Réflexions sur le changement radical pour les hommes et la planète - CIDSE
Blog
Photo de CIDSE

Réflexions sur le changement radical pour les hommes et la planète

Photo de CIDSE

Réflexions sur le troisième débat de la conférence «Les peuples et la planète d’abord: il est impératif de changer de cap», à Rome 2-3 juillet 2015. 

Le 2 CIDSE et le Conseil pontifical «Justice et paix» ont organisé à Rome, à Rome, une conférence sur le thème: «Les peuples et la planète d’abord: le cours de l’impératif de changement», réunissant des dirigeants de l’Église, des décisionnaires et des représentants de Organisations catholiques et de la société civile du monde entier. Ce blog présente un panel de discussion qui s’est déroulé au cours d’une session intitulée «Des chemins qui respectent notre foyer commun», l’accent étant mis sur «L’Église, les peuples, la politique: comment travailler ensemble pour proposer des alternatives». Parmi les invités figuraient Mgr. Louis Portella Mbuyu et Andrea Ferrante.

Face à la crise, le changement climatique dans ce cas, a le pouvoir de rassembler des personnes de divers horizons. Le panel "Eglise, Peuple, Politique: comment travailler ensemble pour proposer des alternatives" lors d'une conférence soulignant la nécessité de donner la priorité à "Les peuples et la planète" a en effet montré que les organisations laïques, les mouvements sociaux et les organisations et institutions confessionnelles peuvent se réunir pour partager des stratégies, des propositions, des visions et des analyses. Le format de cette conférence nous a permis, en tant que participants, d’aller au-delà des discussions techniques difficiles et d’analyser les crises climatiques sous un angle différent et plus large. Et ce qui m'a frappé, c'est la dimension radicale et stimulante de certaines des analyses qui ont été partagées.

Tout d’abord, l’Eglise, par la voix de Mgr. Louis Portella Mbuyu, vice-président de SECAM, a souligné la nécessité d'une véritable transformation radicale de nos sociétés et de nos modes de vie en abordant les concepts de décroissance.1 et la simplicité volontaire. C'étaient des idées et des concepts radicaux que nous n'entendons presque jamais lorsqu'il s'agit de changement climatique; surtout pas par la bouche des délégations officielles mais ni par la bouche des nombreuses ONG qui travaillent sur la question. Alors que l'encyclique souligne que «nous devons grandir dans la conviction qu'une diminution du rythme de production et de consommation peut parfois donner lieu à une autre forme de progrès et de développement» (…) et que «le moment est venu d'accepter une croissance décroissante dans certaines parties du monde », Portella nous a encouragés à adopter un«mode de vie prophétique où nous ne sommes pas inquiets d'avoir mais d'être. Sobriété, simplicité et humilité: voici les qualités fondamentales qu'il nous faut vivre maintenant" il a dit. Ces messages sont bien loin de ceux que "les approches d'économie verte et de croissance durable qui nous sauveront tous" et des messages trop simplistes qui "passent aux ampoules LED, n'imprimant pas vos courriels et croyant que la technologie et les énergies renouvelables sauvez-nous tous et permettez-nous de garder plus ou moins les mêmes styles de vie ». Ce sont les types de messages qui circulent généralement dans les médias et les organisations grand public. Cela montre que nous venons tout juste de commencer à explorer le type de changement nécessaire et qui nous sera imposé face au changement climatique, comme aucun ajustement mineur ne le fera. Des changements radicaux dans nos vies et nos sociétés frappent à la porte. La pensée radicale, les propositions et les alternatives ne peuvent que nous aider à créer un changement en contribuant à l'élaboration d'un récit alternatif et d'une vision qui inspireront nos actions et stratégies futures.

Andrea Ferrante, de Via Campesina, a mis en lumière la dimension conflictuelle du changement climatique. Les discours dominants tendent à laisser entendre que tout le monde sortira vainqueur de ce combat. selon eux, il s'agit de solutions gagnant-gagnant. Cependant, que nous réussissions ou non à lutter contre le changement climatique dans les années à venir, notre avenir sera radicalement différent. Penser que certaines des structures et institutions qui sont au cœur de notre système défectueux fera toujours partie de la société à venir est une déclaration idéalisée mais irréaliste qui montre notre capacité limitée à voir clairement les changements qui se produisent. en jeu. Comme le dit Andrea Ferrante, «l'agroécologie signifie que quelqu'un ne vendra plus de semences, de pesticides ou d'engrais parce que nous pensons que le sol est un organisme vivant et comme c'est un organisme vivant, je ne le tuerai pas avec des engrais chimiques». Les conflits sont au cœur du changement et reconnaître que toutes les institutions et structures ne font pas partie de la solution est quelque chose qui doit être fait pour nous aider à aller de l'avant.

Cela soulève des questions sur nos stratégies: devons-nous nous engager avec les grandes entreprises? Dans le cas d'une idéologie gagnant-gagnant - ce n'est certainement pas à la hauteur de la tâche - cela pourrait être quelque chose que nous pourrions envisager. Mais dans le cadre conflictuel décrit par Andrea Ferrante, il n’est pas envisageable:

«La semaine dernière, Cargill est venu au forum de haut niveau du Comité mondial sur la sécurité alimentaire sur la connexion des petits exploitants aux marchés et a déclaré que« nous sommes la solution ». Cargill est le principal acteur du marché mondial des céréales. Ils fixent le prix du blé et du maïs et déterminent le prix de ces produits au niveau international. Ces produits constituent une part minime de ce que nous mangeons, mais en fixant les prix pour les agriculteurs au Burkina Fasso, en Italie ou en Inde, ils nous rendent pauvres. Et pourtant, ils sont venus dans ce forum et ont dit «ok, nous faisons de la charité, nous avons un beau programme, nous donnons de l'argent à CARE et avec eux nous faisons un bon projet pour 30 000 familles»… Ah! Est-ce une bonne façon d'aider les agriculteurs du monde entier?! Comment penser que ces acteurs peuvent être nos alliés? C'est impossible parce que c'est structurellement impossible pour eux ».

En plus de la question de la collaboration avec les grandes entreprises, Andrea a également abordé le problème de l’agriculture intelligente face au climat et des stratégies de nettoyage écologique mis en avant par les plus gros pollueurs en déclarant: «Ces personnes sont les principaux acteurs des émissions de GES et, comme elles ont maintenant quelque chose à dire au monde, elles ont inventé l’agriculture intelligente face au climat. Ce n’est rien d’autre que d’essayer de verdir un modèle totalement insoutenable. Comment pouvons-nous penser que cette alliance mondiale pour une agriculture intelligente face au climat contribue à réduire la pauvreté? Nous ne pouvons pas nous limiter à penser uniquement à la réduction des émissions de CO2 (l'encyclique est très claire à ce sujet), mais ces entreprises ne disent rien de la réduction de la pauvreté parce qu'elles ne le peuvent pas, car c'est structurellement impossible pour elles.”. En tant que tels, les acteurs tentent de nous vendre leurs modèles non durables en tant que solutions. Nous devons reconnaître que leur stratégie est bien plus qu'une stratégie de nettoyage écologique: ils ne cachent pas leurs pratiques et leurs modèles actuels derrière une façade verte, ils exploitent activement la crise climatique (comme dans le cas de la crise alimentaire) comme une opportunité. d'étendre leurs opérations. Une doctrine de choc2 comme l'aurait pu le dire Naomi Klein, cela met encore plus en danger notre planète et notre avenir.

Les déclarations radicales et les éléments d’analyse que j’ai extraits de cette table ronde confirment pour moi que ceux qui ont tant insisté pour décrire les organisations de la société civile comme des rêveurs sont en réalité ceux qui poursuivent un objectif impossible à atteindre. La conviction que tout le monde va gagner à lutter contre le changement climatique; que nous pouvons changer ce monde et nos sociétés avec des modifications marginales (ou à travers des changements marginaux); que nos vies et nos sociétés puissent traverser ces crises sans être lourdement touchées ou transformées, et sans résoudre le conflit inhérent qui en résulte. Cette croyance utopique est la plus grande erreur de notre époque.

Ainsi, étant donné que nos sociétés risquent de s’effondrer, des changements radicaux sont nécessaires sans lesquels des changements radicaux ne nous parviendront. Créer un avenir durable requiert du travail, pas des croyances utopiques selon lesquelles des situations gagnant-gagnant sont possibles dans notre système actuel. Construire un nouveau récit, allant au-delà des discours sur la croissance et les changements marginaux, entretenant la solidarité au sein des communautés, renforçant les relations entre les mouvements partageant des visions similaires, et initiant, multipliant et renforçant les poches de résilience au niveau local tout en les rendant visibles aux autres citoyens et aux décideurs. décideurs: c’est là que réside probablement l’espoir. Ces idées devraient donc être au centre de nos actions et stratégies.

Il reste néanmoins quelques questions importantes à résoudre: que signifie pour moi en tant qu'être humain tenir compte de ces éléments? Qu'est-ce que cela signifie pour nous en tant qu'organisations? Qu'est-ce que cela signifie pour nous en tant que membres de communautés? En clarifiant certaines analyses et stratégies, en nous fournissant des informations de base sur des concepts, des stratégies et des réflexions qui peuvent nous aider à aller de l’avant, de cette manière, en nous mettant au défi, l’encyclique et les différents intervenants de la conférence nous ont invités à: réfléchir sur nos modes de vie, sur notre place et notre rôle dans la société (en tant qu'individus et organisations), sur nos efforts pour tenter de façonner la société à venir, ainsi que sur les positions et les stratégies que nous avons adoptées jusqu'à présent.

Panneau Ferrante

Image: Panel de dialogue: Église, peuple, politique: comment travailler ensemble pour proposer des alternatives? Dans la conférence «Les peuples et la planète d'abord: l'impératif de changer de cap». Sur la photo apparaissent: Mohamed El Farnawany, Mgr. Louis Portella Mbuyu, Denise Auclair (modératrice), Andrea Ferrante.

Personne-ressource:

Francois Delvaux, delvaux (at) cidse.org

 

Une définition de la décroissance: «La décroissance durable est une réduction de la production et de la consommation qui augmente le bien-être humain et améliore les conditions écologiques et l'équité sur la planète. Il appelle à un avenir où les sociétés vivront selon leurs moyens écologiques, avec des économies et des ressources ouvertes et localisées plus équitablement réparties à travers de nouvelles formes d'institutions démocratiques. Ces sociétés n'auront plus à «grandir ou mourir». L'accumulation matérielle n'occupera plus une place de choix dans l'imaginaire culturel de la population. La primauté de l'efficacité sera remplacée par une focalisation sur la suffisance, et l'innovation ne se concentrera plus sur la technologie pour le bien de la technologie mais se concentrera sur de nouveaux arrangements sociaux et techniques qui nous permettront de vivre de manière conviviale et frugale. La décroissance ne remet pas seulement en question la centralité du PIB en tant qu'objectif politique primordial, mais propose un cadre de transformation vers un niveau de production et de consommation inférieur et durable, un rétrécissement du système économique pour laisser plus d'espace à la coopération humaine et aux écosystèmes ». Source: http://www.degrowth.org/definition-2

«La suggestion est que lorsqu'une société subit un« choc »majeur, il y a un désir généralisé d'une réponse rapide et décisive pour corriger la situation; cette volonté d'action audacieuse et immédiate donne l'occasion à des acteurs peu scrupuleux de mettre en œuvre des politiques qui vont bien au-delà d'une réponse légitime à une catastrophe »(Wikipedia)

 

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange