions, dirigées par CONCORD et les réseaux latino-américains Mesa de Articulación, ont publié un rapport public. déclaration aujourd'hui. Ce communiqué de presse est disponible en EN / ES / FR.

Le document a été envoyé à la haute représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères, Federica Mogherini, et au commissaire européen chargé de la coopération internationale et du développement, Neven Mimica, et comprend une série de propositions concrètes en faveur de l'égalité socio-économique, de la durabilité environnementale, droits de l'homme et participation citoyenne. La déclaration indique clairement que pour la société civile, les droits de l'homme doivent primer les intérêts commerciaux dans les relations bilatérales UE-CELAC.

Les réseaux européens Alliance ACT, UE, Alliance, Solidaridad, CIDSE, Cifca, Oidhaco et Grupo Sur, représentant plus d'organisations 100, ont signé la déclaration affirmant que les relations actuelles entre les deux régions reposent principalement sur une relation inégale dans laquelle les ressources naturelles sont extraites de manière agressive d’entreprises européennes d’Amérique latine sans tenir compte de ses effets sur les droits de l’homme et le développement

«Ce modèle économique a un impact négatif sur l'environnement et sur l'accès à la terre et la souveraineté alimentaire des peuples d'Amérique latine», déclarent les organisations soussignées. Ils envoient également un rappel qu '«il est urgent de faire pression pour des processus de contrôle et de transparence des entreprises, pour s'assurer qu'elles mettent en œuvre une concertation préalable et une due diligence».

Accords de libre-échange et droits humains

L'UE joue un rôle crucial en Amérique latine et est son troisième partenaire commercial, cependant «les accords de libre-échange (ALE) ont favorisé les intérêts des sociétés transnationales au détriment des droits de l'homme », indique le communiqué. Pour cette raison, les réseaux signataires insistent sur le fait que ces relations birégionales ne doivent pas uniquement reposer sur le libre-échange et la protection des investissements européens.

Les propositions contenues dans le déclaration, inclure la création d'un instrument contraignant pour réglementer les activités des sociétés transnationales veiller à ce qu'ils appliquent les mêmes normes de respect des droits de l'homme à l'intérieur et à l'extérieur des frontières de l'UE.

L'UE a déjà signé des accords commerciaux avec le Chili, le Mexique et six pays d'Amérique centrale et un accord de libre-échange avec la Colombie et le Pérou. À l'heure actuelle, l'UE négocie l'ajout de l'Équateur à ce dernier traité et a accéléré les négociations avec Cuba.

Protestation sociale; une activité à haut risque

Actuellement, dans de nombreux pays d'Amérique latine, la protestation sociale peut coûter la vie. Les populations locales d’Amérique latine ne sont pas en accord avec de nombreux grands projets européens. forte augmentation de la tendance à persécuter, stigmatiser et criminaliser les activités de protestation sociale. «La défense des droits humains en Amérique latine est de plus en plus dangereuse, rien qu'en Colombie, les meurtres sont passés de 32 en 2010 à 78 en 2013 et au Guatemala, au cours de la même année, 657 cas d'agression ont été enregistrés», soulignent les organisations soussignées. le L'UE ne doit pas fermer les yeux à cette grave violation des droits de l'homme.

«La société civile des deux régions doit être prise en compte lors de la prise de décisions qui affectent l'avenir des gens», disent les réseaux. En effet, la déclaration souligne également la nécessité d'inclure des mécanismes d'évaluation de l'impact des politiques birégionales et de garantir que le public est consulté et peut participer activement. «Un soutien financier, une information accessible et la transparence sont essentiels pour assurer la participation effective des organisations», concluent-ils.

Les organisations signataires de la déclaration espèrent que leurs messages seront pris en compte et demandent aux dirigeants des deux régions d'adhérer au thème du sommet: «Façonner notre avenir commun: œuvrer pour des sociétés prospères, cohésives et durables pour nos citoyens».

ACT ALLIANCE EU - ALIANZA POR LA SOLIDARIDAD - CIDSE - CIFCA - GRUPO SUR - OIDHACO

 

Personne de contact chez CIDSE: Stefan Reinhold: reinhold (at) cidse.org

 

Déclaration de communiqué de presse CSF EU -CELAC
FR Communiqué de presse société civile UE-CELAC
ES-Comunicado Prensa Declaración Sociedad Civil UE-CELAC

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange