Communiqué de presse: l'Église envoie un signal fort de soutien aux communautés touchées par l'exploitation minière, et pour le travail vers des réponses efficaces - CIDSE
Communiqué de presse

Communiqué de presse: L’Église envoie un signal fort de soutien aux communautés touchées par l’exploitation minière et demande que des efforts soient déployés pour apporter des réponses efficaces

Aujourd'hui, le Conseil Pontifical Justice et Paix accueillera une trentaine de représentants des communautés touchées par les activités minières d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine pour une rencontre de trois jours, «Une journée de réflexion - En union avec Dieu, nous entendons un appel». La rencontre se veut un moment de collecte de preuves, de partage d'expériences, de réflexion et de propositions d'actions futures de l'Église ou des communautés elles-mêmes.

CIDSE et Iglesias y Minería 'Communiqué de presse
-Iglesias y Minería est partenaire de la CIDSE et de ses membres

Entendre le cri de l'opprimé et le cri de la terre: Des communautés de différentes régions du monde sont confrontées à des situations de violence et d'intimidation, d'anarchie et de corruption, de pollution et de violations des droits de l'homme liées à l'exploitation minière, ainsi qu'à la criminalisation et à la persécution de dirigeants défendant leurs terres et leurs droits.

«Dans notre seule région de Carajás, au nord du Brésil, nous avons assisté à des conflits 26 au cours des trois dernières années entre la société minière Vale et les communautés locales. Après les manifestations populaires, dans de nombreux cas, les gouvernements et la multinationale ont réagi en criminalisant et en déposant des actions en justice contre notre peuple. De cette façon, la société tente de passer d'agresseur à victime, comme si nos communautés gênaient leurs projets et devenaient un obstacle à leurs profits. »- a déclaré Alaide Abreu da Silva, dirigeant de l'une des communautés touchées par l'exploitation minière dans le Maranhão Etat.

La coalition œcuménique Iglesias y Minería (Églises et mines) rassemble des groupes de base chrétiens 70 d'Amérique latine qui travaillent aux côtés des communautés pour promouvoir et défendre la dignité humaine. Comme l'a souligné le pape François lors de son discours sur les mouvements sociaux en Bolivie le 9 de juillet, les pauvres et les exclus peuvent et font beaucoup: l'avenir de l'humanité dépend dans une large mesure de leur capacité à s'organiser et à promouvoir des alternatives créatives. aux modèles de développement actuels, qui nuisent à la fois à la nature et à la population.

Iglesias y Minería adhère à ce message et œuvre pour l'autonomisation des communautés, tout en dénonçant le problème de déséquilibre sous-jacent qui place d'un côté les grandes entreprises qui investissent du capital et agissent en fonction d'intérêts économiques étroits sur un territoire, et de l'autre côté communautés locales. Ces derniers défendent chaque jour l'existence de leurs peuples, de leurs cultures, de leurs projets, de leurs modes de vie et de leurs relations avec la Terre nourricière, contre des projets qui les concernent; mais ils n’ont pas l’influence économique, politique et médiatique que les entreprises ont souvent.

«Notre réseau de groupes chrétiens de base a été créé dans le but de défendre les communautés dans ce type de situation de déséquilibre. Le lobbying politique et le pouvoir économique des entreprises sont très forts et favorisent une augmentation continue des activités minières. Il est vraiment important que l'Église à tous les niveaux (y compris au niveau institutionnel) renforce la visibilité, la désapprobation de certaines politiques et les revendications justes d'autodétermination de la part des communautés »- a déclaré le Missionnaire combonien Dario Bossi, travaillant en Amérique latine. sur ces sujets.

Tandis que certaines sociétés minières affirment vouloir dialoguer avec les communautés locales, les expériences des communautés locales révèlent souvent une fausseté dans ce «dialogue». Souvent, l’objectif principal est plutôt de leur faire avaliser les projets des entreprises, en échange de très peu d’avantages à court terme et du maintien d’une façade de «bonnes relations».

Agir avec diligence et responsabilité au service du bien commun, de la justice et de la dignité humaine: Un certain nombre de communautés affectées sont soutenues, conseillées et défendues par les Églises, qui ont pris des positions courageuses dans des contextes variés. La réunion organisée par le Conseil Pontifical Justice et Paix (PCJP), les 17 et 19 juillet, pour écouter les histoires des communautés affectées, est un exemple d'un tel engagement de l'Église. Deux principes, le respect de l'autodétermination des communautés et le souci du bien commun au-dessus de l'intérêt économique, sont mis en avant dans l'encyclique et motivent davantage le travail sur les Églises et l'exploitation minière - dans les notes aux rédacteurs, certaines citations de l'encyclique soutenant ces points choisi.

Autonomisée par l'Église, il est important de travailler à la mise en place de mesures visant à garantir que les entreprises respectent les droits des communautés. À partir des expériences concrètes des communautés, différents aspects seront abordés lors de la réunion du PCJP en ce qui concerne les propositions d’actions futures. Parmi ceux-ci figurent le respect de l'autodétermination des communautés, à travers l'obligation d'engager un processus en faveur du consentement libre, préalable et éclairé des communautés, inscrit dans le droit international. Une réglementation bien appliquée est également nécessaire. Un exemple au niveau international est le travail entamé sur un traité contraignant des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme. Le Saint-Siège a apporté un soutien important au processus d'élaboration d'un traité par sa déclaration en faveur d'un instrument juridique lors de la session du 2014 du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, qui a décidé de l'instauration du processus. [I]

À l'occasion de cette réunion, Iglesias y Minería a lancé dans différentes langues le documentaire «Les églises et les mines en Amérique latine», exposant la situation dans laquelle les peuples autochtones et les communautés traditionnelles sont menacés par ceux qui s'intéressent à l'exploitation de leurs territoires.

[1] Voir Déclaration de l'observateur permanent du Saint-Siège auprès de l'Organisation des Nations Unies à Genève, 11 June 2014.

Notes aux rédacteurs:
- Les personnes suivantes sont disponibles pour des entretiens:
Patrizia Generoso (Brésil) - dirigeant de la communauté de Conceição do Mato Dentro, en conflit avec le projet minier «Minas-Rio» de la société minière Anglo American.
Père Gillarme Joy B. Pelino (Philippines) - Le p. Joy Pelino était active dans la communauté de Tampakan, où la société Sagittarius Mines, Inc. (SMI), une filiale de la société minière Glencore, prépare actuellement le démantèlement du plus grand gisement de cuivre inexploité d’Asie du Sud-Est.

Padre Dario Bossi - Missionnaire Combonien et membre de l'équipe de coordination Iglesias y Minería.

Pour organiser des entretiens, veuillez contacter: fr. Dario Bossi, missionnaire combonien, mobile + 39 342 834 3904
ou Valentina Pavarotti: pavarotti (at) cidse.org; + 32 (0) 491 39 54 75

Le communiqué de presse présentant l'événement, qui s'est déroulé le 17 en juillet, peut être visionné ici: https://www.youtube.com/watch?v=1fVMGB_svLk

Les inerventions de la conférence de presse peuvent être lues ici: http://press.vatican.va/content/salastampa/en/bollettino/pubblico/2015/07/17/0579/01250.html#int

D'autres documents pour les journalistes seront disponibles après la réunion: «Une journée de réflexion - En union avec Dieu, nous entendons un appel»

- Quelques citations pertinentes de Laudato Si ':

À propos des entreprises polluantes pour l'environnement et l'exploitation des ressources:
«L'exportation de matières premières pour satisfaire les marchés du nord industrialisé a causé des dommages localement, comme par exemple la pollution au mercure dans les mines d'or ou la pollution au dioxyde de soufre dans les mines de cuivre. … La pollution produite par les entreprises qui opèrent dans les pays moins développés d'une manière qu'elles ne pourraient jamais faire chez elles, dans les pays où elles lèvent leurs capitaux: «On constate que souvent les entreprises qui opèrent de cette manière sont des multinationales. Ils font ici ce qu'ils ne feraient jamais dans les pays développés ou dans le soi-disant premier monde. Généralement, après avoir cessé leur activité et se retirer, ils laissent derrière eux de grandes responsabilités humaines et environnementales telles que le chômage, les villes abandonnées, l'épuisement des réserves naturelles, la déforestation, l'appauvrissement de l'agriculture et de l'élevage local, des fosses à ciel ouvert, des collines déchirées, des rivières polluées et une poignée d'œuvres sociales qui ne sont plus durables ». (51)

À propos de la nécessité du consentement des communautés concernées pour évaluer les risques et les avantages des projets:
«En ce sens, il est essentiel de porter une attention particulière aux communautés autochtones et à leurs traditions culturelles. Ils ne sont pas simplement une minorité parmi d'autres, mais devraient être les principaux partenaires de dialogue, en particulier lorsque de grands projets affectant leur territoire sont proposés. […] [D] ans diverses régions du monde, des pressions sont exercées sur eux pour qu'ils abandonnent leur patrie pour faire place à des projets agricoles ou miniers qui sont entrepris sans tenir compte de la dégradation de la nature et de la culture. (146) «Un consensus doit toujours être atteint entre les différentes parties prenantes, qui peuvent proposer une variété d'approches, de solutions et d'alternatives. La population locale doit avoir une place spéciale à table; ils sont préoccupés par leur propre avenir et celui de leurs enfants et peuvent envisager des objectifs transcendant les intérêts économiques immédiats. » (183)

Au sujet de la nécessité d'agir au niveau international pour prévenir les dommages sociaux et environnementaux à grande échelle causés par les entreprises dans le contexte des marchés mondiaux:
«Des accords internationaux exécutoires sont nécessaires de toute urgence, car les autorités locales ne sont pas toujours en mesure d'intervenir efficacement. Les relations entre les États doivent être respectueuses de la souveraineté des uns et des autres, mais également définir des moyens mutuellement convenus d'éviter les catastrophes régionales qui toucheraient finalement tout le monde. Des normes réglementaires mondiales sont nécessaires pour imposer des obligations et prévenir des actions inacceptables, par exemple lorsque de grandes entreprises rejettent des déchets contaminés ou des industries polluantes en mer dans d'autres pays. »(173)

À propos de la relation avec la nature considérée uniquement comme une source de profit:
«Lorsque la nature est considérée uniquement comme une source de profit et de profit, cela a de graves conséquences pour la société. Cette vision de «la force est juste» a engendré une immense inégalité, une injustice et des actes de violence contre la majorité de l'humanité, puisque les ressources finissent entre les mains du premier venu ou du plus puissant: le vainqueur prend tout. Les idéaux d'harmonie, de justice, de fraternité et de paix proposés par Jésus sont totalement opposés à ce modèle. »(82)

Personne-ressource:

Valentina Pavarotti, responsable des médias et de la communication à la CIDSE

pavarotti (at) cidse.org

 

Documentary_launch_IyM _-_ INGLES.pdf
IyM_press_release_Espanol.docx
IyM_press_release_Italiano.docx
IyM_press_release_English.docx

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange