L'égalité des genres ne concerne pas les femmes: c'est notre humanité partagée - CIDSE
Trócaire

L'égalité des sexes ne concerne pas les femmes: il s'agit de notre humanité commune

L'égalité des sexes ne concerne pas les femmes. Il s’agit de femmes, d’hommes, de garçons et de filles, de notre humanité commune et de la création de sociétés plus justes, reconnaissant le droit de chaque personne d’être traitée avec dignité.

 NB: Les opinions exprimées dans ce blog ne reflètent pas nécessairement les positions officielles de la CIDSE. 

Nous sommes encore très loin de cet idéal. Une femme sur trois est susceptible de subir des violences physiques et sexuelles à un moment donné de sa vie. Les femmes sont plus susceptibles que les hommes de vivre dans les ménages les plus pauvres, les femmes sont discriminées dans les lois sur la succession en vigueur dans les pays 26 et les femmes et les filles sont soumises à des niveaux effroyables de viols et d’agressions sexuelles dans les conflits et de manière honteuse, dans des sociétés plus stables.

Les expériences des femmes sont façonnées par leur propre contexte mais liées par un manque de pouvoir, d'opportunités et de contrôle. De May Oo Mutraw au Myanmar qui parle des efforts insuffisants pour inclure les femmes dans le processus de paix, "vous ne pouvez pas ajouter des femmes et émouvoir", à Dzve Tsolosi de RDC qui restait sans rien et qui avait perdu six enfants à cause du conflit " nous n'avions plus rien, je travaillais dans les champs de ceux qui étaient rentrés au village avant moi. J'ai eu du mal à me nourrir », a raconté Evelyne au Kenya, qui nous a dit:« lorsque mon mari est décédé du VIH, sa famille nous a désavoués. Ils ont enlevé son corps et m'ont laissé seul avec les enfants. Puis ils m'ont fait sortir de chez nous et m'ont dit que cela appartenait à mon mari ».

Trócaire et ses partenaires ont soutenu chacune de ces femmes dans un esprit de transformation, pour elles-mêmes, leur famille et leur société. L'égalité des sexes est au cœur du travail de Trócaire, motivée par un sens profond de la justice sociale et guidée par l'enseignement social catholique. L'approche «ajouter-femmes et émouvoir» dont parle May Oo ne fonctionne tout simplement pas. Un changement durable nécessite que nous consacrions des ressources au soutien de l'égalité des sexes, à la lutte contre la violence à l'égard des femmes et des filles et à la garantie que les femmes soient entendues et que leurs préoccupations soient prises en compte.

Ce travail est mené et façonné par des partenaires locaux. En Ouganda, où nous avons établi un partenariat avec la Conférence épiscopale épiscopale ougandaise, l’Église a soutenu les efforts visant à mettre fin à la violence domestique aux niveaux national et local. La saison de l'avent est utilisée pour lancer une campagne nationale qui coïncide avec les journées d'activisme 16 contre la violence sexiste. Tous les diocèses catholiques 19 et les églises 25,000 du pays participent à la campagne, qui vise un million de catholiques 12. Le matériel de base élaboré pour les membres du clergé et de l'Église comprend des affiches, des cartes de prière, des notes d'homélie et des directives sur la prévention de la violence. Ceci est associé à un travail dédié dans certains diocèses pour s'attaquer aux normes sociales néfastes qui génèrent la violence à l'égard des femmes et des filles.

Le programme a pris de l'ampleur depuis son lancement à la fin de 2009 par l'archevêque de Kampala, l'archevêque Lwanga, qui a déclaré: «Nous avons tous le droit d'être aimés, éduqués et d'avoir une vie décente. Lorsque la violence domestique est pratiquée, ce droit fondamental, que nous partageons tous et qui a été octroyé par Dieu, est refusé. . . .. L’Église ne peut pas rester silencieuse quand l’église domestique, la famille, est ravagée par le fléau de la violence domestique. ”

lancement du programme

Lancement de la campagne nationale en 2009

Le matériel et les approches de la campagne nationale et du modèle communautaire ont été élaborés en collaboration avec une ONG partenaire locale, Raising Voices, à l’aide d’une méthodologie de renommée internationale appelée SASA !. Cinq ans plus tard, une nouvelle adaptation de SASA !, SASA! Faith est terminé et sera lancé en juillet 2016. Il a été développé spécifiquement pour les religions chrétienne et musulmane, promouvant les valeurs de justice, de paix et de dignité dans la prévention de la violence à l'égard des femmes et du VIH.

Transformer la vie des femmes et des filles à l'échelle requise est une tâche gigantesque. Ce n'est pas l'apanage d'un secteur de la société; il faut agir sur tous les fronts et à tous les niveaux. L’Église catholique et les organismes catholiques ont un rôle clé à jouer dans ce processus de changement. Ce faisant, nous répondons au défi que le pape François nous a mis dans Evangelii Gaudium de respecter les droits légitimes des femmes, fondés sur la ferme conviction que les hommes et les femmes sont égaux en dignité. Le défi est le nôtre à prendre.

À propos de l'auteur:

Trócaire

Finola Finnan est directrice de la stratégie, des programmes et du plaidoyer chez le membre de la CIDSE en Irlande Trócaire

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange