«Justice climatique et États en déclin» - CIDSE
Cidse

«Justice climatique et États sombrant»

Cidse

Les États insulaires du Pacifique sont devenus un exemple frappant des conséquences dramatiques que des phénomènes météorologiques erratiques et l'élévation du niveau de la mer en raison du changement climatique peuvent avoir sur les sociétés et les écosystèmes. Quel avenir pour une île comme Tuvalu et ses enfants?

«Nous sommes trop à l'aise là où nous sommes assis (…) la peur est de s'éloigner de cette zone de confort. Et je pense que nous devons y apporter le message humain - l'humanité pour sauver l'humanité, pas pour sauver les économies. Nous sommes tous là-dedans. »

Avec la montée graduelle du niveau de la mer, provoquée par la fonte des glaciers et des inlandsis dans l'Arctique, les petits États insulaires en développement (PEID) sont de plus en plus menacés de disparition car ils s'enfoncent de plus en plus dans l'océan. Les îles basses sont ainsi devenues une sorte de «test décisif» face aux conséquences dramatiques du changement climatique sur la société humaine et les écosystèmes.

En raison de leur condition insulaire, à quelques mètres seulement du niveau de la mer, les États insulaires de faible altitude et leurs habitants se trouvent en première ligne du changement climatique. Une des dernières rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations Unies prévoit une élévation du niveau de la mer d'environ un mètre d'ici à 2100. Si les températures ne sont pas maintenues sous 1.5 ° C, les petits États insulaires pourraient être littéralement effacés de la carte du monde. Les plus vulnérables d'entre eux sont Kiribati, Vanuatu, les Îles Marshall, Tuvalu, les Maldives et les Bahamas.

As Premier ministre de Tuvalu Enele Sopoaga souligne, les faits sont clairs. Il existe des preuves vivantes que l'élévation du niveau de la mer peut entraîner une inondation totale pour les États insulaires à faible altitude; Les fortes tempêtes et les typhons ont déjà laissé beaucoup d’entre eux sans abri; l'agriculture a été fortement affectée par l'intrusion d'eau salée dans les sols et les eaux souterraines, et nombre de ces îles sont devenues dépendantes des importations étrangères de produits alimentaires. Pourtant, le tableau devient sombre à mesure que nous réalisons qu'au-delà des conséquences physiques et économiques, des langues entières, des histoires, des savoirs autochtones et tout un patrimoine culturel risquent de disparaître sous l'eau.

Alors que la mer submerge ces états insulaires et que des conditions météorologiques plus difficiles affectent des populations entières, ainsi que des systèmes alimentaires et énergétiques - essentiels à la survie de l'homme -, il est évident que des milliers de personnes vont être forcées de migrer. Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), il existe une fourchette estimée de réfugiés climatiques comprise entre un million 25 et un milliard 1 par 2050 (1). Mais la migration liée au climat existe déjà. Dans le cas de Tuvalu et de Kiribati, par exemple, les gens se retirent dans les hauteurs, où se trouvent leurs capitales, déjà surpeuplées. Le gouvernement de Kiribati a commencé à se préparer à un avenir incertain en achetant des terres dans les îles Fidji, à proximité, à titre de police d'assurance, afin d'assurer l'approvisionnement alimentaire futur et même de concevoir cet espace comme un site de réinstallation (2). Cependant, la migration est encore pour beaucoup une mesure de dernier recours.

Sur ce sujet, Premier ministre Sopoaga souligne avec force que la migration climatique forcée est une option contre-productive, dans la mesure où elle ne s'attaque pas aux changements climatiques à la base. Ensemble, les États insulaires n’ont contribué qu’à une fraction des émissions totales de gaz à effet de serre - environ 0.3% (3) - et supportent pourtant les coûts élevés d’un modèle économique irresponsable, dont les grands acteurs hésitent à assumer la moindre responsabilité. Il a souligné la nécessité d'une transformation consciente de nos modes de vie et de nos sociétés, qui permettrait aux États vulnérables comme le sien de continuer à exister. «La justice climatique pour Tuvalu», a-t-il déclaré, «consiste à leur donner la possibilité de prospérer et de réaliser leur plein potentiel, tout en maintenant le droit à la souveraineté, le droit de rester dans leurs îles pour toujours. Le climat ne devrait pas les obliger à s'éloigner, à déménager ou à se réinstaller [ailleurs]. "

Le cas des États insulaires en perdition est un exemple frappant de ce que serait l'avenir pour de nombreux États et populations du monde entier si aucune mesure n'était prise en ce moment même. C'est également un puissant rappel des défis auxquels nous continuerons de faire face. C’est un appel urgent à un changement systémique de nos sociétés et de nos économies, où le respect de la nature et la dignité humaine sont au centre des préoccupations.

-

(1) O'Hagan, Ellie M., La migration de masse n'est pas une "crise": c'est la nouvelle normalité du changement climatique. Le gardien. 18 Août 2015. En ligne. http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/aug/18/mass-migration-crisis-refugees-climate-change 

(2) Harvey, Gemina. États coulés: le changement climatique et le Pacifique. Le diplomate 22 peut 2014. En ligne. http://thediplomat.com/2014/05/sinking-states-climate-change-and-the-pacific/ 

(3) Harvey, Gemina. idem.

 

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange