La conférence de la CIDSE «Les peuples et la planète d'abord: la voie impérative du changement» a appelé à une action climatique urgente et à une plus grande transformation des économies et des modes de vie. - CIDSE

La conférence de la CIDSE intitulée «Les peuples et la planète d'abord: l'impératif de changer de cap» a appelé à une action climatique urgente et à une transformation accrue des économies et des modes de vie.

La conférence "Les peuples et la planète d'abord: l'impératif de changer de cap", organisée par la CIDSE et le Conseil pontifical pour la justice et la paix à la suite de l'encyclique Laudato Si du pape François, s'est achevée vendredi 3 à Rome.

L’événement a rassemblé des membres de l’Église 200, de la société civile et des représentants politiques de tous les continents et de différents pays, ainsi que des conférenciers de haut niveau tels que le cardinal Pietro Parolin (secrétaire d’État), Naomi Klein, Mary Robinson (Envoyée spéciale de l’ONU). pour le changement climatique), et Enele Sopoaga (Premier ministre de Tuvalu), entre autres. «Cette conférence de deux jours a été un espace de discussion unique, au cours duquel des mondes qui fonctionnent habituellement de manière indépendante se sont rencontrés, ont échangé des réflexions et tiré parti d'un espace de dialogue aussi exceptionnel», a déclaré Bernd Nilles, secrétaire général de la CIDSE.

Conférence de presse 2 small

Photo: conférence de presse, 1 July 2015, salle de presse du Saint-Siège. Intervenants: Prof. Ottmar Edehofer, Naomi Klein, Flaminia Giovanelli, Bernd Nilles. Modérateur: Père Federico Lombardi

Lors d'une conférence de presse précédant la conférence Naomi Klein et Bernd Nilles a souligné l'importance de construire des alliances inhabituelles pour lutter contre le changement climatique, qui est devenu l'un des plus grands défis pour l'humanité. Naomi Klein a déclaré que le mouvement pour le climat n'avait pas la force de s'attaquer seul au lobby des fossiles et que nous avions besoin de nouvelles alliances. À la lumière de l'encyclique Laudato si, la conférence de la CIDSE «Les peuples et la planète d'abord: le cours impératif du changement» a appelé à une action climatique urgente et a souligné que surmonter le changement climatique nécessite également une plus grande transition sociale, environnementale et économique avec de nouvelles règles pour le changement climatique. économie. Cela comprend la fin de l'ère des combustibles fossiles d'ici 2050 et le changement des modes de vie afin de respecter la durabilité et la nécessité de limiter la consommation globale de matériaux aujourd'hui conformément aux limites planétaires.

Heinz et Turkson petit

Image: Heinz Hoedl et le cardinal Peter Turkson

Cardinal turkson a déclaré: «Face à notre leadership, il y a le besoin urgent d'élaborer des politiques afin que, dans les prochaines années, les émissions de dioxyde de carbone et d'autres gaz hautement polluants puissent être considérablement réduites. L'utilisation de combustibles fossiles hautement polluants - en particulier le charbon, mais aussi le pétrole et, dans une moindre mesure, le gaz - doit être progressivement remplacée sans délai par un accès et une utilisation intelligents et généralisés aux sources d'énergie renouvelables, facilitant cette transition énergétique… Pourtant le plus grand obstacle à «l'impératif de changer de cap» n'est pas économique, scientifique ou même technologique, mais plutôt dans notre esprit et notre cœur. Le même état d'esprit qui empêche de prendre des décisions radicales pour inverser la tendance au réchauffement climatique fait également obstacle à la réalisation de l'objectif d'élimination de la pauvreté.

La conférence a été ouverte par le président de la CIDSE Heinz Hoedl qui a souligné que: «La crise écologique révèle les défaillances systémiques d’un ordre politique et économique régi par des intérêts personnels et fondé sur la primauté du marché et du profit, qui n’a pas réussi à placer l’être humain et le bien commun au cœur de la société. économie. Nous devons mettre fin au paradigme actuel de croissance et de développement, caractérisé par des systèmes économiques, sociaux et politiques inégaux, une répartition inégale et un accès inégal aux ressources telles que l'eau et la terre, qui conduisent à des violations des droits humains, à la dégradation environnementale et sociale et à des conflits ».

16 petit

Image: Panel «Changement climatique ou évolution des structures de l'injustice? Intervenants: Naomi Klein, Moema de Miranda, Sr Cecile de Renouard. Modérateur: Lorna Gold

Naomi Klein, qui a participé pour la première fois à une conférence au Vatican a montré un grand soutien pour les conseils que l'encyclique donne en déclarant: «Lisez l'encyclique proprement dite - pas les résumés, le tout. Lisez-le et laissez-le entrer dans vos cœurs. Selon Klein, un nouveau mouvement climatique émerge: «Un mouvement basé sur la connaissance que si nous ne voulons pas d'un changement climatique incontrôlable, nous avons besoin d'un changement de système.» Sr Renouard a souligné l'importance de réduire les inégalités en «promouvant le concept de bien commun relationnel, par opposition aux problèmes relationnels communs générant des catastrophes pour les populations et les écosystèmes». Cela peut également nous aider à «analyser les chaînes d'approvisionnement et de production mondiales, valeur des relations directes et indirectes, par exemple entre le consommateur final et le petit producteur, afin de soutenir les initiatives locales ainsi que la solidarité internationale. »« Nous parlons ici d’une transformation profonde. Au lieu d’augmenter la taille du gâteau et de regarder comment les actions sont distribuées, nous devons d’abord regarder comment il est fabriqué de manière à ce que les ingrédients du gâteau ne nous empoisonnent pas ».

Cardinal Parolin a rappelé l'importance de l'encyclique Laudato Si 'en 2015, année où trois importantes conférences des Nations Unies auront lieu: la «Troisième Conférence internationale sur le financement du développement» en juillet, le «Sommet des Nations Unies pour l'adoption du programme de développement pour l'après-2015 »En septembre et la« Vingt et unième session de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques »(« COP21 ») à la fin de l'année à Paris. Il s'attend à ce que «l'encyclique ait un certain impact sur ces événements, mais son ampleur et sa profondeur vont bien au-delà de son contexte dans le temps… Plus d'une fois j'ai eu l'occasion de souligner comment la base technologique et opérationnelle pour promouvoir un tel progrès est déjà disponible ou à notre portée. Nous devons saisir cette grande opportunité, compte tenu de la réelle capacité humaine à s'engager et à avancer sur une voie véritablement et proprement vertueuse, une voie qui irrigue le sol de l'innovation économique et technologique, en cultivant trois objectifs interdépendants: (1) contribuer à l'épanouissement de la dignité humaine; (2) contribuer à éliminer la pauvreté; et (3) pour aider à lutter contre la dégradation de l'environnement. »

Cardinal Parolin petit

Image: Cardinal Parolin après avoir prononcé son discours devant Bernd Nilles et les évêques Portella, Stenger et Lalanne

Le Premier ministre de Tuvalu, originaire d'un État insulaire vulnérable au climat, a appelé toutes les parties prenantes à respecter l'urgence d'agir. «L'éléphant est en fait une baleine dans le lagon - et les petits poissons doivent faire très attention!» Nous avons besoin du courage de tous «pour nous assurer que la COP21 sera couronnée de succès». De plus, Tuvalu - aussi petite soit-elle - voudrait être un exemple en atteignant 100% d'énergie renouvelable d'ici 2020.

Premier ministre de Tuvalu

Image: Enele Sopoaga

Mary Robinson, ancienne présidente de l'Irlande et actuellement Envoyée spéciale des Nations Unies pour le changement climatique, a rappelé que «l'action en faveur du climat est une condition préalable à la prospérité à long terme» et que «nous ne résoudrons pas la crise climatique ni ne nous engagerons sur une nouvelle voie vers la durabilité» développement si nous ne faisons pas pleinement participer les 50% de la population mondiale qui sont des femmes ». Mary Robinson a également rappelé que les femmes sont touchées de manière disproportionnée par le changement climatique et qu'elles devraient être considérées comme faisant partie de la solution à la lutte contre le changement climatique. Robinson a également souligné que le changement climatique était une injustice et a rappelé les paroles du Pape François qui disait que "l'injustice n'est pas invincible".

Pa Ousman JarjuLe ministre gambien de l'Environnement a fait écho au Premier ministre de Tuvalu: "Empruntant à l'encyclique du pape François, alors que les plus pauvres du monde font face aux pires impacts du changement climatique, il est temps" d'envisager une éthique des relations internationales "." Mary Robinson 2 petit

Image: Mary Robinson

Il a expliqué que dans les négociations internationales sur le changement climatique, les pays les moins avancés (PMA) travaillent ensemble en tant que groupe pour représenter le milliard de personnes près de 1 pour qui la lutte contre le changement climatique est une question de survie. Ils restent des cas particuliers, compte tenu de leur vulnérabilité unique et particulière aux effets néfastes du changement climatique. Déjà, avec un réchauffement planétaire de moins d'un degré, nous connaissons des tempêtes, des sécheresses, des phénomènes météorologiques extrêmes plus fréquents et plus intenses, une accélération de l'élévation du niveau de la mer et d'autres impacts mettant la vie en danger. Pa Ousman Jarju a déclaré que l'accord de Paris devrait contenir l'engagement permanent des pays développés parties de renforcer l'offre de ressources financières adéquates, prévisibles, nouvelles et supplémentaires, de répartir de manière équilibrée l'adaptation et l'atténuation, ainsi que les opportunités. Selon le ministre gambien, une percée à Paris doit clairement indiquer que la communauté mondiale reconnaît ce besoin et est disposée à accélérer le changement de paradigme dans la manière dont elle répond au défi du changement climatique et saisit les opportunités offertes par ce défi. Mohamed ElFarnawany Le directeur de la gestion stratégique et de la direction exécutive de l'IRENA a souligné la nécessité de passer aux énergies renouvelables en déclarant: «Notre système énergétique actuel est non durable et irresponsable. Nous devons passer aux énergies renouvelables, nous avons un argument moral, étayé par une analyse de rentabilisation, nous devons maintenant diversifier, décentraliser et démocratiser le système énergétique et mettre un terme aux subventions sur les combustibles fossiles ».

Le cardinal Turkson a clôturé la conférence en soulignant la nécessité de continuer à travailler ensemble pour donner suite aux idées développées lors de cette conférence, notamment en mettant davantage l'accent sur le rôle des femmes. En outre, il a annoncé les prochaines initiatives du Saint-Siège visant à travailler avec l'encyclique, notamment en ce qui concerne l'année jubilaire de la miséricorde 2016. Bernard Pinaud (CCFD / CIDSE), a ajouté un appel à la mobilisation mondiale pour le COP21 de Paris, où les gouvernements doivent parvenir à un accord ambitieux et où, en dehors des négociations, la société civile et la population se réuniront pour se lancer dans un avenir respectueux de notre foyer commun.

messe du soir

Photo: Messe du soir dans l'esprit de Laudato Si ', avec le cardinal Turkon au Parco del Pineto, 2 juillet 2015

Cliquez ici pour voir plus de photos de la conférence.

Cliquez ici pour voir plus de photos de la conférence de presse.

 

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux