Communiqué de presse: L'accaparement des terres et la gouvernance juste discutés lors d'une conférence panafricaine unique qui débutera aujourd'hui avant la visite du Pape en Afrique. - CIDSE

Communiqué de presse: L'accaparement des terres et la gouvernance juste ont été discutés lors d'une conférence panafricaine unique qui commence aujourd'hui avant la visite du pape en Afrique

La conférence mettra en lumière l'état de l'accaparement des terres en Afrique, les cas de résistance sur tout le continent, ainsi que les réponses de l'Église et son engagement croissant en matière d'accaparement des terres.

L'accaparement des terres est un problème grave dans toute l'Afrique, qui requiert une attention urgente car il menace les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire. Il a déjà déplacé des centaines de milliers de personnes de leurs terres, les a privées de sources naturelles et menacé leurs moyens de subsistance.

L'accaparement des terres et la gouvernance juste, questions qui constituent une menace importante pour la souveraineté alimentaire, seront abordés lors de la conférence «Accaparement des terres et gouvernance juste en Afrique», qui s'est ouverte aujourd'hui à Nairobi, au Kenya, et organisée par SECAM (Symposium des Conférences Épiscopales d'Afrique et de Madagascar) avec la collaboration de AEFJN (Réseau Afrique Europe Foi et Justice), AFJN (Africa Faith & Justice Network) et CIDSE (réseau des agences de développement catholiques). L'événement rassemblera des participants de 150 du continent africain et au-delà, y compris de nombreuses personnes directement impliquées dans les luttes pour l'accaparement des terres.

L'accaparement des terres est le plus souvent décrit comme l'acquisition de vastes étendues de terres dans les pays en développement par des entreprises internationales, des gouvernements ou des particuliers. Ces dernières années, les accaparements de terres ont augmenté suite à la flambée mondiale des prix des produits alimentaires dans 2008, incitant les investisseurs à se tourner vers les pays du Sud, en particulier l'Afrique, pour des investissements agricoles et agroalimentaires. De vastes étendues de terres sont également acquises à des fins spéculatives, connues sous le nom de «banque foncière», où l'acheteur détient les terres et les vend plus tard.

Parmi les cas qui seront présentés lors de la conférence, il y a celui du projet italien Senhuile SA, qui a loué 20.000 hectares de terrain dans la réserve de Ndiaël au Sénégal, terrain utilisé pendant des décennies par les habitants d'une quarantaine de villages de la région. Cela a entraîné un conflit permanent avec les villageois, qui veulent que le projet soit arrêté. Le cas des agriculteurs de l'État nigérian de Taraba et du Kenya, qui sont contraints de quitter des terres qu'ils exploitent depuis des générations pour laisser la place à la société américaine Dominion Farms pour établir une plantation de riz, sera également un sujet de discussion. Des cas impliquant la transaction foncière de Bolloré en Côte d'Ivoire, au Cameroun, au Libéria ainsi qu'en Sierra Leone et des cas du Mozambique, de la République démocratique du Congo et du Mali seront également présentés.

Cette conférence a lieu avant la visite du Pape François au Kenya, en Ouganda et en République centrafricaine. Le Pape a précédemment exprimé sa grande inquiétude sur la question de l'accaparement des terres. Dans un discours prononcé à l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture à Rome en juin 2015, le pape François a mis en garde contre le «monopolisation des terres de culture par les entreprises transnationales et les États, qui non seulement prive les agriculteurs d'un bien essentiel, mais qui affecte directement la souveraineté des pays ». Le Saint-Père a également souligné que: «Il existe déjà de nombreuses régions dans lesquelles les aliments produits vont à l'étranger et la population locale est doublement appauvrie, car elle n'a ni nourriture ni terre».

La lettre encyclique du pape, Laudato Si ', dans laquelle il dénonçait une approche d'exploitation à l'égard de la terre tout en rappelant: "Pour eux (communautés indigènes), la terre n'est pas une marchandise, mais c'est plutôt un cadeau de Dieu et de leurs ancêtres qui y reposent, un espace sacré avec lequel ils doivent interagir s'ils veulent préserver leur identité et leurs valeurs. Lorsqu'ils restent sur leurs terres, ce sont eux qui s'en soucient le mieux. Néanmoins, dans diverses parties du monde, ils subissent des pressions pour qu'ils abandonnent leur pays d'origine afin de laisser la place à des projets agricoles ou miniers [industriels] entrepris sans tenir compte de la dégradation de la nature et de la culture. »(146). En soutien à Laudato Si et en amont de la conférence sur le climat COP 21 à Paris, les conférences épiscopales à travers le monde ont été signées le 22nd octobre appel qui a appelé à la COP 21 "pour assurer l'accès des populations à l'eau et à l'atterrissage pour des systèmes alimentaires résilients et durables, qui donnent la priorité aux solutions axées sur les personnes plutôt qu'aux profits".

La conférence vise à développer des stratégies pour soutenir et renforcer les communautés locales dans leurs luttes pour arrêter cette menace et renforcer la résilience.

Téléchargez ci-joint le communiqué de presse en anglais, français et portugais et une description des études de cas présentées lors de la conférence de presse.

Notes aux éditeurs:
-SECAM (basé à Accra), le Symposium des Conférences Épiscopales d’Afrique et de Madagascar, est une association de toutes les Conférences épiscopales catholiques d’Afrique et de ses îles. Depuis sa création à 1969, le SECAM s’est montré préoccupé par les questions relatives au développement humain. C'est pourquoi le SECAM a créé un ministère de la Justice, de la Paix et du Développement dans son secrétariat à Accra, au Ghana. Le SECAM réunit tous les diocèses de tous les pays du continent. Le SECAM représente près de 20% de la population totale de l'Afrique qui est catholique.

-AEFJN (basé à Bruxelles), le réseau Africa Europe Faith & Justice, est une organisation sœur de l'AFJN fondée sur les mêmes valeurs et éthos fondamentaux par les congrégations religieuses européennes. Cependant, l'AEFJN a été fondée en 1988 pour promouvoir des relations économiques plus équitables entre l'Europe et l'Afrique à travers son plaidoyer auprès de l'UE et compte actuellement plus de 43 congrégations religieuses parmi ses membres. AEFJN a récemment terminé des études de cas sur l'accaparement des terres et «l'extractivisme» au Sénégal et à Madagascar respectivement
-AFJN (basé à Washington), le réseau Foi et Justice en Afrique, a été créé à 1983 en réponse à ce que les congrégations missionnaires catholiques ont été témoins sur le terrain en Afrique. AFJN a été créée pour promouvoir des relations plus responsables et plus justes entre les États-Unis et les pays africains et pour lutter contre les politiques préjudiciables à l'Afrique. AFJN a des membres organisationnels 34. Depuis ses bureaux à Washington DC, AFJN poursuit son travail de plaidoyer auprès des législateurs du Congrès et des agences administratives américaines.

- CIDSE (basé à Bruxelles) est une alliance internationale d'agences de développement catholiques travaillant ensemble pour la justice mondiale. Nos organisations membres 17 d'Europe et d'Amérique du Nord se réunissent sous l'égide de la CIDSE pour lutter contre la pauvreté et les inégalités. Nous mettons au défi les gouvernements, les entreprises, les églises et les organismes internationaux d'adopter des politiques et des comportements qui favorisent les droits de l'homme, la justice sociale et le développement durable.

Pour plus d'informations sur le travail de la CIDSE sur l'alimentation juste ici.

Contact :
Présent sur place:
• Antony Mbandi, coordinateur régional de Justice Peace et Caritas, AMECEA justiceandpeace@amecea.org
• Samuel de Jesus, deuxième secrétaire général adjoint, SECAM secam.jpdc@yahoo.com
• Aniedi Okure, directrice générale, AFJN director@afjn.org
• Chika Onyejiuwa, secrétaire exécutive, AEFJN, execsecreatry@afjn.org
• François Delvaux, responsable des politiques et du plaidoyer, Alimentation, agriculture et commerce durable delvaux@cidse.org
Bruxelles: Valentina Pavarotti, chargée de communication et des médias: pavarotti@cidse.org

 

 

EN_Press_release_land_grabbing_conference.pdf
FR_Press_release_land_grabbing_conference.pdf
PT__Press_release_land_grabbing_conference.pdf
Land_grabbing_conference_case_studies.pdf
Land_grabbing_conference_media_programm.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange