Déclaration de conférence sur «Accaparement des terres et gouvernance juste en Afrique» - CIDSE
Crédit: AEFJN

Déclaration de conférence sur «Accaparement des terres et gouvernance juste en Afrique»

Crédit: AEFJN

Dans 2015, la CIDSE a contribué à l'organisation d'une conférence panafricaine sur l'accaparement de terres et la gouvernance juste au Kenya, conjointement avec le réseau Afrique Europe Foi et Justice (AEFJN), son homologue américain (AFJN) et le colloque des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SECAM). L'événement s'est déroulé au Kenya de 22 à 26 en novembre et a rassemblé des participants de 100.

La conférence a mis en lumière l’état de l’accaparement des terres en Afrique, avec le présentation d'études de cas de la résistance sur le continent, ainsi que des réponses de l'Église et de son engagement croissant dans le problème de l'accaparement des terres. Il visait également à développer des stratégies pour soutenir et renforcer les communautés locales dans leurs luttes pour mettre fin à cette menace pour la sécurité alimentaire et renforcer la résilience.

La conférence s'est terminée par la adoption d'un déclaration commune et un engagement d'un plan d'action.

 

(Voir ci-dessous les versions pdf des deux documents disponibles en anglais. Les versions portugaises suivront sous peu.)


DÉCLARATION SUR L'ACQUISITION DES TERRES ET LA GOUVERNANCE JUSTE

Nous, les participants à la conférence de Nairobi sur «l'accaparement des terres et la gouvernance juste en Afrique», issus d'organisations appartenant au 100 et de différentes traditions religieuses et groupes de la société civile en Afrique, en Europe et dans les Amériques, nous sommes réunis à Limuru (Kenya) du 22nd au 26th of Novembre 2015. Cette conférence a eu lieu quelques jours avant la visite du pape François et nous nous sentons tous soutenus et mobilisés par son attitude hardie contre l'accaparement des terres lorsqu'il a averti que «Pour eux (communautés autochtones), la terre n'est pas une marchandise, mais cadeau de Dieu et de leurs ancêtres qui y reposent, espace sacré avec lequel ils doivent interagir s'ils veulent préserver leur identité et leurs valeurs. Lorsqu'ils restent sur leurs terres, ce sont eux qui s'en soucient le mieux. Néanmoins, dans diverses parties du monde, ils subissent des pressions pour qu'ils abandonnent leur pays d'origine afin de laisser la place à des projets agricoles ou miniers [industriels] entrepris sans tenir compte de la dégradation de la nature et de la culture. ”[1].

Nous reconnaissons que l'accaparement des terres - ainsi que les problèmes structurels qui y sont liés - et une gouvernance juste nous engagent à marcher ensemble, de la base au niveau mondial. Du point de vue de l'Afrique, la terre est une chose sacrée et nous pensons qu'une part importante de tout succès futur dans notre lutte contre l'accaparement des terres réside dans notre capacité à établir des liens profonds avec notre terre.

Nous avons récupéré les récits relatifs aux problèmes fonciers de la spiritualité biblique et africaine traditionnelle du pays et de cas réels de violations du territoire.

Nous nous opposons à l'accaparement des terres par les investisseurs, les chefs traditionnels et les gouvernements qui parlent au nom de la population et supposons que tout le monde a quelque chose à gagner de l'accaparement des terres et de ses investissements ultérieurs.

L’Afrique étant la principale cible de l’accaparement de terres dans le monde, nos principales préoccupations tournent autour du fléau de l’accaparement de terres et de son impact sur la souveraineté alimentaire et la souveraineté des États africains. Il a été porté à notre attention que les multinationales étrangères sont les principaux catalyseurs de cette acquisition massive et honteuse de terres agricoles de premier plan qui est en train de déchirer l'Afrique et ses générations futures de ses moyens de subsistance et de son identité. La plupart des terres qui leur ont été attribuées sont utilisées pour produire des biens destinés à l'exportation, principalement des biens non alimentaires tels que des minéraux et des matières premières (agricoles) pour des industries étrangères, ainsi que pour développer des infrastructures. Nous sommes également conscients que les sections locales, les gouvernements et les institutions financières jouent un rôle important dans ce phénomène.

Actuellement, de nombreuses politiques et cadres publics élaborés par les gouvernements africains et les grandes puissances - telles que le G8 et des institutions internationales telles que la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, l'Organisation mondiale du commerce et le Forum économique mondial - facilitent directement ou indirectement les acquisitions foncières massives exploiter les ressources terrestres et les terres de manière non durable.

Le discours dominant des accapareurs de terres sur la façon de faire face aux principaux défis de notre époque - changement climatique, pauvreté, sécurité alimentaire - est imparfait.

Tout au long de la conférence, nous avons eu l’occasion de construire, étape par étape, notre vision d’une société de la vie en abondance. Nous recherchons en effet des cadres permettant:

• Les communautés doivent conserver ou recouvrer l'accès, le contrôle et la propriété de leurs terres et autres ressources naturelles afin de nourrir leurs familles et leurs communautés et, éventuellement, de nourrir le monde.
• Le droit à la nourriture et à l'eau doit être pleinement réalisé en tant que partie indissociable des droits de l'homme
• des investissements appartenant à la communauté locale et dirigés par elle pour prospérer
• Les communautés doivent investir à d'autres niveaux de la chaîne alimentaire (stocks, transformation, distribution,…) dans leur propre pays
• Une augmentation de la résilience des communautés rurales évitant l’exode rural et les expulsions forcées et inhumaines
• L’égalité des sexes et offre des opportunités aux jeunes
• Droit des communautés à protéger leur identité et leur patrimoine culturel

Nous reconnaissons également la nécessité d’évaluer nos responsabilités dans ce phénomène en tant que chefs spirituels, églises et dirigeants traditionnels, mais nous appelons tous les décideurs, individus et organisations de la société civile à faire tout leur possible pour réaliser cette vision en organisant des communautés, en sensibilisant mobilisation non violente ainsi que par tout autre moyen disponible.

Nous appelons également les décideurs à:

• Renforcer l'autonomie de l'Afrique pour son propre développement et ne pas être soumis à un agenda étranger à court terme, axé sur le profit et dirigé par des institutions internationales, des gouvernements et des multinationales travaillant main dans la main.
• Placer les communautés, les petits producteurs d’aliments et les femmes au centre des politiques qui les concernent et les inclure dans le processus de prise de décisions.
• Gouverner de manière responsable la terre et les ressources africaines afin que les générations futures puissent profiter des fruits de la terre
• Cesser toutes les formes d'acquisition massive et dommageable de terres ayant un impact négatif sur la souveraineté alimentaire, les moyens de subsistance des personnes et l'environnement.
• Soutenir pleinement les travaux du groupe de travail intergouvernemental des Nations Unies sur un traité juridiquement contraignant sur les sociétés transnationales, les entreprises et les droits de l'homme.
• Tenir les entreprises responsables des violations des droits humains, des flux financiers illicites en provenance d'Afrique et de toute violation des lois du travail et de l'environnement

Nous voulons souligner que de nombreux cadres juridiques existants contiennent déjà des dispositions permettant de satisfaire à ces recommandations et que la première étape consiste à renforcer leur mise en œuvre.

Alors que nous faisons appel à différents acteurs, nous, participants de la conférence de Limuru (Kenya), nous engageons à œuvrer en faveur d'un changement de mentalité positif. Nous avons défini des engagements que nous respecterons individuellement et collectivement, avec la ferme conviction que, ensemble, nous gagnerons. [2]

FIN

________________________________________
[1] Pape François, Encyclique «Laudato Si», 146
[2] Voir le document d'engagement également approuvé par la conférence

Voir également communiqué de presse publié sur 23 November 2015. (disponible en EN - FR - PT)

EN-Statement_Nairobi_land_grabbing__governance_conference_Nov_2015.pdf
EN-Commitment_to_a_PoA-_Nairobi_Conference_Nov_2015.pdf
FR-Statement_Nairobi_land_grabbing__governance_conference_Nov_2015.pdf
FR-Engagements_PA_conference_Nairobi_Nov_2015.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux