Coup d'envoi des négociations de Bonn, après que les communautés religieuses appellent à l'action climatique - CIDSE

Début des négociations à Bonn, après l'appel des communautés religieuses à l'action climatique

La CIDSE est à Bonn avec ses membres CCFD-Terre Solidaire (France) et Trócaire (Irlande).

Une fois de plus, la CIDSE a pris le train pour Bonn, où les négociateurs sont réunis depuis hier pour l'une des dernières sessions (31 août-4 de septembre) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui se tiendra cette année. Au cours de cette session, les coprésidents des négociations rassembleront les réponses au projet d’accord proposé et détermineront les documents qui figureront dans l’accord formel et ceux qui figureront dans le document de décision ci-joint de la COP.

La session de Bonn a lieu immédiatement avant une réunion ministérielle. Les discussions ministérielles porteront sur la manière dont le financement et l'adaptation doivent être inclus dans l'accord de Paris. La réunion traitera également de l'épineuse question de savoir comment obtenir et distribuer le milliard de dollars 100 par an en financement climat promis par 2020; condition préalable pour les pays les plus pauvres à signer le nouvel accord en décembre.

Le financement climatique, qui est essentiel pour permettre aux pays de procéder à la transition vers une trajectoire à faible émission de carbone, est l’un des briseurs d’accord pour les négociations. Il est donc essentiel que le financement climatique, sous forme de fonds publics en particulier, soit garanti pour permettre l'adaptation dans les régions les plus vulnérables touchées par le changement climatique. Au niveau de l’UE, d’importantes réunions informelles et formelles à venir, telles que celles sur 10 et 11 September et 10 de novembre, définiront le mandat de l’UE pour COP21 sur le financement climatique. Ce seront des opportunités importantes pour définir une feuille de route pré-2020 et clarifier la manière dont le financement climatique prévisible et adéquat post-2020 sera fourni.

Pa Ousman Jarju, président du Groupe des pays les moins avancés (LDC) et le ministre gambien de l'environnement, du changement climatique, des ressources en eau, des parcs et de la faune, que nous avons rencontrés lors de notre conférence «People and Planet First: the Imperative to Change Course», ont donné un aperçu intéressant du besoin de financement et d'adaptation en Gambie et a présenté le point de vue des PMA sur les négociations dans ce entretien.

Tout en suivant les négociations, nos pensées remontent à la dernière session de juin à Bonn, qui s’est terminée avec peu de progrès. Depuis lors, toutefois, tout au long de l’été, plusieurs groupes de foi ont lancé des signaux encourageants; appelant à un accord fort à Paris pour faire face au changement climatique.

Pour commencer, la session de Bonn coïncide aujourd'hui avec la «Journée mondiale de prière pour le soin de la création»: le résultat d'une initiative du pape François. Cette journée est consacrée au soin de la création et vise à mettre en avant les préoccupations environnementales avant la COP 21. Cela fait suite à l'encyclique du pape Laudato Si ', qui a suscité une réflexion mondiale, à l'intérieur et à l'extérieur du monde catholique, sur les préoccupations environnementales et les mesures à prendre pour protéger notre foyer commun. Septembre 1st est également le jour où les chrétiens orthodoxes marquent la protection de l'environnement: cela donne l'occasion d'ajouter un symbolisme et de marquer une ouverture entre les branches orientale et occidentale du christianisme.

En outre, un groupe de dirigeants musulmans 60 et d’érudits islamiques a récemment publié un «Déclaration islamique sur le changement climatique”Pour le premier Symposium international islamique sur le changement climatique (Istanbul, 17-18 Août). La déclaration inclut un appel aux pays riches et aux États producteurs de pétrole pour «montrer la voie en réduisant progressivement leurs émissions de gaz à effet de serre le plus tôt possible et au plus tard au milieu du siècle». Il appelle également les peuples de toutes les nations et leurs dirigeants à «mettre en place un nouveau modèle de bien-être, basé sur une alternative au modèle financier actuel qui épuise les ressources, dégrade l'environnement et aggrave les inégalités».

Un autre signe encourageant de l'engagement des communautés de foi contre le changement climatique est apparu en juin à travers le Déclaration de Lambeth. Cette déclaration, signée par les leaders religieux du Royaume-Uni, appelle les communautés religieuses à reconnaître le besoin urgent de faire la transition vers une économie à faibles émissions de carbone.

Nous espérons que les appels audacieux lancés par tant de communautés différentes, adoptés par des peuples du monde entier, se refléteront dans les résultats des négociations.

Aujourd'hui, comme le premier jour de chaque mois, la CIDSE rejoint l'Initiative Fast For the Climate: un mouvement de jeunes, d'écologistes et de personnes de foi qui montre la force de son engagement en allant sans nourriture une fois par mois et en appelant les dirigeants mondiaux à agir. plus pour résoudre la crise climatique.

Contact :

Meera Ghani, Responsable des politiques et du plaidoyer, Justice climatique, ghani (at) cidse.org

Giulia Bondi, Junior Officer - Climate Justice, bondi (at) cidse.org

 

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux