En union avec Dieu, nous partageons un cri - CIDSE

En union avec Dieu nous partageons un cri

Lettre ouverte des communautés touchées par les activités minières, reçue à Rome par le Conseil pontifical «Justice et paix»

La CIDSE est heureuse de publier cette lettre des communautés qui ont participé à la réunion «En union avec Dieu, nous entendons un appel». La CIDSE travaille en étroite collaboration avec le réseau latino-américain Iglesias y Minería (églises et mines), qui a collaboré à l'organisation de la réunion.

En juillet 17-19, 2015, le Conseil pontifical «Justice et paix» (PCJP), en collaboration avec le réseau latino-américain Eglises et mines, a organisé à Rome une réunion avec des représentants de communautés touchées par les activités minières intitulée «En union avec Dieu, nous entendre un cri ».

Il y avait des participants des pays 18 dans le monde: Chili, Pérou, Brésil, Colombie, Honduras, Guatemala, El Salvador, République dominicaine, Mexique, États-Unis, Canada, Suisse, Italie, Mozambique, Ghana, République démocratique du Congo, Inde et les Philippines.

Cette réunion était très attendue par nos communautés, qui s'organisent de plus en plus pour pouvoir dénoncer les violations graves des droits de l'homme: destruction et contamination de l'environnement, impacts sur la santé, divisions communautaires, déracinement de territoires, maladies, perte de culture, prostitution, alcoolisme et toxicomanie. dépendance, la perte de leur propre économie et les liens avec le crime organisé qui sont générés par l'industrie minière. Les communautés s'organisent également pour mettre en place des stratégies communes de résistance et des alternatives.

«L'objectif de cette réunion est de reconnaître votre dignité humaine», a déclaré le cardinal Turkson, président du PCJP. Le pape François l'a définie comme «l'immense dignité des pauvres» (Laudato Sí - LS 158).

L'Eglise catholique est de plus en plus confrontée à la gravité des impacts de l'exploitation minière, des blessures profondes au cœur de la terre et des communautés, symptôme de «la crise complexe à la fois sociale et environnementale» (LS 139).

Dans sa lettre aux participants à la réunion, le Pape François a décrit le contexte des conflits miniers avec beaucoup de perspicacité et d'empathie: «Vous vouliez vous rassembler ici (…) pour faire écho au cri des nombreuses personnes, familles et communautés qui souffrent directement et indirectement comme conséquence des conséquences, trop souvent négatives, des activités minières. Un cri pour la terre perdue; un cri pour l'extraction de richesses de terres qui, paradoxalement, ne produisent pas de richesse pour les populations locales qui restent pauvres; un cri de douleur en réaction à la violence, aux menaces et à la corruption; un cri d'indignation et de secours pour les violations des droits de l'homme, bafouées de manière flagrante ou discrète au regard de la santé des populations, des conditions de travail et parfois de l'esclavage et de la traite des êtres humains qui alimentent le phénomène tragique de la prostitution; un cri de tristesse et d'impuissance pour la contamination de l'eau, de l'air et de la terre; un cri d'incompréhension pour l'absence de processus inclusifs ou de soutien de la part des autorités civiles, locales et nationales, qui ont le devoir fondamental de promouvoir le bien commun ».

Le cardinal Turkson a conclu l'événement en disant aux communautés: "Nous sommes conscients de votre isolement, par le biais de violations des droits de l'homme, de persécutions et d'un déséquilibre des pouvoirs".
Au cours de cette réunion, les souffrances des communautés ont bénéficié d’une visibilité et d’une diffusion précieuses dans l’opinion publique mondiale.

En réfléchissant sur la doctrine sociale de l'Église, nous, participants, en sommes venus à la conclusion que l'Église ne peut pas simplement être un médiateur neutre entre les communautés et les entreprises. «Là où les injustices abondent et que de plus en plus de personnes sont privées des droits de l'homme fondamentaux et sont considérées comme sacrifiables, le principe du bien commun devient immédiatement, logiquement et inévitablement, un appel à la solidarité et une option préférentielle pour les plus pauvres de nos frères et soeurs. ”(LS 158).

encontro PCJP Minería

Les similitudes entre nos rapports et nos plaintes révèlent qu'il existe des pratiques répétées parmi les entreprises sous toutes les latitudes, souvent en alliance avec les gouvernements nationaux et locaux et avec la forte influence du secteur minier et le lobbying dans tous les espaces de pouvoir, avec lesquels les entreprises, soutenues par la conception de lois offensantes vise à protéger leurs projets opérationnels et leurs intérêts commerciaux.

Avec ce déséquilibre de forces et d’influences, avec un accès insuffisant à la justice et à l’information, et en plus de la grave criminalisation de la contestation sociale, il est pratiquement impossible d’instaurer un dialogue avec les entreprises et les gouvernements qui respecte et rend compte des demandes des plus pauvres. Dans son encyclique, le pape François recommande fortement «les grandes voies du dialogue», mais il se concentre sur les processus politiques responsables et la prise de décisions aux niveaux international, national et local (LS 164-198). C’est le niveau de dialogue que nous pouvons et souhaitons renforcer, avec le positionnement déterminé du Conseil pontifical «Justice et paix».

Nous voudrions également exprimer notre préoccupation face à la stratégie employée par les grandes sociétés minières pour s’approcher de l’Église institutionnelle. Nous soulignons les contradictions entre les discussions tenues à Rome par ces multinationales et leurs pratiques locales, qui continuent dans la majorité des cas à violer les droits de l'homme dans les territoires.

En ce sens, les mots que le pape François nous a écrits à cette occasion prennent encore plus de force: il ne s'agit pas de chercher de petits ajustements de comportement ou d'élever un peu les normes de «responsabilité sociale des entreprises». Au lieu de cela, le pape a déclaré que "le secteur minier dans son ensemble est sans aucun doute nécessaire pour opérer un changement radical de paradigme afin d'améliorer la situation dans de nombreux pays".

Nous célébrons cette rencontre car l'appel à l'aide des communautés est entendu et elles sont de plus en plus organisées. Cependant, nous identifions également le défi pour nous de garantir les droits de l'homme et le protagonisme des communautés sur leurs territoires: «les nouveaux processus qui prennent forme… doivent être basés sur la culture locale elle-même» (LS 144).

Nous serons très intéressés de recevoir le document que le Conseil pontifical pour la justice et la paix préparera avec les réflexions et les suggestions relatives aux conflits provoqués par les activités minières. Nous souhaitons profondément qu'il s'agisse d'un document pastoral: d'une part, il pourrait renforcer et autonomiser les communautés qui confirment leur dignité et leurs projets de vie, et d'autre part, il pourrait recommander aux églises locales l'importance de l'éducation pour prendre soin de notre mère la Terre, défendre les victimes des conflits et de la criminalisation, promouvoir des politiques et des actions institutionnelles visant à protéger les droits socio-environnementaux et faire preuve de vigilance à l'égard des entreprises.

Lors de la réunion avec les dirigeants d’entreprises des grandes sociétés minières, nous suggérons au PCJP d’apporter son soutien sans équivoque à ce que beaucoup de peuples et d’organisations du monde entier ont réclamé: des progrès dans la conception du traité contraignant sur les entreprises et les droits de l’homme. en développement à l'ONU.

Enfin, nous estimons que l’option la plus appropriée pour gérer les conflits entre les entreprises bénéficiant de l’aide de l’État et les communautés qui exercent leurs droits sur le territoire est le respect total et complet des droits de l’homme et des lois et traités en vigueur, ainsi que la mise en place de nouvelles règles cohérentes. instruments réglementaires, politiques, juridiques et économiques, aux niveaux national et international (LS 177); «La population locale devrait avoir une place spéciale à la table; ils se préoccupent de leur propre avenir et de celui de leurs enfants et peuvent envisager des objectifs qui transcendent l'intérêt économique immédiat »(LS 183). Les communautés ont le droit de dire non à l'exploitation minière.

Turkson

En ce sens, nous réitérons l'importance de garantir des zones exemptes d'exploitation minière («zones interdites»). Ce sont des régions à la protection écologique spéciale, des communautés de petits territoires qui seraient détruites par de gigantesques projets miniers, des espaces sacrés où l’histoire d’un peuple et de sa culture sont célébrées, des zones d’une beauté naturelle particulière ou des lieux de communautés déjà déplacées. sont installés, entre autres.

Le cardinal Turkson nous a assuré que cette réunion représentait une autre étape de l'engagement de longue date du Conseil pontifical: «Le Vatican n'est pas le seul à entendre le cri des victimes. Les évêques aussi. Nous encouragerons les évêques locaux à rester plus proches des communautés touchées ».

Nous remercions l’Église catholique d’entendre le cri de ceux qui sont touchés par l’exploitation minière et nous souhaitons continuer à marcher dans l’espoir «afin que le royaume de la justice, de la paix, de l’amour et de la beauté puisse venir».

Rome, juillet 28, 2015
Signé les communautés qui ont participé à la réunion «En union avec Dieu, nous entendons un appel»

 

 

 

Documento_final_das_comunidades_atingidas_pela_mineracao_invitadas_pelo_PCJP_PT.pdf
Documento_final_de_las_comunidades_afectadas_por_mineria_invitadas_por_el_PCJP_ES.pdf
Documento_finale_comunita_colpite_dallindustria_mineraria_invitate_dal_PCGP_a_Roma_IT.pdf
Puntos_encuentro_PCJP _-_ final__DE.pdf
Document_final_des_communautes_affectees_par_lextraction_miniere_invite_par_le_CPJP_FR.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange