Responsabilité internationale dans l'industrie mondiale du vêtement: quel rôle pour l'UE? - CIDSE
© CIDSE

Responsabilité internationale dans l'industrie mondiale du vêtement: quel rôle pour l'UE?

© CIDSE

La CIDSE a été impliquée, en tant que partenaire coopérant, dans l'événement "Responsabilité internationale dans l'industrie mondiale du vêtement: quel rôle pour l'UE?"

La conférence était organisée par le sef (Fondation pour le développement et la paix) avec le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), la représentation permanente de la République fédérale d'Allemagne auprès de l'Union européenne et la représentation de l'État de Rhénanie du Nord-Westphalie à l'Union européenne.

Denise Auclair, conseillère principale en politique de la CIDSE, faisait partie du panel de conférenciers avec Elin Åström Global Sustainability Business Expert (H&M), Tapan Kanti Ghosh (Ambassade du Bangladesh auprès de l'Union européenne), Arne Lietz (MEP).

Le Dr Bernhard Felmberg (ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement) et Klaus Rudischhauser (DG Développement et coopération, EuropeAid, Bruxelles) ont contribué à la discussion.

klein005

Denise Auclair et Tapan Kanti Ghosh lors de la conférence. Photo par sef:

Informations de fond:

La plupart des produits en vente ici en Europe représentent le point final d'une longue chaîne d'approvisionnement mondiale. De nos jours, les sièges sociaux de nombreuses sociétés transnationales ne s'occupent que de conception, de gestion et de distribution. le secteur manufacturier a été externalisé dans des pays à bas salaires. Ainsi, les chaînes de magasins de vêtements, par exemple, peuvent vendre leurs produits à un prix plus avantageux en Europe que jamais auparavant. La plupart de leurs stocks proviennent de fournisseurs de l’autre côté du monde - de Chine, du Bangladesh ou du Vietnam. Cependant, les accidents catastrophiques survenus dans ces chaînes d'approvisionnement mondialisées ne sont pas rares, du fait d'un manque de conformité des pays du Sud aux normes environnementales et sociales internationales, telles que les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme, les Principes directeurs de l'OCDE. pour les entreprises multinationales et les normes fondamentales du travail de l'OIT, et de l'absence de législation nationale dans ce domaine.

Les ONG attirent l’attention sur cet état de fait depuis des années, mais leurs voix n’ont souvent pas été entendues. Ce n’est que lorsque l’immeuble Rana Plaza au Bangladesh s’est effondré, faisant plus de morts et de blessés dans 1000 et provoquant un tollé en Europe, que les efforts visant à instaurer une gestion responsable de la chaîne logistique ont pris un nouvel élan.

En Allemagne, cela a conduit à la formation d'un nouveau partenariat sur les textiles entre le gouvernement allemand, l'industrie du textile et du vêtement, les détaillants, les syndicats et la société civile. Par une approche collective et coopérative, le partenariat vise à apporter des améliorations sociales, environnementales et économiques tout au long de la chaîne d'approvisionnement du textile et du vêtement. Les alliances de ce type sont plus susceptibles de provoquer des changements lorsqu'elles bénéficient d'un soutien transnational plus large. Il est donc très gratifiant que cette question soit également traitée au niveau de l'UE. la Commission européenne envisage de lancer une nouvelle initiative avant la fin de 2015.

Avec son briefing politique, la Fondation pour le développement et la paix (sef :) et ses partenaires, le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), la CIDSE, la Représentation permanente de la République fédérale d'Allemagne auprès de l'UE et la L’État de Rhénanie du Nord-Westphalie à l’Union européenne a analysé et critiqué ce processus, notamment dans le contexte de l’Année européenne du développement 2015.

Les questions clés abordées étaient:
• Dans quelle mesure ces initiatives sont-elles ambitieuses par rapport à leurs objectifs et calendriers spécifiques?
• Dans quelle mesure la responsabilité internationale devrait-elle être volontaire?
• Comment des initiatives nationales telles que le partenariat allemand pour le secteur textile peuvent-elles être reliées aux initiatives et institutions européennes et internationales afin d'harmoniser les normes et d'éviter ainsi
distorsions de concurrence?
• Comment aider les entreprises souhaitant adhérer à ce type d’initiative à réaliser des audits et à
surveiller leurs chaînes d'approvisionnement?
• Quelles leçons faut-il tirer de la non-conformité? Par exemple, pourquoi a-t-il fallu plus de temps
moins de deux ans pour atteindre l’objectif d’un million de USD 30 pour le Fonds d’affectation spéciale des donateurs Rana Plaza, fixé
pour indemniser les victimes et leurs familles? Comment mobiliser le soutien
plus rapidement à l'avenir?
• Comment les personnes responsables au niveau local peuvent-elles et doivent-elles (décideurs, responsables de la construction)?
les entreprises, les propriétaires d’usines et le personnel de sécurité, etc.) doivent-ils rendre des comptes?

Voir le programme de la manifestation en pièce jointe et le rapport final.

 

Programme_en_2015-11-03.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange