Entreprises et droits de l'homme: combler les lacunes - CIDSE

Entreprises et droits humains: combler les lacunes

Lettre commune de la CJCE, d'Amnesty International, de la CIDSE, de la FIDH et des Amis de la Terre à l'Europe, aux représentants des États membres de l'UE siégeant au groupe de travail du Conseil de l'UE sur les droits de l'homme (COHOM), 20, avril 2016.
(
Voir la version pdf - lien ci-dessous - pour lettre complète avec annexe: Recommandations de la société civile - Remédier au manque d'accès à des recours pour les victimes de violations des droits humains des entreprises)

 

Chers membres du groupe de travail du Conseil de l'UE sur les droits de l'homme,

La présidence néerlandaise de l'UE a invité le Conseil des affaires étrangères à présenter des conclusions sur les entreprises et les droits de l'homme, en particulier sur l'accès à la justice pour les violations des droits de l'homme liées aux opérations commerciales. Il existe encore des lacunes importantes - au niveau de l'UE et des États membres - dans la protection des droits de l'homme contre les abus liés aux entreprises et nous demandons au Conseil de l'UE de s'engager fermement dans ses conclusions à s'attaquer efficacement à ces lacunes. En particulier, nous demandons au Conseil d’examiner les recommandations figurant dans l’appendice ci-joint.

À la suite de l'adoption des principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme (UNGP) dans 2011, l'UE et ses États membres ont exprimé à plusieurs reprises leur engagement à mettre en œuvre ces principes, qui incluent l'obligation pour les États de protéger les droits de l'homme des abus des entreprises et de garantir responsabilité et recours effectif en cas d'abus. Cependant, à l'exception de quelques États,1 À ce jour, les États Membres n’ont pas pris de mesures législatives ou autres mesures utiles pour assurer une prévention efficace des violations des droits de l’homme commises par les entreprises, ainsi que des mesures de reddition de comptes et de réparation.

L'UE et de nombreux États membres doivent encore élaborer leur stratégie et leurs plans d'action pour la mise en œuvre immédiate des UNGP et entreprendre les réformes juridiques et politiques nécessaires à cette fin. Plus inquiétant encore, bien qu'un petit nombre de pays aient élaboré des plans d'action nationaux pour la mise en œuvre des UNGP, ils n'envisagent pas suffisamment et ne s'engagent pas à prendre les mesures législatives nécessaires pour combler de manière adéquate les principales lacunes en matière de protection des droits de l'homme.

En conséquence, il n’existe toujours pas de cadre législatif garantissant le respect des droits de l’homme par les entreprises et des obstacles importants à une reddition de comptes efficace et à la réparation des violations des droits de l’homme par les entreprises subsistent aux niveaux européen et national.

Ces dernières années, un certain nombre d'initiatives juridiques aux niveaux européen et national ont ouvert la voie à une réglementation plus stricte de la responsabilité des entreprises de respecter les droits de l'homme dans leurs activités commerciales et leurs chaînes de valeur mondiales. Ce sont des étapes prometteuses, mais il en faut beaucoup plus. Une législation devrait être adoptée tant au niveau de l'UE que des États membres pour exiger et surveiller que les entreprises commerciales respectent les droits de l'homme dans toutes leurs opérations mondiales et mettent en place des processus robustes de diligence raisonnable en matière de droits de l'homme pour s'acquitter de cette obligation. Dans le même temps, il convient de poursuivre, en consultation avec la société civile, un examen approfondi des obstacles existants aux mesures correctives conduisant à l’adoption de mesures concrètes pour éliminer ou atténuer ces obstacles. Les gouvernements de l'UE doivent également s'engager de manière positive et constructive dans les efforts normatifs au niveau mondial, tels que le processus en vue d'un instrument contraignant des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme.

La série L’annexe contient des recommandations détaillées sur les défis les plus urgents à relever pour protéger efficacement les droits de l’homme dans le contexte des activités commerciales.. Elles incluent des mesures juridiques pour garantir le respect des droits de l’homme par les entreprises, y compris l’incorporation de la diligence raisonnable dans le droit, pour identifier et éliminer les obstacles au recours et pour élaborer des plans d’action nationaux et européens efficaces visant à assurer la cohérence des politiques et des feuilles de route claires pour une mise en œuvre efficace des UNGP.

Ils évoquent également la nécessité pour l'UE et ses États membres de faire entendre leur voix de manière constructive et constructive dans les discussions en cours au sein de l'ONU sur la portée et la nature d'un instrument contraignant sur les entreprises et les droits de l'homme.

Nous saluons et soutenons les efforts visant à garantir que des discussions sur ces sujets importants ont lieu au sein du Conseil de l'Union européenne et lors d'une conférence de haut niveau sur les entreprises et les droits de l'homme organisée conjointement avec la société civile le 14 mai à Amsterdam.

Nous espérons et espérons que vous prendrez en compte nos recommandations et nous sommes impatients de poursuivre nos discussions.

Cordialement,

Jérôme Chaplier, directeur, ECCJ
Iverna McGowan, directrice, Bureau des institutions européennes d'Amnesty International
Bernd Nilles, secrétaire général, CIDSE
Magda Stoczkiewicz, directrice, Amis de la Terre Europe
Antoine Bernard, directeur général, FIDH

 

1 Par exemple, la loi britannique sur l'esclavage moderne 2015 et la proposition législative d'imposer un «devoir de vigilance» à certaines sociétés françaises en France.

 

Avec les groupes de membres 21, représentant plus d’organisations 250 de pays 15, le Coalition européenne pour la justice d'entreprise (ECCJ)) est la seule coalition européenne réunissant des campagnes européennes et des plateformes nationales d'ONG, de syndicats, d'organisations de consommateurs et d'universitaires afin de promouvoir la responsabilité des entreprises.

CIDSE est une famille internationale d’organisations catholiques de justice sociale, travaillant ensemble pour promouvoir la justice, exploiter le pouvoir de la solidarité mondiale et créer un changement transformationnel pour mettre fin à la pauvreté, aux inégalités et aux menaces pour l’environnement, tant mondial que local.

Bureau des institutions européennes d'Amnesty International (EIO) vise à garantir que l'Union européenne intègre les droits de l'homme dans ses politiques internes et externes et que ses États membres prennent des mesures concrètes pour promouvoir et protéger les droits de l'homme aux niveaux national et régional.

Amis de la Terre Europe est le plus grand réseau environnemental local en Europe, regroupant plus de 30 organisations nationales avec des milliers de groupes locaux. FoEE est la branche européenne de Friends of the Earth International, qui regroupe les organisations membres nationales de 74, certains groupes d'activistes locaux de 5,000 et plus de deux millions de sympathisants à travers le monde.

FIDH est une ONG internationale de défense des droits de l'homme fédérant des organisations 178 de pays 120. Depuis 1922, la FIDH défend tous les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Lettre commune aux représentants des États membres de l'UE au COHOM de la CJCE, d'Amnesty International, de la CIDSE, de la FIDH et des Amis de la Terre Europe

Partager ce contenu sur les médias sociaux