Messages clés du débat sur la réglementation de l'UE sur les minerais de conflit - CIDSE
CIDSE

Principaux messages du panel de discussion sur la réglementation européenne relative aux minéraux des conflits

CIDSE

«Réglementation européenne sur les minéraux de conflit: un pas en avant vers une moralité accrue dans les chaînes d'approvisionnement mondiales?»

Messages clés du débat en groupe organisé par la CIDSE, Justice & Paix Belgique, EurAc, Misereor et Brot für die Welt. 
Bruxelles, 14 Mars 2016

 

 

 

Crédit: CIDSE


Abbé Léonard SANTEDI
, Secrétaire général de la Conférence des évêques congolais, a partagé son expérience du terrain où il a été témoin du fait que les entreprises qui commercialisent les minéraux concernés peuvent être complices d’abus, même de viols et de morts. Dans ce contexte, une réglementation volontaire ne suffirait pas pour améliorer la situation des populations riveraines des mines. Une étude qu'ils ont entreprise a montré que le 2010 US Dodd Frank Act avait suscité de réels changements chez les acteurs économiques de toutes les nationalités vers un approvisionnement responsable en minéraux. réfuter les affirmations selon lesquelles il était à l'origine d'impacts négatifs. Il a rappelé les enjeux moraux vitaux de la réglementation.

«Je viens ici avec un cri de souffrance de la part de mon peuple, mais aussi un cri d'espoir. Au Congo, nous avons un proverbe qui dit: "Un seul doigt ne peut pas peler une banane". Nettoyer le commerce des minerais doit être un combat commun pour tous: entreprises, gouvernements, société civile. Conformément à ses valeurs et au respect de la dignité humaine, l'Union européenne a un devoir de responsabilité et de solidarité. Sinon, c'est la loi de la jungle.

 

Jan TYTGAT, Directeur des affaires gouvernementales de l’UE pour le Benelux à Umicore, a présenté les politiques de gestion des risques d’Umicore consistant à connaître le produit, le fournisseur et la transaction. En fonction du risque, les mesures de vigilance sont renforcées et vérifiées conformément aux normes de l’OCDE. Ceci est conduit par les consommateurs, dans les bijoux, dans l'électronique. Les grands constructeurs automobiles s’interrogent sur l’origine des minéraux, même sans cadre juridique. À son avis, les risques pour les petites entreprises sont les mêmes, bien qu’elles ne disposent peut-être pas des mêmes ressources.

«Une proposition qui ne fait pas référence à l'aval ne peut pas garantir aux clients que les téléphones ne contiennent pas de conflit d'or. Cela coupe le problème en plusieurs parties. Chaque semaine, nous recevons des clients en aval des questions sur le caractère sans conflit de nos minéraux. Les clients finaux exercent une énorme pression sur notre devoir de diligence. »

 

Frédéric TRIEST, Directeur adjoint d’EurAc, a rappelé que, selon les chiffres de la Commission européenne, seules 4% des entreprises ciblées appliquent les normes de l’OCDE dans le cadre d’un régime volontaire. De plus, 50% des PME ayant répondu à la consultation de la Commission étaient favorables à une réglementation contraignante. Bien que la Commission européenne ait fait un pas en avant vers un règlement contraignant à la suite du vote au Parlement européen, un règlement qui ne ciblerait pas toutes les entreprises qui placent les minéraux sur le marché de l'UE ne serait pas efficace.

"Si Umicore et certaines autres sociétés peuvent être des leaders en matière de bonnes pratiques, à moins que les États membres ne s'accordent sur des mesures contraignantes contraignantes, les entreprises lugubres seraient toujours autorisées à continuer à commercer dans des eaux troubles."

 

Le député européen Elmar BROK, Président de la commission des affaires étrangères du Parlement européen, a rappelé que l'arrêt des minerais de conflit est important pour l'UE dans son pays, pour la paix et la sécurité. En tant que politicien, il cherche la meilleure méthode pour y arriver. Il s'inquiète des petites et moyennes entreprises en aval, de leur capacité à faire preuve de la diligence requise et de la faisabilité d'un contrôle jusque dans les mines, ainsi que de leur volonté constante de s'approvisionner dans la région. Il est en faveur d'un règlement contraignant de portée limitée, susceptible de dégager un consensus politique fructueux, d'essayer de le faire fonctionner et éventuellement d'étendre le champ d'application, y compris à d'autres minéraux.

«Un accord contraignant de portée limitée n'est pas une approche morale complète, mais peut être une solution. Je suis en affaires depuis assez longtemps et j'ai vu trop de «Volkswagens» pour savoir que la maîtrise de soi est nulle. »

 

Parmi les représentants du secteur privé parmi le public, les points de vue exprimés étaient nuancés et exprimaient des préoccupations quant à la compétitivité et à la faisabilité de l'application, mais également au fait que les produits en aval et les consommateurs ne seraient pas visés par le règlement. Enfin, un représentant des travailleurs a pris la parole, rappelant que les mineurs sont les plus vulnérables de la chaîne d'approvisionnement et appelant à plus de solidarité dans les règles du commerce mondial.

 

Contact: Stefan Reinhold / CIDSE: reinhold (at) cidse.org

Conflict_Minerals_panel_debate_14_March_6pm_at_COMECE.pdf
KeyZmessagesZfrzZConflictZMineralsZpanelZdebate.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange