La nutrition des personnes n'est pas une entreprise - CIDSE
CIDSE

La nutrition des personnes n'est pas une entreprise

CIDSE

Rapport promu à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation

À l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation, la CIDSE fait la promotion du rapport 2015, intitulé «La nutrition des peuples n'est pas une entreprise», mené par le droit à l'alimentation et à la nutrition, et met en lumière le contrôle exercé par les entreprises sur les systèmes et les politiques alimentaires. La CIDSE concerne plusieurs questions abordées dans le rapport, qui se reflètent également dans nos travaux sur Entreprises et droits de l'homme et Just Food. CIDSE a également activement suivi la question de l’acquisition de l’entreprise en travaillant sur le G7 / G8 nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire en Afrique ainsi que sur le Alliance mondiale pour une agriculture intelligente face au climat.

Le rapport reconnaît que la «capture d'entreprise», le contrôle exercé par les entreprises, a explosé. Particulièrement présent depuis que la crise de la volatilité des prix des denrées alimentaires a ébranlé le monde de 2007 / 08, cette réalité met les droits de l'homme en péril. Comme en témoignent les difficultés diverses que le monde a connues au cours des dernières décennies, le modèle économique actuel n’est pas en mesure de garantir les conditions permettant aux gouvernements nationaux de s’acquitter de leurs obligations en matière de droits de l’homme.

À travers plusieurs études de cas, le rapport présente différents aspects de la capture des entreprises. Le travail de la CIDSE résonne bien dans le cas des communautés touchées par l’exploitation minière et les déplacements de population à Essakane, au Burkina Faso. Cet exemple reflète notre préoccupation quant à la façon dont le Sud peut être affecté de manière dramatique par l'extraction et le commerce de ressources naturelles utilisées pour des produits de consommation courante vendus dans le monde entier.

Communautés touchées par les mines et les déplacements à Essakane, Burkina Faso
En raison de l'expansion des activités du conglomérat minier canadien IAMGOLD en Afrique de l'Ouest, des ménages 2,500 dans le nord du Burkina Faso ont été déplacés et réinstallés en dehors de la zone minière de 2009. Afin de soutenir les efforts des communautés pour exiger la protection de leurs droits humains et responsabiliser l'État burkinabé vis-à-vis de ses obligations en matière de droits humains, FIAN International et FIAN Burkina Faso ont documenté les perspectives des femmes concernant l'impact de l'exploitation minière et du déplacement sur les droits des femmes. comme le droit des membres de la communauté à une alimentation et une nutrition adéquates et l'accès des enfants à la nutrition. Les résultats démontrent la situation générale précaire des droits humains des femmes à Essakane et son impact significatif sur le droit à une alimentation et à une nutrition suffisantes des enfants des communautés. La situation des droits fondamentaux des femmes et des enfants est aggravée par la migration à long terme, parfois permanente, d'hommes adultes en quête de travail sur d'autres sites miniers.

Lire l' rapport pour en savoir plus sur ce cas et d'autres.

 

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux