Pèlerinage pour la justice climatique en Autriche - CIDSE

Pèlerinage pour la justice climatique en Autriche

Marcher signifie être prêt pour le changement. Quatre personnes (Anja Appel, Ferdinand Kaineder, Rembert Schleicher et Silvia Wieser) ont parcouru tout le trajet de Vienne à Salzbourg à l'époque de 21.

Article de Rembert J. Schleicher (PILGRIM)

À propos de 330, des gens nous ont rejoint pendant quelques heures, une journée ou même plusieurs jours pour marcher ensemble pour la justice climatique. Nous avons vu des paysages merveilleux mais aussi des endroits où les gens ont détruit la nature et où nous pouvions voir les conséquences de l’étanchéité des sols, par exemple. Nous avons participé à des réunions encourageantes, des discussions sur le changement climatique et les conséquences pour notre planète. Parfois, nous ressentions de la peur et de la colère face à la situation de notre planète, mais aussi de l’espoir et du pouvoir.

H. Angerbauer 2

Photo de H. Angerbauer. «Au cours de notre promenade, nous avons pu voir quelle belle nature nous perdrions si nous n'assurions pas l'intégrité de la création.»

Marcher pour la planète signifie changer le monde. Nous pouvons le faire. Il est tard mais pas trop tard. Nous devons enseigner et apprendre et faire preuve de durabilité. Nous avons vécu cela lors de réunions avec des élèves à Melk, Yspertal et Vöcklabruck. Les jeunes de Yspertal (une école du réseau autrichien PILGRIM pour la durabilité) se sont révélés experts en matière de climat. Nous avons besoin de plus d'entre eux!

Nous avons rassemblé beaucoup d'idées et de propositions dans notre sac à dos d'alternatives que nous apporterons à Paris à la fin du mois de novembre:

1) Le concept de berceau à berceau de l'imprimerie Gugler à Melk

2) La découverte de la médecine traditionnelle européenne à Bad Kreuzen

3) La construction de la culture d'un pré verger commun à Ottensheim avec des arbres fruitiers locaux traditionnels

M.Krenn

Photo de Martin Krenn

En lisant et en discutant l'encyclique «Laudato si '» du pape François et en marchant pour la justice climatique, nous avons pu constater que la justice est toujours une question écologique et sociale. Nous ne pouvons pas séparer ces deux aspects. La situation des réfugiés venant de Syrie et d’autres pays d’Europe est un sujet sur lequel nous pouvons voir très clairement. C'était une préoccupation importante pour nous de déclarer notre solidarité avec les réfugiés. Une des raisons est que nous comprenons le changement climatique comme l'une des raisons pour lesquelles les réfugiés doivent quitter leur domicile. Nous avons rencontré tout le chemin de pèlerinage (à Sindelburg, Bad Kreuzen, Sankt Georgen / Gusen, Ottensheim, Wels, Berndorf, Salzbourg, etc.) et de leurs assistants, dont certains nous ont même accompagnés pendant un certain temps. C'était une vraie école de vie.

Arriver signifie être prêt à continuer et à continuer. Le 8th Novembre nous avons commencé à Salzbourg notre chemin à Paris.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange