Vidéo: «Conflit et justice climatique» - CIDSE
Cidse

Vidéo: «Conflit et justice climatique»

Cidse

Comment le changement climatique affecte-t-il les situations de conflit? S'inspirant de la situation en Israël-Palestine, les «Histoires pour la justice climatique» de ce mois explorent la relation entre les conflits, le changement climatique et l'injustice climatique.

«Là où il y a un conflit, il y a une compréhension de l'utilisation des ressources […] Pourtant, les conflits signifient que les gens ne voient pas les autres, ils voient juste eux-mêmes. Je pense que les ressources peuvent être pour tout le monde, il faut juste créer un climat de confiance ».

Le changement climatique pourrait-il être un conflit de cause directe dans un proche avenir? N’étant plus un événement perceptible et sporadique, le changement climatique est devenu une réalité tangible et un risque urgent pour la sécurité humaine, nationale, régionale et internationale. Toutefois, les experts ont mis en garde de ne pas établir trop tôt un lien direct entre le changement climatique et les conflits, soulignant que les conflits sont complexes et que de nombreux facteurs interviennent en cas d'éclatement de la violence. Plus que la seule cause de conflit, il semble plus juste de considérer le changement climatique comme un «multiplicateur de menaces».

Effectivement, "Dans les situations où de multiples facteurs de stress existent déjà, le changement climatique peut dépasser les seuils critiques pouvant entraîner des conflits. Cela est particulièrement vrai dans les situations où le changement climatique affecte la rareté réelle ou perçue des ressources, les schémas de migration humaine ou se déploie dans des contextes d'inégalité socio-économique et socio-politique ou de fragilité existante de l'État.”(1). Mais aussi, à certains endroits dans le monde, ce sont précisément ces conditions de vulnérabilité politique et économique existante qui empêchent une adaptation efficace aux effets de conditions climatiques de plus en plus aléatoires, et sont plutôt susceptibles d’approfondir et d’amplifier les impacts sociaux, économiques et sociaux. impacts environnementaux du changement climatique.

Baker A'wawdy, Directeur général de La société de Galilée, une organisation qui défend les droits socio-économiques, sanitaires et environnementaux des Palestiniens vivant en Israël, nous rend compte de la situation difficile dans laquelle la population palestinienne vit dans un contexte d'occupation et d'incertitude sur son propre territoire. En ce qui concerne le changement climatique, l’un des problèmes majeurs est l’accès à des ressources rares et la façon dont ce conflit de longue durée affecte la capacité de la population palestinienne à s’adapter aux changements attendus des conditions météorologiques dans la région.

Comme indiqué dans la vidéo, le contexte interne de déplacement interne forcé, d'exploitation illégale de ressources dans les territoires occupés et de contrôle des ressources en eau «partagées», pourtant rares, sont des problèmes majeurs auxquels la population palestinienne est confrontée au quotidien. Ces cas illustrent la manière dont les situations de conflit compromettent la possibilité de générer des communautés et des sociétés résilientes face aux changements climatiques majeurs. Baker A'wawdy mentionne le cas de la population bédouine, déplacée de force alors qu'elle était citoyenne de l'État d'Israël. Les villages où ils se sont établis (établis soit avant la création de l'État d'Israël, soit créés en vertu d'un ordre militaire des 1950) ne sont pas reconnus. En conséquence, les permis de construire ne sont pas autorisés et les services publics de base sont refusés. Les familles bédouines risquent d'être démolies et d'être forcées de déménager dans d'autres villages et de sombrer dans la pauvreté.

Dans les territoires occupés, en particulier en Cisjordanie, l’exploitation de carrières de pierre a entraîné des dommages généralisés pour la santé et l’environnement des Palestiniens. Peu de temps après son occupation à 1967, Israël a établi plusieurs carrières de pierre en Cisjordanie. Aujourd'hui, 11 exploite des carrières de pierre illégales appartenant à des Israéliens et extrayant environ un milliard de tonnes de pierres par an. Environ 12% de l'exploitation de carrières de pierre israéliennes est transféré en Israël pour être consommé par l'industrie de la construction israélienne (75). Cette activité extractive a engendré plusieurs risques sanitaires pour la population vivant à proximité des carrières de pierre en raison de la pollution atmosphérique élevée, tout en épuisant les ressources naturelles palestiniennes non renouvelables, avec un coût environnemental élevé.

Cependant, le problème le plus urgent est peut-être le manque d'accès à des ressources en eau adéquates, sûres et propres pour les Palestiniens vivant en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. La consommation palestinienne par habitant est quatre fois inférieure à la consommation israélienne. En Cisjordanie, environ 300,000 Palestiniens sont vulnérables au manque d’eau. Les colons israéliens installés en Cisjordanie, en revanche, sont desservis par les autorités nationales de l'eau et on estime qu'Israël consomme plus de 86% du principal aquifère de la Cisjordanie, tout en contrôlant l'extraction par les Palestiniens et en interdisant la création de nouveaux puits. En période de sécheresse, l'accès à l'eau pour la population palestinienne est sérieusement limité (3).

Comme dans d'autres régions très vulnérables du monde, les prévisions climatiques récentes prévoient un réchauffement important, une diminution des précipitations et une intensité accrue des phénomènes météorologiques extrêmes, qui auront des conséquences particulières sur la disponibilité des ressources en eau et l'agriculture en Israël-Palestine. Néanmoins, les effets sont déjà tangibles et l'aggravation des conditions climatiques est déjà une réalité pour les Palestiniens qui, outre l'incertitude liée à la guerre, à l'occupation et à la privation de ressources, doivent faire face aux conséquences. En ce sens, les conséquences du changement climatique sur les moyens de subsistance des personnes vivant dans cette région ne peuvent toutefois pas être abordées séparément des impacts géopolitiques et environnementaux existants de l'occupation et des conflits dans la région. Sans les moyens et la capacité de s'adapter et d'atténuer les conséquences possibles d'événements climatiques extrêmes, la population palestinienne risque une tragédie humanitaire de plus en plus profonde.

Il semble donc important de rappeler que ce sont toujours les plus pauvres et les plus vulnérables du monde qui sont les premiers et les plus touchés par les événements climatiques défavorables, tout en contribuant très peu aux émissions de gaz à effet de serre. En ce sens, la transformation de nos sociétés et de notre environnement est urgente et intrinsèquement liée à la réalisation de la justice climatique et des droits de l'homme pour tous. Il n'y a plus de temps à perdre. 

Pour en savoir plus sur notre travail sur Israël-Palestine, visitez: https://www.cidse.org/palestine-israel.html  

-

(1) Fondation pour la justice environnementale. «La tempête de rassemblement. Changement climatique, sécurité et conflit ». Londres, 2014. P-5

(2) Yesh Din. Légalité de l'activité des carrières en Cisjordanie. March 2009. En ligne. http://www.yesh-din.org/infoitem.asp?infocatid=15 

(3) Amnesty International. «Eaux troubles: les Palestiniens se voient refuser un accès équitable à l'eau». Londres, 2009. p-5-10

 

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange