Communiqué de presse: Une nouvelle campagne donne la parole aux citoyens pour dire aux dirigeants européens de «se lever en faveur d'un règlement ambitieux sur les minerais de conflit» - CIDSE

Communiqué de presse: Une nouvelle campagne donne la parole aux citoyens pour demander aux dirigeants de l'UE de «se tenir debout en faveur d'une réglementation ambitieuse sur les minerais de conflit»

Un mois après le début du trilogue sur les minerais de conflit (les négociations entre le Parlement européen, la Commission européenne et les 28 États membres de l'UE qui forment le Conseil de l'UE), la CIDSE, EurAc et la Commission Justice & Paix lancent une campagne pour maintenir une pression élevée sur Décideurs européens.

Communiqué de presse de la CIDSE, de la Commission Justice & Paix et d'EurAc, Bruxelles, 7 mars 2016

Grâce à cette campagne, les citoyens auront la possibilité de signer une lettre pour alerter les politiciens qu'ils sont «profondément inquiets que les produits (qu'ils) achetés cachent une histoire de souffrance».
Dans le dernier effort pour faire entendre leur voix sur le règlement sur les «minerais du conflit», les citoyens vont demander aux négociateurs de l’UE de se battre pour une législation qui place la dimension éthique au centre, au lieu de défendre une position qui met les profits avant les personnes. En mai, à la suite d'une forte pression de l'opinion publique, le Parlement européen a voté en faveur d'une réglementation ambitieuse et contraignante. Mais cette réalisation est à présent menacée, de nombreux États membres s'opposant à une loi impérative et plaidant pour un système volontaire et partiel, ce qui n'est pas suffisant pour aider à mettre fin aux minerais de conflit et pour donner aux citoyens de l'UE des garanties que leurs produits électroniques cachez pas des histoires de souffrance.

CIDSE minéraux FB21

Les entreprises européennes risquent d’alimenter la violence au détriment des droits de l’homme, de la paix et du développement si elles peuvent choisir de ne pas procéder à des contrôles appropriés dans leurs chaînes d’approvisionnement. De cette façon, les «minerais du conflit» peuvent se retrouver dans nos ordinateurs, nos téléphones, nos voitures. Le secrétaire général de la CIDSE, Bernd Nilles, a souligné que «cette action de campagne permettra aux citoyens européens d'agir et de montrer à leurs représentants qu'ils ne veulent pas être complices de cette exploitation et de ce commerce mortels de ressources naturelles. Nous espérons que les messages adressés par les citoyens aux principaux décideurs de l'Union européenne les inciteront à prendre les mesures qui s'imposent et à agir avec force pour appliquer ce règlement aux préoccupations de nombreux citoyens européens. "

Pour que la législation contribue véritablement à rompre les liens entre ressources naturelles et conflits, les citoyens appellent les décideurs à:
1. Faites preuve de leadership sur cette question en soutenant les exigences de diligence raisonnable tout au long de la chaîne d'approvisionnement.
2. Soutenir un règlement qui s'aligne sur le Guide de l'OCDE sur le devoir de diligence relatif aux minéraux de conflit, en:
• S'assurer que toutes les obligations de diligence raisonnable sont conformes aux normes de l'OCDE
• engager des entreprises en aval d'importateurs de métaux, en particulier des entreprises qui commercialisent des produits contenant des minéraux couverts
• Inclure un langage qui reflète la nature flexible et progressive de la diligence raisonnable.

FIN
Coordonnées:
Stefan Reinhold, coordinateur du plaidoyer CIDSE pour les minerais de conflit
+ 32 (0) 2 282 40 71, repris (c) cidse.org

Valentina Pavarotti, responsable des médias et de la communication à la CIDSE
+ 32 (0) 2 282 40 73, pavarotti (at) cidse.org

Notes aux éditeurs:

Contexte de la réglementation des minerais de conflit:
En l'absence d'un système réglementaire solide, les citoyens européens ne peuvent pas être sûrs que les produits qu'ils achètent et utilisent quotidiennement n'impliquent pas de violations des droits de l'homme. Pour s'attaquer à ce problème, la Commission européenne a proposé le règlement sur les «minerais du conflit» en mars 2014. La proposition était décevante à bien des égards: elle consistait en un système d'autocertification auquel les entreprises pouvaient adhérer volontairement, et elle ne s'appliquait qu'aux importateurs de matières premières , tout en ne couvrant pas tous les produits entrant sur le marché de l'UE qui contiennent les minéraux ciblés. En mai 2015, le Parlement européen (PE) a renforcé la proposition en exigeant que toutes les entreprises européennes fabriquant ou important des composants et des produits finis contenant les minéraux ciblés vérifient si leurs chaînes d'approvisionnement n'alimentent pas les conflits ou ne participent pas à des violations des droits de l'homme. Même si certaines lacunes subsistent, nos organisations ont accueilli ce vote comme un pas en avant important. Malheureusement, le mandat du Conseil approuvé par le COREPER le 17 décembre 2015 est inférieur à la norme internationale élaborée par l'OCDE (voir la note d'information: «Règlement de l'UE sur l'approvisionnement responsable en minerais: réponse de la société civile au mandat du Conseil approuvé par le COREPER le 17 décembre 2015») favoriser la transparence dans les chaînes d'approvisionnement en minerais (Guide de l'OCDE sur le devoir de diligence). Les négociations du trilogue de l'UE sur le projet de règlement ont débuté le 1er février 2016. La Commission européenne, le Parlement européen et la présidence du Conseil européen tenteront de s'entendre sur un texte de compromis dans les prochains mois.

-A propos de CIDSE
La CIDSE est une alliance internationale d'agences de développement catholiques. Ses membres partagent une stratégie commune dans leurs efforts pour éliminer la pauvreté et instaurer une justice globale. www.cidse.org
Les membres de la CIDSE sont: Broederlijk Delen (Belgique), CAFOD (Angleterre et Pays de Galles), CCFD - Terre Solidaire (France), Center of Concern (USA), Cordaid (Pays-Bas), Development & Peace (Canada), Entraide et Fraternité (Belgique ), eRko (Slovaquie), Fastenopfer (Suisse), FEC (Portugal), FOCSIV (Italie), Fondation Bridderlech Deelen (Luxembourg), KOO (Autriche), Manos Unidas (Espagne), MISEREOR (Allemagne), SCIAF (Ecosse), Trócaire (Irlande)
La CIDSE a coordonné une déclaration signée par près de 150, dirigeants de pays de 38 sur les continents 5, demandant une réglementation forte pour atteindre l'objectif de briser le lien entre ressources naturelles et conflits.
D'autres ressources de la CIDSE sur les minerais de conflit sont disponibles.

-A propos de EurAc
EurAc, le «réseau européen pour l’Afrique centrale», rassemble les organisations européennes 41, issues des pays européens 11 actifs en Afrique centrale. Les membres d'EurAc souhaitent s'attaquer aux causes structurelles de l'instabilité dans la région des Grands Lacs et soutenir la dynamique locale. Les membres d'EurAc partagent la même vision et le même objectif: une politique de l'UE et de ses États membres d'Afrique centrale cohérente et à l'écoute des besoins et aspirations des populations de cette région, en particulier des plus vulnérables et des plus marginalisées.

-À propos de Commission Justice & Paix
La Commission Justice & Paix, «Comprendre pour mieux agir», est une organisation belge d'inspiration chrétienne. Leur travail se concentre sur la promotion des droits de l'homme et de la justice, comme facteur de paix et de développement durable. La prévention et la gestion des conflits et de l'après-conflit sont au cœur de leur travail.

Press_Release_conflict_minerals_e-action_launch.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange