Communiqué de presse: présentation du rapport sur la 3e mission internationale au Guatemala - CIDSE

Communiqué de presse: présentation du rapport sur la 3rd International Mission to Guatemala

Les organisations, réseaux et mouvements sociaux publient le rapport tant attendu sur la 3e Mission internationale pour le droit à une alimentation adéquate et à la nutrition au Guatemala, tout en abordant le statut des défenseurs des droits de l'homme dans le pays. Ce rapport propose une série de recommandations pour s'attaquer aux causes structurelles de la faim au Guatemala.

Bien que le Guatemala dispose du cadre juridique, politique et institutionnel pour soutenir la réalisation du droit à une alimentation et une nutrition adéquates, et qu'il soit également riche en ressources naturelles et économiquement solide, des changements structurels doivent encore avoir lieu pour améliorer les conditions de vie des Guatémaltèques. En termes de pauvreté, l'État du Guatemala est le troisième pire pays d'Amérique latine avec 54.8% de sa population vivant en dessous du seuil de pauvreté. De plus, le Guatemala a le plus haut niveau de malnutrition chronique au monde.

Selon les conclusions de la mission, l'approche basée sur l'aide des programmes de sécurité alimentaire du Guatemala constitue un facteur principal dans cette situation. Le rapport souligne que le manque de cohérence entre ces programmes et la législation qui reconnaît les droits de l'homme d'une part, et les politiques publiques et les lois sur l'utilisation et la gestion des ressources naturelles, du travail et commerciales d'autre part.

Et de plus, l'État applique un modèle de développement basé sur l'extraction de ressources naturelles pour l'exportation, qui profite principalement au secteur des affaires internationales. Un tel modèle est en contradiction avec la vision du développement des communautés autochtones, des paysans et des autres groupes ruraux, étant donné qu'il aboutit à l'accaparement des ressources naturelles, ce qui limite l'accès, la gestion et le contrôle de ces communautés à ces ressources. «Ce modèle de production est adapté à l'agro-industrie et aux grandes propriétés. Des niveaux très élevés de concentration des terres, associés à l'expansion des monocultures à grande échelle, ont un impact direct sur les droits des peuples et la souveraineté alimentaire du Guatemala, avec des incidences alarmantes de violence et de violation des droits de l'homme. La mission a pris note de ces aspects et cela nous concerne vraiment », souligne Gerardo Iglesias, secrétaire du Bureau régional latino-américain de l'UITA (Rel -UITA).

Angélica Castañeda, coordinatrice de FIAN International pour le programme sur l'Amérique latine, a commenté le rapport et souligné ce qui suit: «Comme la mission l'a confirmé, le secteur privé prend la place de l'État dans les domaines liés aux obligations en matière de droits de l'homme, comme l'aide alimentaire , éducation, santé, sécurité, création d'emplois. Le secteur privé utilise également l'espace public pour la propagande et pour réglementer l'accès de la population aux services publics. Dans certains des cas que nous avons visités pendant la mission, les femmes et les enfants qui appartiennent à des groupes et des communautés opposés à de tels projets commerciaux souffrent de discrimination, d'exclusion et même de menaces.

En outre, ce rapport a également vérifié que les personnes défendant les droits économiques, sociaux, culturels ou environnementaux (ESCER) - et en particulier les femmes dans ces rôles - souffrent de plus en plus de stigmatisation, de menaces, de criminalisation et de violence commises par l'État et d'autres acteurs. Parmi de nombreux cas, le rapport fait également référence aux femmes de La Puya et à leur stratégie de «femmes dirigeantes» qui pointent «afin de respecter ce devoir [de défendre les droits de notre communauté] nous devons consacrer moins de temps à notre des familles".

Le rapport sera présenté le 12 octobre à l'occasion d'un événement public au Guatemala, ainsi que dans les institutions et agences internationales au cours des prochains mois.

Télécharger le rapport et le résumé ici.

Pour plus d'informations, veuillez contacter: castaneda-flores [at] fian.org

Contact dans CIDSE:
Valentina Pavarotti
Chargée de presse et communication de la CIDSE
pavarotti@cidse.org

NOTE AUX RÉDACTEURS EN CHEF:
-Cette mission internationale et son rapport font partie d'une initiative de ACT Alliance EU, de l'Alliance internationale des agences de développement catholiques (CIDSE), de l'Initiative de Copenhague pour l'Amérique centrale et le Mexique (CIFCA), de FIAN International, de la branche Amérique latine du Union internationale des travailleurs de l'alimentation, de l'agriculture, de l'hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes, et La Vía Campesina International.
- La mission a effectué plusieurs visites sur les lieux de violations graves du droit à une alimentation adéquate et à une nutrition adéquate, ainsi que des réunions avec des institutions gouvernementales et divers acteurs sociaux et politiques.
-Force de plaider en faveur de systèmes alimentaires et agricoles justes, la CIDSE a récemment rencontré de nombreuses organisations de la société civile 350 qui ont exprimé leurs préoccupations au sujet de l'Alliance mondiale pour une agriculture intelligente face au climat (CSA). Leurs critiques, parmi lesquelles le fait que la définition de la CSA laisse place à des pratiques dommageables, sont expliquées dans ce communiqué de presse. La société civile a plutôt proposé des solutions telles que l'agroécologie, qui devrait être le pilier principal des cadres de politique agricole dans le monde.

 Vous pouvez télécharger le communiqué de presse en anglais et en espagnol à partir d’ici ci-dessous.

EN_Press_Release_Presentation_Report_Guatemala.pdf
Comunicado_Presentacion_Informe_Guatemala_ES_Final.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange