Travailleuse du sexe cambodgienne: «Nous méritons une vie de dignité» - CIDSE

Travailleuse du sexe cambodgienne: «Nous méritons une vie de dignité»

Les femmes dans l'industrie du sexe au Cambodge souffrent d'abus, d'exploitation et de violence.

NB: Les opinions exprimées dans ce blog ne reflètent pas nécessairement les positions officielles de la CIDSE.

En mars, 2008, le Cambodge a adopté le Répression de la traite des êtres humains et de l'exploitation sexuelle loi qui rend la vente de sexe illégale. Plutôt que de protéger les femmes, cette loi a eu pour effet de réduire la sécurité des femmes, car les bordels sont fermés et les femmes sont obligées de travailler dans la rue. Les lois et politiques peu claires et discriminatoires sont la preuve de la position ambivalente du gouvernement cambodgien envers l'industrie du sexe: l'acte de vendre du sexe est interdit, mais c'est un spectacle habituel, surtout dans les zones touristiques.

Face à cette situation, les femmes deviennent des cibles faciles et commodes, tandis que celles qui les victimisent, les exploitent et même en tirent profit - clients, propriétaires de bars, souteneurs et syndicats du crime - restent impunies. C’est l’histoire de Vann Phary (nom changé), une travailleuse du sexe basée à Phnom Penh. Elle décrit comment elle s'est lancée dans le commerce du sexe et comment la prise de conscience accrue de ses droits par le biais d'un réseau de travailleuses du sexe diversifié lui a permis de s'acheminer vers l'autonomisation et la confiance en soi. Elle éduque maintenant ses collègues travailleurs du sexe sur leurs droits.

------------------

Je suis Vann Phary, une travailleuse du sexe âgée de 54. La vie que je mène n'est pas facile. Pendant de nombreuses années, je me suis posé ces questions. Pourquoi le peuple cambodgien discrimine-t-il les travailleuses du sexe? Détruit-il la dignité d'une autre personne? Quand la discrimination prendra-t-elle fin?

Je vis à Phnom Penh depuis ma naissance. Né dans une famille pauvre, je n'ai reçu qu'un minimum d'éducation de base. Mes parents étaient convaincus que les femmes finissant par se marier, à devenir mères et à s'occuper des membres de leur famille, une éducation supérieure est inutile. En tant que fille obéissante, j'ai accepté un mariage arrangé. Toutes les bonnes femmes doivent être des filles obéissantes. Cela nous est dicté par les coutumes et traditions et par la culture khmère en général. Je me suis mariée jeune et j'ai eu six enfants - trois garçons et trois filles.

Je suis resté à la maison et je me suis occupé de mes enfants. J'étais totalement dépendant du revenu de mon mari. Peu de temps après notre mariage, mon mari a eu une maîtresse, est devenu un ivrogne et un joueur. Il a également commencé à me tabasser. Il s'est retrouvé au chômage et n'a plus pris soin de notre famille. Souvent, il rentrait ivre à la maison; il maudissait et menaçait de me frapper si je ne trouvais pas à manger pour lui.

Mon mari m'a forcé à lui trouver de l'argent. Je n'avais pas le choix; J'ai eu des enfants à prendre en charge. J'ai vécu avec beaucoup de tristesse pendant de nombreuses années sans le dire à personne sauf aux voisins. Quand je ne pouvais plus le supporter, j'ai divorcé de mon mari. J'avais alors 35, sans aucune compétence et je devais nourrir et éduquer mes six enfants.
Je gagnais un revenu en faisant la lessive d'autres personnes, en devenant nourrice, en cuisinant pour d'autres familles et en travaillant comme masseuse. Mais l'argent n'était pas suffisant pour l'éducation de mes enfants. Je demandais souvent aux enseignants de mes enfants de les dispenser de payer les frais de scolarité.

Je suis devenue une travailleuse du sexe parce que je sentais que je n'avais pas le choix. La première fois que j'ai travaillé, je me suis senti nerveux, persuadé que je faisais quelque chose de mal. J'ai essayé et je n'ai pas réussi à garder mon travail secret. Mes voisins et mes parents, surtout mon frère, me méprisaient. Mon frère m'a averti que ce n'était «pas un travail convenable pour les femmes» et que je ferais face à une discrimination dans la société cambodgienne. Mes voisins ridiculisent souvent mes enfants en disant qu'ils ont une mère qui est une travailleuse du sexe - une femme qui a le sexe avec des hommes différents. A cette époque, je me détestais d'avoir ce travail.

Beaucoup de gens pensent que je ne suis pas une bonne femme parce que j'ai des relations sexuelles avec beaucoup d'hommes. Ils pensent que c'est un moyen facile de gagner un revenu qui n'exige aucune compétence. ils disent que ce n'est pas un travail, c'est juste un plaisir sexuel. Au début, j'ai cru cela. J'ai perdu le respect de moi-même et de mon travail. Quand j'étais malade avec une maladie mineure, tout le monde pensait que j'avais le VIH / SIDA. Mes enfants pleuraient souvent quand les gens qui vivaient autour de nous m'insultaient. J'ai vécu avec ces difficultés pendant de nombreuses années tristes.

Comme d'autres travailleuses du sexe, je travaille dur tous les soirs. Mes enfants me manquent tous les soirs quand je vais au travail; mon esprit est avec eux, mon corps avec mon invité. J'essaie de trouver des clients en me classant dans les parcs de Vat Phnom à Phnom Penh. Je ne suis pas très sûr de rester dans le noir, notamment à cause de la répression policière. Mes clients sont des ouvriers du vêtement, des ouvriers du bâtiment, des employés du gouvernement, etc. Je suis chanceux de n'avoir jamais eu de mauvais invités. La plupart d'entre eux sont «bons» avec moi et me donnaient souvent plus que les frais de dollars USD10.

Avec très peu d'éducation de base, les travailleuses du sexe ne sont pas au courant des lois - comme celle qui régit notre situation - la répression de la traite des personnes et de l'exploitation sexuelle. Nous savons seulement que notre situation s'aggrave après l'adoption de cette loi dans 2008. La police a commencé à sévir contre nous. Ils nous battaient et nous faisaient mal, nous maudissaient et certains nous frappaient même avec des pierres. De nombreuses travailleuses du sexe ont été battues, violées ou volées pendant leur détention par la police. La fermeture massive de bordels a nui aux efforts visant à freiner la propagation du VIH / sida et d’autres maladies sexuellement transmissibles. Ils parlent de «faire respecter la loi» pour nous menacer. Nous pensions aussi que nous enfreignions la loi. Nous n'avons jamais demandé de l'aide à qui que ce soit, car nous avions peur et nous étions nerveux.

Cela a changé pour moi lorsque j'ai entendu parler du Réseau des femmes pour l'unité (WNU). Je suis devenu optimiste: c'était un groupe qui pouvait m'aider et aider les autres travailleurs du sexe. Les membres du WNU venaient souvent dans la région où je vivais pour distribuer des préservatifs et rencontrer des travailleurs du sexe, ce qui me donnait un espace pour parler et partager les défis auxquels je faisais face. Ils m'ont beaucoup appris sur les lois, mes droits, les soins de santé et la sensibilisation au VIH / sida.

Je sentais que j'avais beaucoup d'amis avec qui je pouvais partager mes expériences, parler - et qui écouteraient avec chaleur et compréhension. J'ai assisté à plusieurs séries de formations WNU et depuis lors, je suis bénévole pour WNU. Parce que je connais les problèmes des autres travailleuses du sexe, je peux les aider et les protéger. J'ai lentement commencé à changer. J'ai rejoint leur combat contre la discrimination, comme je l'ai vécu en travaillant de nuit.

Grâce à WNU, j'ai découvert différentes vues de mon travail. C'est WNU qui a exploité mon potentiel de leadership et ma passion. Chaque fois que je participais à une réunion de WNU - je ne me sentais pas seul et je comprenais fortement que «vendre mon corps est mon droit».

Je suis Vann Phary, une travailleuse du sexe qui se bat pour les droits de ces travailleuses. Nous, travailleuses du sexe, méritons une vie de dignité.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange