Le peuple, l'église et le vol des mines - CIDSE

Le peuple, l'église et le braquage minier

L’impact néfaste de l’industrie minière incite à la résistance des communautés locales à travers le monde. Vous trouverez ci-dessous ce que des représentants de mouvements locaux nous ont dit à propos de ce combat - un combat qui est également soutenu par l'Église.

Edwin n'abandonne pas. Ana et le père Joy non plus. Des centaines de femmes, d'hommes et de communautés comme eux luttent contre le géant qui menace de les dévorer, ainsi que l'environnement dans lequel ils vivent, en provenance de nombreux coins du monde. Ce géant est l’industrie minière, avec toutes les séquelles de la violence qu’elle provoque. Derrière des fouilles profondes qui endommagent les terres ou la désintégration des roches pour extraire des matériaux précieux, il y a les grandes multinationales et leurs intérêts, avec leur potentiel d'intimidation pour ceux qui veulent arrêter des projets nuisibles à l'environnement et aux personnes qui y vivre. Aux côtés des communautés en difficulté, cependant, se trouvent les églises locales qui ont adopté l'option préférentielle pour les pauvres que l'Encyclique du pape Francis Laudato Si 'énonce dès le début en termes écologiques, ce qui, pour beaucoup de gens, semblait une attitude nouvelle pour l'Église.

Le père Joy, Edwin et Ana ne sont que quelques-uns des protagonistes de ces luttes. Trente d'entre eux, représentants des communautés locales affectées par les activités extractives dans les zones minières, d'Amérique, d'Afrique et d'Asie se sont réunis à Rome, lors d'une réunion de trois jours (17-19 juillet) organisée par le Salesianum. La réunion, intitulée «En union avec Dieu nous entendons un appel«, A été promu et organisé par le Conseil Pontifical Justice et Paix, présidé par le Cardinal Peter Turkson, en collaboration avec le réseau latino-américain»Iglesias et Mineria»(Église et mines). Comme le Pape l'a écrit dans son message aux communautés invitées à Rome: «Un cri pour la terre perdue; un cri pour l'extraction de richesses de terres qui, paradoxalement, ne produisent pas de richesse pour les populations locales qui restent pauvres; un cri de douleur en réaction à la violence, aux menaces et à la corruption; un cri d'indignation et de secours pour les violations des droits de l'homme, bafouées de manière flagrante ou discrète sur la santé des populations, les conditions de travail et parfois l'esclavage et la traite des êtres humains qui alimentent le phénomène tragique de la prostitution; un cri de tristesse et d'impuissance pour la contamination de l'eau, de l'air et de la terre; un cri d'incompréhension pour l'absence de processus inclusifs ou de soutien de la part des autorités civiles, locales et nationales, qui ont le devoir fondamental de promouvoir le bien commun. Leur résistance et leur conviction dans la force de leurs raisons sont les éléments clés des témoignages que nous avons recueillis à Rome auprès des représentants des communautés touchées par les activités minières.

L'invasion des multinationales et l'impact de l'industrie minière

L'histoire d'Edwin Davila Montenegro semble enracinée dans un épisode qui s'est déroulé à plusieurs kilomètres de son pays natal. «En 2013», raconte le Péruvien de 39 ans qui appartient à l'ethnie amazonienne Awajun et qui est aussi un représentant de l'ethnie wampis, «je suis allé rendre visite au ministre français de l'Environnement à Paris (à l'époque c'était le Socialiste Philippe Martin), grâce au soutien de 'Secours Catholique». Quand je me suis présenté devant lui, j'étais habillé de façon traditionnelle, avec une couronne de plumes et une robe rouge. Il avait eu un voyage de trois jours pour arriver dans la capitale française, y compris une promenade en bateau, plusieurs heures en bus jusqu'à la capitale Lima, puis un voyage en avion vers l'Europe. «Le ministre a été très surpris de me voir avec mes vêtements traditionnels. Quand je lui ai montré les papiers contre l'établissement minier signés par les gens que je représente, une communauté de 65,000 XNUMX personnes au total, le ministre s'est excusé mille fois pour la présence de l'entreprise française et pour le tort qu'elle avait fait à mon peuple. «Je promets de dialoguer avec la direction et la direction de l'entreprise. Je t'écrirai », m'a-t-il assuré. Mais depuis, je n'ai jamais reçu de réponse.

Edwin

Edwin

La société en question est la société pétrolière française Maurel et Prom1. Avec le Canadien Pacifique Rubiales, qui extrait du pétrole et du gaz, sous la direction de la société minière colombienne Afrodita. Ces entreprises sont les principaux acteurs de l'extraction de l'or dans la province de Condorcanqui, en Amazonie péruvienne depuis 2007. «Elles extraient l'or sur la montagne», explique Edwin. «Mais de cette façon, ils polluent la source de la rivière Senepa (à la frontière avec l'Équateur). La pollution va ensuite en aval. » L'exploitation à ciel ouvert de l'or utilise de grandes quantités de cyanure, qui est hautement toxique pour les plantes et les animaux. Même le Pape réfléchit aux dommages environnementaux causés par l'extraction de l'or, qui dans l'encyclique écrit: «Souvent, les entreprises qui fonctionnent de cette manière sont des multinationales. Ils font ici ce qu'ils ne feraient jamais dans les pays développés ou dans le soi-disant «premier monde». » (Laudato Si ', 51).

L'impact environnemental des activités minières est important: «L'eau qui atteint les villages est contaminée, elle n'est plus potable, de sorte que pour boire il faut chercher de l'eau dans les hautes terres», explique Edwin. En conséquence, les animaux meurent. Plus de 3000 mètres carrés de terres ont été soumis à la déforestation. «Au début, nos enfants se baignaient dans la rivière, mais ils sont sortis avec des taches et des irritations sur la peau. Nous ne sommes pas revenus depuis longtemps », a ajouté le porte-parole du groupe Awajun. «Aujourd'hui encore, nous ne pouvons plus manger les animaux, car ils boivent aussi à partir de sources polluées, et les poissons qui font traditionnellement partie de notre alimentation. Ensuite, il y a l'effet sur la culture: «Même le métier a été détruit, car l'extraction de l'argile, que nous avons utilisée pour forger des objets pendant des siècles, est devenue un danger pour la santé.» La mine a emporté l'âme des autochtones.

Communautés locales, résistance globale

Personne n'a demandé l'avis de la communauté amazonienne sur la création de la mine. Les entreprises multinationales ne semblent pas avoir l'habitude de le faire. Pourtant, cette consultation est exigée par l'Organisation internationale du travail, lorsqu'elle exige «une consultation préalable libre et éclairée des peuples autochtones ou aborigènes pour toutes sortes de projets qui sont installés sur leur territoire» (Convention 169). «Il est essentiel de porter une attention particulière aux communautés autochtones et à leurs traditions culturelles», prévient le Pape dans l'encyclique (Laudato Si ', 146), qu'elles devraient être «les principaux partenaires du dialogue, en particulier lorsque de grands projets affectant leurs terres sont proposés "

Du Pérou au Guatemala, la musique ne change pas. Ana Sandoval, 22 ans, a participé à la lutte de la communauté de San José del Gulfo et San Pedro Ayampuc, au Guatemala. La zone dont elle est issue a été envahie par un projet minier il y a quelques années, faisant partie d'un plan plus large de 15 zones d'exploration, toutes concentrées dans le petit Guatemala déjà surexploité, appelé «Progreso 7 Derivada». L'extraction d'or et d'argent est opérée par la société guatémaltèque Exmingua, filiale de la société américaine Kappes Cassiday & Associéd (KCA) avec le rayon canadien Gold. Trois multinationales opérant sur un petit territoire (Guatemala), encore une fois habitées par des communautés autochtones. Les minorités ethniques ne sont souvent pas protégées par l'État ou ne le sont que sur papier.

Toute la région où Ana a grandi est sujette à la contamination par l'arsenic, à tel point que la concentration de cet élément dans la communauté de San José dépasse de beaucoup les limites recommandées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les roches dans cette zone contiennent déjà naturellement de grandes quantités de cet élément qui pollue l'eau et l'air. Lorsqu'un établissement minier commence ses activités extractives, il ajoute également l'utilisation d'un autre composant toxique à l'environnement: le mercure, utilisé pour purifier l'or.

Le premier signe d'avertissement pour les habitants de San José était le manque d'eau. «Nous avons réalisé que cela n'arrivait pas, mais nous ne savions pas pourquoi», dit Ana. «A notre demande d'explication, le ministère de la Santé a déclaré que les informations sont confidentielles. On sait comment l'arsenic et le mercure produisent des effets dévastateurs sur la peau et le sang. »La communauté a répondu aux omissions des autorités par une mobilisation. «En 2011, on nous a dit qu'il n'y avait pas de plans pour San Jose, ou peut-être simplement qu'un centre commercial serait construit. Mais nous avons réalisé que c'était un truc. Donc, en mars 2012, nous sommes allés bloquer une machine qui creusait. Toute la communauté s'est mobilisée. Nous nous sommes dit: nous ne partirons pas d'ici.

Et cela a duré plus de trois ans, les habitants de La Puya (c'est ainsi que s'appelait la communauté des combattants) sont restés paisiblement pour garder l'entrée de la mine. Des quarts de travail ont été organisés avec au moins 25 24 heures sur 24. Quiconque était sur place organisait des activités scolaires ou des animations pour les enfants qui se trouvaient également sur le site de la résistance. Ceux qui ne pouvaient pas être présents ont manifesté leur soutien par d'autres moyens, par exemple en apportant de la nourriture à ceux qui se trouvaient devant la mine. Ana estimait que ce camp de protestation impliquait un total de 22,000.

Un phénomène de résistance communautaire et partagée était également au centre de la lutte des Awajun et des Wampis au Guatemala. Edwin, un représentant de leur protestation, est en fait le porte-parole («vocero» en espagnol) de 65,000 62 indigènes et obtient son autorité d'un système complexe d'organisations de base. Un système qu'Edwin décrit ainsi: «Sur le rio Santiago, il y a 12 communautés avec autant de chefs, appelés 'apos'. Les apos se réunissent et créent une fédération. Ensuite, il y a une Assemblée générale qui élit le président de la fédération. Dans la province de Condorcanqui, il existe 60 fédérations comptant chacune XNUMX communautés ou plus. Je représente tout cela.

Ce qui unit l'expérience des deux communautés latino-américaines, c'est la répression à laquelle elles sont confrontées. Au Guatemala, des violences ont été déchaînées contre des manifestants en 2014. «En mai, la police nous a attaqués avec des gaz lacrymogènes, des poteaux et des pierres», se souvient Ana, qui était présente lors de l'attaque. «Une compagne, Eva, a été touchée par une bombe lacrymogène. Beaucoup d'autres avaient des os cassés. Aujourd'hui à San José, la mine est en opération: la police est d'un côté et de l'autre, la protestation continue de la communauté locale.

f1

Luttes de la communauté de San Jose '

Dans la police amazonienne péruvienne, la répression est intervenue lorsqu'en 2009, 6,000 5,000 personnes ont occupé un puits de pétrole. De là, ils ont continué une semaine plus tard, arrivant dans la capitale régionale Bagua, rejoints par 15 54 autres Amérindiens. «Nous avons bloqué la route pendant 24 jours», dit Edwin. «Ensuite, nous sommes arrivés dans la capitale de la région, Bagua, et nous avons bloqué toute la ville pour faire entendre nos voix. La manifestation a duré 204 jours. Le gouvernement n'a pas répondu à nos appels. Nous avons marché pacifiquement et la réponse des institutions a été de nous évacuer par la force ». Il y a eu une centaine de morts parmi les indigènes et 700 parmi la police, un officier militaire disparu (dont le corps a été retrouvé), XNUMX blessés et XNUMX personnes qui se sont retrouvées en prison. Edwin soutient que les victimes parmi la police étaient liées à des conflits internes, car beaucoup d'entre elles se rangeaient du côté des communautés locales,

Les Baguazo, alors que ces journées de protestation sont convoquées par le peuple, ont également généré des problèmes judiciaires. Les personnes 52 sont toujours en attente de jugement et parmi celles-ci, huit ont un mandat d'arrêt immédiat. Edwin lui-même a perdu un frère et un neveu dans la bagarre.

L'Eglise comme témoin

Parmi ceux qui occupent la mine de San José, une messe est organisée une fois par mois pour vous remercier de rester pour résister. Après les affrontements à Bagua, l’Église locale a joué un rôle actif dans l’arrêt des actions répressives de la police et de l’armée. Les églises locales sont bien conscientes du poids des répressions et des intimidations résultant de la violence des forces paramilitaires ou de la tentative de corruption des dirigeants des manifestations.

La province de Kotabato du Sud, une île de Mindanao au sud des Philippines. Les Mines Saggittarius Inc. (SMI) travaillent pour la compagnie minière suisse Glencore Xstrata on projet Tanpakan pour l'extraction du cuivre et de l'or. «Ils sont encore au stade de l'exploration, mais il y a déjà de nombreux problèmes pour l'environnement», déclare le père Joy Pelino, prêtre qui travaille dans la province de Kotabato. L'immense mine, en plus de son impact environnemental potentiel, se propage largement dans une zone habitée par les indigènes Blaan, qui en raison de leur opposition ont subi de fortes intimidations. Le processus de persécution et de criminalisation des dirigeants engagés à défendre leurs terres et leurs droits est une stratégie constamment employée par les sociétés minières sur les populations locales. Et auquel le Père Joy, au nom de l'église locale de Mindanao, fait tout pour s'opposer.
«La loi sur l'environnement des Philippines interdit l'exploitation d'une mine comme celle-ci, qui est à ciel ouvert et de très grande taille (1.2 km de diamètre)», note le père Joy. «La société, cependant, affirme qu'il s'agit d'une solution plus pratique et économique.» Le projet s'étendra sur 10,000 4,000 hectares, dont XNUMX XNUMX sont très riches en biodiversité, avec une flore et une faune particulières. Six rivières et le lac dans lequel elles coulent seront donc contaminés, altérant l'agriculture de la zone (où ils cultivent ananas, banane, riz et maïs), et la pêche, si le projet se poursuit.
Là encore, l'impact environnemental touche les couches les plus vulnérables de la population: les minorités ethniques. C'est ce qu'on appelle le «racisme environnemental». «Le puits est conçu dans la zone de vie des territoires des indigènes Blaan. Si tout se passe comme l'entreprise le demande, ils seront expulsés. »
Pour les peuples autochtones, la terre est tout: leur identité, leur âme, leurs racines. Les Blaan ont été les premiers habitants de Mindanao. C'est pourquoi ils résistent à ce projet minier, et pour cela ils ont payé cher la défense de leurs droits. «Bien que nous ne soyons que dans la phase préparatoire, 15 personnes ont été tuées au cours des trois dernières années (dont une famille entière et deux leaders de la résistance, père et fils)», déclare le père Joy. «On soupçonne que les auteurs sont des officiers militaires et des agents de sécurité privés.»

L'église locale a pris le parti, sans réserve, du Blaan. Il a dénoncé les violations, promu la dignité des peuples autochtones, appelé au respect du droit à l'autodétermination, à la sécurité des peuples et à la capacité de vivre en paix. À la suite de ces plaintes, les responsables militaires accusés de crimes contre les peuples autochtones sont actuellement jugés devant la cour martiale. «Convaincus que l'exploitation minière ne peut équilibrer ses coûts environnementaux et sociaux, nous avons présenté une pétition de 100,000 1,000 signatures au Président des Philippines, et la communauté de Blaan a remis XNUMX XNUMX signatures à la Commission nationale pour les peuples autochtones en leur demandant d'arrêter le projet de Tanpakan» .
Pourquoi l'église de Mindanao fait-elle tout cela? «Il est de notre devoir de rechercher la justice et le bien commun pour toutes les communautés touchées par l'exploitation minière», insiste le père Joy. «Telle est la mission centrale de l'Église qui prêche l'Évangile.»
La demande de justice émanant de la communauté et des églises locales fait également écho et trouve une source d’encouragement dans les mots du pape, lorsqu'il invite l’industrie minière à changer au nom du «développement intégral et durable», comme indiqué dans le rapport. encyclique (Laudato Si ', 13). Dans son message pour l’événement «Unis en Dieu, nous entendons un cri». Le pape François a écrit que l’ensemble du secteur minier est appelé de manière décisive à opérer un changement radical de paradigme afin d’améliorer la situation dans de nombreux pays. Les gouvernements des pays d'origine des sociétés multinationales et de ceux dans lesquels ils opèrent, les entreprises et les investisseurs, les autorités locales chargées de la surveillance des opérations minières, les travailleurs et leurs représentants, les chaînes d'approvisionnement internationales peuvent apporter une contribution à ce changement. avec leurs différents intermédiaires et ceux qui opèrent sur les marchés de ces matériaux, ainsi que par les consommateurs de biens pour la production desquels les minéraux sont nécessaires »
Les communautés locales touchées par l'industrie minière espèrent maintenant que l'église entendra le cri de leur peuple qui souffre. C'est le bon moment pour le faire, disent-ils.

les Nations Unies
Quel est le lien entre le droit international et les problèmes de mondialisation? Une multinationale, n'appartenant pas forcément au secteur minier, peut-elle être tenue pour responsable de violations de droits et d'abus sur la population? Et si tel est le cas, dans quel pays devrait-il être poursuivi; dans le pays d'origine (où la loi est généralement plus contraignante) ou dans celui où elle opère? Sous la pression de la campagne de l'Alliance des traités, qui rassemble des centaines d'organisations et de mouvements laïques et catholiques, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé à la majorité (bien que l'Union européenne, les États-Unis et le Japon s'y soient opposés et le Brésil se soit abstenu) une résolution en 2014 exigeant la rédaction d'un traité contraignant sur la question de la violation des droits de l'homme par les entreprises multinationales. «Une victoire pour les plus petits», souligne Frei Rodrigo Peret, franciscain de JPIC & Mining Project et membre de Treaty Alliance. «Cette décision des Nations Unies redonne aux États une tâche que les intérêts industriels leur avaient enlevée: mettre un terme aux abus causés par la mondialisation.» Un sous-comité de l'ONU avait proposé un ensemble de normes pour les entreprises en 2003, mais celles-ci n'ont pas été approuvées. En 2005, le secrétaire général de l'ONU de l'époque, Kofi Annan, a confié à l'universitaire américain John Ruggie le rôle de représentant spécial pour les entreprises et les droits de l'homme. Ruggie a produit des lignes directrices pour aider les entreprises à éviter les violations des droits de l'homme qui ont été adoptées en 2011; ceux-ci s'appellent UN Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme (UNGP). Cependant, de nombreuses ONG ont critiqué deux aspects des directives de Ruggie: ce ne sont pas des principes contraignants pour les entreprises et les recours ont été décidés par les mêmes entreprises qui ont commis les violations. Ces critiques ont été à l'origine du changement qui a ensuite été scellé par le Conseil des droits de l'homme des Nations unies. Le groupe de travail pour la rédaction du traité s'est réuni à partir de juillet 2015.

Ernest
Les effets des activités minières n'épargnent pas non plus le Premier Monde. Le désastre du mont Polley, en Colombie-Britannique (Canada), survenu en août 2014, figure parmi les plus graves. À la suite de la rupture d'un grand mur de barrage entourant le bassin de rejet d'une fosse de cuivre et d'or gérée par la société canadienne Imperial Metals, d'importants volumes de métaux lourds, notamment de nickel, d'arsenic et de plomb, ont été déversés dans les cours d'eau à proximité. Là encore, les polluants ont contaminé la faune et la flore, touchant ainsi les populations locales, en l’occurrence des Amérindiens appartenant aux groupes ethniques Salish et Shuswap. Le biologiste Ernest Kroeker, qui représentait la communauté locale touchée par la catastrophe, a assisté à une réunion intitulée «Unis en Dieu, nous entendons un appel». «Le lac voisin, contaminé par les métaux de la mine par un ruisseau après la rupture du barrage, est des centaines de milliers de saumons se reproduisent chaque année. Ces saumons remontent tous les deux ans de la mer pour aller se reproduire exactement à l'endroit où ils sont nés. Ils traversent la rivière Quesnel et rejoignent l'océan Pacifique. Quand ils descendent dans l'océan, ils sont pêchés de manière traditionnelle par la population locale, qui considère le retour du saumon comme une sorte de miracle ». Mais ces poissons risquent maintenant d'être contaminés, de ne plus être comestibles et de nuire à l'environnement. la santé de ceux qui les pêchent pour se nourrir. «L'industrie minière n'a pas ressenti le besoin de nettoyer le lac. Les législateurs ne les ont pas obligés non plus à le faire », a conclu Ernest avec amertume.

Joana
Joana est un exemple vivant de lutte. Et l'espoir. En 2007, la Golden Star, une société minière canadienne opérant au Ghana, a commencé l'exploitation minière dans le district de Pristea Huni-Valley, soustrayant des portions de terre aux paysans avec des méthodes brutales et sans permission. «D'un jour à l'autre», dit Joana, «des panneaux disant« ne pas traverser »sont apparus. Mais c'était en mai, je ne pouvais pas, ne pas entrer dans les champs, je devais travailler la terre. La police est intervenue, l’arrêtant ainsi que son aide. Le calvaire a donc commencé: la détention puis le procès. «J'ai dit à la police que je n'avais enfreint aucune loi: la terre volée par Golden Star appartenait à moi et à mes ancêtres. Son combat est allé au tribunal, où «j'ai dû me défendre», dit Joana, «parce que je ne pouvais pas me permettre un avocat.» Néanmoins, un juge lui a dit qu'elle avait raison et l'a autorisée à retourner dans son pays d'origine. Une agricultrice du Ghana est donc devenue un exemple pour son peuple, grâce à la détermination et à la force dont elle a également fait preuve lors de la réunion: «Unis en Dieu, nous entendons un appel. le Waca, une association ghanéenne mobilisant les communautés touchées par les activités minières, a rejoint Joana dans sa lutte contre la mine. «La mine à ciel ouvert a engendré une pollution de l’air et de l’eau, essentielle en grande quantité pour les plantations dans lesquelles nous vivons.» Huit ans plus tard, Joana peut dire que la situation s’est améliorée, car «les gens ont pris conscience de leur contre l’industrie minière. »La brutalité de l’expropriation de la terre a été stoppée. Sous la pression des batailles des paysans, le parlement ghanéen a adopté des lois exigeant la consultation des communautés locales avant le début des activités d'extraction.

1 Pour plus d'informations sur l'impact des pétrolières françaises Perenco et Maurel & Prom en Amazonie péruvienne, voir le rapport CCFD-Terre Solidaire et Secours Catholique-Caritas France publié en septembre 2015 en partenariat avec CooperAccion et Centro Amazónico de Antropologia y Applicación Práctica : " Le Baril ou la vie ? ”. Résumé disponible en Français et Espagnol.

 

Contact: Denise Auclair

Conseiller politique principal (politique de l'UE, secteur privé, développement durable)

auclair (at) cidse.org

EN_The_people_the_church_and_the_mining_robbery.pdf
ES_Los_pueblos_las_iglesias_y_el_saque_de_la_mineria.pdf
IT_I_popoli_le_chiese_e_il_saccheggio_minerario.pdf
PT_Os_povos_as_igrejas_e_o_saque_da_mineracao.pdf
FR__Peuple_Eglise_et_mines.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange