Les États membres de l'UE édulcorent les propositions qui aideraient à arrêter les minerais de conflit - CIDSE

Les Etats membres de l'UE diluent des propositions qui pourraient aider à stopper les minerais de conflit

© SCIAF

L'année dernière, le Parlement européen a voté en faveur d'une réglementation forte qui permettrait de lutter contre le commerce des minerais de conflit, mais les États membres ont cherché à affaiblir leurs projets.

Des négociations de haut niveau se sont déroulées à huis clos dans le cadre d'un processus de trilogue où la réglementation est assouplie et rendue presque sans objet pour les personnes touchées par ce commerce sanglant. Si les États membres s'en sortaient, les règles de l'UE ne seraient pas conformes aux mesures prises par les États-Unis, la Chine et les pays africains et porteraient atteinte à la norme internationalement reconnue des directives de l'OCDE sur la diligence raisonnable.

La CIDSE, alliance internationale des organisations de développement catholiques, déplore (à prendre en compte les conclusions du trilogue d’aujourd’hui) les résultats du deuxième trilogue (les négociations entre le Parlement européen, la Commission européenne et les États membres de 28 de l’UE) qui: forme le Conseil de l'UE), car il ne répond pas aux exigences exprimées par de nombreuses organisations de la société civile, y compris plus de 150 évêques de partout dans le monde.

Stefan Reinhold, coordinateur du plaidoyer de la CIDSE pour les minerais de conflit, a déclaré «Le Conseil doit encore faire des pas constructifs vers un accord, refusant de passer de sa position très faible de décembre 2015 à la défense d'un règlement volontaire. Il semble que si un certain nombre d'États membres de l'UE seraient disposés à adopter un règlement obligatoire, quelques États membres bloquent tout progrès. Et même si certaines voix attirent l’attention sur la nécessité de maintenir le respect des normes de l’OCDE en matière de diligence raisonnable, cela est loin d’être garanti. ”

Les dirigeants des gouvernements des pays de l'UE doivent prendre conscience de l'impact de l'assouplissement du règlement voté par les représentants élus de l'UE au parlement. Les États membres ne devraient pas se cacher derrière des portes closes, mais bien faire connaître leur position et être prêts à défendre publiquement leurs choix (1). Des millions de femmes, d'enfants et d'hommes en République démocratique du Congo, en Colombie ou au Myanmar sont victimes de violences, de viols et de morts dans les zones entourant les mines, tandis que les entreprises de l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement ne sont pas obligées de vérifier si leurs produits contiennent des minerais de conflit. Et les citoyens européens ne peuvent pas avoir la garantie que les produits qu'ils achètent et utilisent quotidiennement sont fabriqués sans violer les droits de l'homme.

Dans un débat public Le 10 mars à Bruxelles, l’abbé Léonard SANTEDI, secrétaire général de la Conférence des évêques congolais, a déclaré qu’une réglementation volontaire ne suffirait pas pour améliorer la situation des populations vivant à proximité des zones minées. Une étude qu'ils ont entreprise a montré que le 14 US Dodd Frank Act avait suscité de réels changements chez les acteurs économiques de toutes les nationalités vers un approvisionnement en minerais responsable. «Je viens ici avec un cri de souffrance de la part de mon peuple, mais aussi un cri d'espoir. Conformément à ses valeurs et au respect de la dignité humaine, l'Union européenne a un devoir de responsabilité et de solidarité. Sinon, c'est la loi de la jungle. »

Au cours du débat, M. Elmar Brok, président de la commission des affaires étrangères du Parlement européen, a exprimé sa conviction que «Un accord contraignant de portée limitée n'est pas une approche morale complète, mais peut être une solution». Il a dit qu'il est "Cela fait assez longtemps que je suis dans les affaires et j'ai vu trop de" Volkswagens "pour savoir que la valeur de la maîtrise de soi est nulle."

Et Jan Tytgat, directeur des affaires gouvernementales de l'UE pour le Benelux chez Umicore, une entreprise qui fait preuve de diligence raisonnable dans ses activités de recyclage des minéraux, a déclaré ce qui suit: «Une proposition qui ne fait pas référence à l'aval ne peut pas garantir aux clients que les téléphones ne contiennent pas de conflit d'or. Cela coupe le problème en plusieurs parties. Chaque semaine, nous recevons des clients en aval des questions sur le caractère sans conflit de nos minéraux. "

Les négociateurs ignorent l'appel à l'action des citoyens de l'UE: à ce jour, les citoyens de 1.500 de l'UE se sont joints à eux action de campagne appelant les négociateurs de l'UE à «se tenir debout en faveur d'un règlement ambitieux sur les minerais de conflit».

Hier, la CIDSE a rejoint le Arrêter Mad Mining réseau pour remettre la pétition «Lutter contre le commerce des minerais de conflit!» signés par presque des personnes 42.000, qui exigent une réglementation de l’UE assortie d’une obligation de diligence raisonnable, qui respecte au minimum les normes de l’OCDE.

Les discussions de l'UE contrastent nettement avec les développements récents en France, où, lors de 23 March, l'Assemblée nationale a adopté en deuxième lecture une proposition législative sur le devoir de vigilance des sociétés mères qui obligerait les grandes entreprises françaises à élaborer un "plan de vigilance" afin de: prévenir les atteintes à l'environnement et les violations des droits de l'homme liées à leurs activités, en France ainsi que dans les chaînes d'approvisionnement mondiales (2). Stefan Reinhold a dit que «Les Français ont franchi une étape importante vers une législation sur la diligence raisonnable dans les chaînes d'approvisionnement - il est temps pour les décideurs de l'UE de s'inspirer et de s'orienter de manière décisive vers l'adoption d'une réglementation forte qui contribuera à mettre un terme au scandale des minerais de conflit».

-

(1) Médiateur européen actuel enquête dans la transparence des trilogues.

(2) Voir: http://ccfd-terresolidaire.org/infos/rse/devoir-de-vigilance-des-5414 

FIN

Coordonnées:
Stefan Reinhold, coordinateur du plaidoyer CIDSE pour les minerais de conflit
+ 32 (0) 2 233 37 51, repris (c) cidse.org

Valentina Pavarotti, responsable des médias et de la communication à la CIDSE
+ 32 (0) 2 2824073, pavarotti (at) cidse.org

Notes aux éditeurs:

Contexte de la réglementation des minerais de conflit:

En l'absence d'un système réglementaire solide, les citoyens européens ne peuvent pas être sûrs que les produits qu'ils achètent et utilisent quotidiennement n'impliquent pas de violations des droits de l'homme. Pour s'attaquer à ce problème, la Commission européenne a proposé le règlement sur les «minerais de conflit» en mars 2014. La proposition était décevante à bien des égards: elle consistait en un système d'autocertification auquel les entreprises pouvaient adhérer volontairement, et elle ne s'appliquait qu'à 19 fonderies et raffineries. basée dans l'UE (sans couvrir tous les produits entrant sur le marché de l'UE qui contiennent les minéraux ciblés). En mai 2015, le Parlement européen (PE) a renforcé la proposition en exigeant que toutes les entreprises européennes fabriquant ou important des composants et des produits finis contenant les minéraux ciblés vérifient leurs chaînes d'approvisionnement pour s'assurer qu'elles n'alimentent pas les conflits ou ne participent pas à des violations des droits de l'homme. Même si certaines lacunes subsistent, la CIDSE a accueilli ce vote comme une grande évolution.

La CIDSE a coordonné un déclaration signé par presque tous les dirigeants 150 des pays 38 sur les continents 5, demandant une réglementation forte pour atteindre l'objectif de rupture du lien entre ressources naturelles et conflits.

Les autres ressources de la CIDSE sur les minerais de conflit sont: disponibles.

La CIDSE est une famille internationale d'organisations catholiques de justice sociale qui travaillent ensemble pour promouvoir la justice, exploiter le pouvoir de la solidarité mondiale et créer un changement transformationnel pour mettre fin à la pauvreté et aux inégalités. Nous le faisons en contestant l'injustice systémique et l'iniquité ainsi que la destruction de la nature. Nous croyons en un monde où chaque être humain a le droit de vivre dans la dignité. www.cidse.org

Membres de la CIDSE: Broederlijk Delen (Belgique), CAFOD (Angleterre et Pays de Galles), CCFD - Terre Solidaire (France), Center of Concern (USA), Cordaid (Pays-Bas), Development & Peace (Canada), Entraide et Fraternité (Belgique) , eRko (Slovaquie), Fastenopfer (Suisse), FEC (Portugal), FOCSIV (Italie), Fondation Bridderlech Deelen (Luxembourg), KOO (Autriche), Manos Unidas (Espagne), MISEREOR (Allemagne), Progressio (Royaume-Uni), SCIAF (Ecosse), Trócaire (Irlande)

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange