Comment la COP21 peut-elle garantir la justice climatique pour les plus pauvres? - CIDSE
Blog
Photo de CIDSE

Comment COP21 peut-il garantir la justice climatique pour les plus pauvres?

Photo de CIDSE

Réflexions sur le deuxième débat de la conférence «Les peuples et la planète d’abord: il est impératif de changer de cap», à Rome 2-3 juillet 2015. 

La salle est pleine; le public attend avec impatience les expériences des intervenants. Pour la plupart, ce sont des représentants de pays et de communautés les plus vulnérables aux conditions climatiques instables qui s'aggravent chaque année et qui, dans une large mesure, ont déjà ressenti de profonds changements dans leur vie et leurs moyens de subsistance à la suite du changement climatique. . Ce panel de discussion a été conçu dans le but de présenter la voix de ceux qui sont le plus touchés par le changement climatique, mais ceux qui sont le moins responsables des dommages causés à notre environnement. Leurs voix sont un puissant appel à agir ensemble de manière solidaire contre les inégalités et le changement climatique.

Les discours du panel commencent par SE le cardinal Pietro Parolin remarques sincères sur la pertinence de l'encyclique récemment lancée par le pape “Laudato Sí ” dans le contexte des événements politiques internationaux cruciaux de cette année, tels que le financement du développement à Addis-Abeba, le programme de développement pour l'après-2015 à New York et le COP21 à Paris à la fin de cette année. Cependant, rappelle-t-il, l'encyclique va bien au-delà de sa situation dans le temps. Reconnaissant l'immensité et l'urgence du défi auquel nous sommes confrontés, le cardinal Parolin nous appelle à rediriger nos efforts pour promouvoir une culture de soins à tous les niveaux. Il nous rappelle qu'à la fin, «ce qui est en jeu, c'est notre propre dignité». Nous avons donc une responsabilité majeure entre nos mains, envers nous-mêmes et envers les autres, et de renforcer la conviction que nous sommes une seule famille humaine. 

Plus tard, en écho aux mots du poème “Cher Matafele Peinem” par Kathy Jetnil-Kijiner, un poète des îles Marshall, Premier ministre de Tuvalu M. Enele Sopoaga commentaires sur la situation difficile des Atoll Nations. En raison de leur état insulaire (pas plus de 3 mètres au-dessus de l'eau), ils s'enfoncent progressivement dans le vaste océan Pacifique et sont donc à l'avant-plan des impacts des changements climatiques. Alors que nous parlons des conséquences possibles de la hausse des températures dans le monde, il nous rappelle que certaines nations, comme la sienne, en subissent actuellement les conséquences. Les typhons et les cyclones continus, ainsi que l'élévation du niveau de la mer, ont modifié la stabilité économique et sociale des îles, la vie de ses habitants étant directement menacée chaque année, leurs maisons détruites, leurs sources d'eau contaminées et leurs récoltes ruinées. «Notre peuple souffre déjà», a-t-il déclaré, «si rien n'est fait de manière urgente pour s'attaquer aux causes du changement climatique, le monde entier en ressentira les conséquences irrémédiables».

Il a les larmes aux yeux quand il raconte l'histoire d'une petite fille qui l'interroge sur sa survie, il pose ensuite sa question au public: «Les enfants de Tuvalu ont-ils un avenir?» Une question pertinente, en est-il de nos enfants? un futur?

Qu'attendons-nous de COP21? Quel type de leadership est nécessaire dans ces négociations? «Nous devons considérer cela comme le moment décisif pour produire une déclaration qui doit être audacieuse, ambitieuse et orientée vers le long terme, globale et universelle, afin de faire face au changement climatique sans crainte. Tout le monde doit faire tout son possible pour réduire les causes du changement climatique […] et aider ceux qui en souffrent », a déclaré le Premier ministre, qui souhaite également que l'action et le leadership aillent bien au-delà des négociations sur le climat. Ses mots résonnent parmi le public attentif. Même si nous en sommes conscients, nous ne pouvons peut-être toujours pas imaginer l’ampleur des conséquences qui nous attendent si aucune mesure décisive n’est prise. M. Sopoaga nous dit que Tuvalu est prêt à faire sa part. il s'est fixé pour objectif de disposer de 100% de sources d'énergie renouvelables pour l'année 2020. Les pays les plus responsables de la crise écologique vont-ils également relever le défi?

Après les discours liminaires, la discussion commence par M. Pa Ousman Jarju, Ministre de l’environnement, des changements climatiques, des ressources en eau et de la faune sauvage pour la Gambie. Il vient du groupe des pays les moins avancés 48 et, comme dans l'exemple précédent, un pays déjà confronté aux effets du changement climatique. On estime que selon 2080, la capitale de la Gambie ira sous l'eau si nous continuons sous le paradigme du «statu quo». Pour un pays qui est responsable à 0.01% des émissions mondiales, il semble injuste de diriger ses revenus et les prêts demandés vers des industries non durables à court terme, alors qu'il pourrait être consacré à la réduction de la pauvreté et à la lutte contre le changement climatique. Il dit que l'encyclique du pape est arrivée au bon moment car elle appelle à des efforts mondiaux, impliquant tout le monde, pour lutter contre le changement climatique et la dégradation de l'environnement. «Les efforts mondiaux signifient que le nouvel accord à Paris doit être participatif, universel et complet, en tenant compte des responsabilités communes mais différenciées et des circonstances particulières des communautés et des pays les plus vulnérables». Du point de vue gambien, malgré des ressources financières, techniques et humaines très limitées, le pays s’efforce de présenter une contribution nationale prévue pour l’accord de Paris. Cela s'est fait par le biais d'un processus de consultation à travers le pays afin de comprendre les priorités de sa population en matière de changement climatique. Ici aussi, nous avons un autre pays en développement qui donne un bon exemple de ce à quoi devrait ressembler la prise de décision et qui présente un défi pour les pays les plus riches.

Cadeau Leonardo Steiner, Secrétaire général de la Conférence des évêques brésiliens, nous parle des conditions difficiles dans lesquelles vivent plus de communautés indigènes 60 en Amazonie. Celles-ci ont dû subir les dégâts de la contamination de l'eau et de l'érosion des sols résultant de la déforestation massive qui ronge la forêt amazonienne. «Toutes ces communautés souffrent énormément de ce que nous appelons le« développement », qui signifie littéralement« aller de l'avant ». Mais au fur et à mesure que notre société «avance», ces communautés sont de plus en plus marginalisées, de notre reconnaissance et de notre société ». Il ne fait aucun doute que le moment est venu de remédier à ce déséquilibre fondamental et insupportable. Mme Victoria Tauli CorpuzLa Rapporteure spéciale des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones a rejoint cet appel, car, de par sa propre expérience, elle connaît environ le million de peuples autochtones du monde entier, répartis dans le monde entier, dans les régions les plus vulnérables et les écosystèmes les plus fragiles. par conséquent, l'impact du changement climatique sur leurs communautés, leurs cultures et leurs moyens de subsistance est direct et a des conséquences dramatiques, bien qu'ils soient les moins responsables des causes du changement climatique.

Mais les peuples autochtones souffrent également de certaines des solutions proposées pour lutter contre le changement climatique. Par exemple, la construction de barrages hydroélectriques, désormais considérés comme une source d’énergie renouvelable, ou les monocultures de biocarburants, très répandues dans de nombreux pays, sont considérées comme des solutions stratégiques. Néanmoins, elles ont provoqué des violations extrêmes, menaçant la sécurité et le droit des peuples autochtones de contrôler leurs terres, d'accéder aux ressources en eau, à la justice et à la sécurité alimentaire. Pour elle, l'encyclique est très opportune car elle renforce les points de vue des peuples autochtones et rassemble la critique qu'ils ont de la modernité et de la notion de développement. Il soutient que ce type de développement n'apportera pas les solutions nécessaires à la justice climatique; au contraire, c’est l’une des sources du problème.

Le changement climatique est sans aucun doute le défi existentiel déterminant de notre époque. Bien que j'écoute attentivement ces témoignages, je m'interroge sur la capacité des négociations sur le climat à rassembler la volonté politique urgente nécessaire pour répondre à ce critère primordial. Ce qui est certain, cependant, est que nous ne pouvons tout simplement pas attendre que les gouvernements et les entreprises soucieux de résoudre leurs problèmes à court terme fournissent des solutions raisonnables. Si COP21 doit assurer la justice climatique aux plus vulnérables, il doit les associer, compter avec leurs voix et leurs idées sur la meilleure façon de relever le défi, car ils devraient faire partie du processus de prise de décision à tous les niveaux. faire du respect des droits de l'homme et de la dignité humaine le point de départ de toute action et prendre des mesures urgentes et décisives vers des solutions justes sur les plans social et environnemental. Chaque jour que nous manquons augmente l'ampleur du défi et des risques. Nous devons agir maintenant et nous devons agir ensemble.

 Dialogue de panneau 2

Image: panneau de dialogue (Comment) COP21 peut-il garantir la justice climatique pour les plus pauvres? Sur la photo apparaissent: Pa Ousman Jarju, Mgr. Leonardo Steiner, Victoria Tauli Corpuz, Neil Thorns (modérateur)

Personne-ressource:   

Meera Ghani, agente des politiques et du plaidoyer, Justice climatique
 
ghani (at) cidse.org

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange