Les actionnaires dénoncent les politiques sociales, environnementales et de gestion irresponsables de Vale lors de l'Assemblée générale annuelle - CIDSE

Les actionnaires dénoncent les politiques irresponsables de Vale en matière sociale, environnementale et de gestion lors de l'assemblée générale annuelle

«Nous nous engageons à bâtir la prospérité tant vis-à-vis de l'homme que de l'environnement.» Selon le message affiché sur le site Web de la société, il s'agit de l'une des principales missions de Vale SA, société transnationale brésilienne et l'une des plus grandes sociétés minières. dans le monde. Cependant, ce n’est pas ainsi que cette société se comporte, selon les habitants des territoires touchés par les activités de Vale. Cela ne se vérifie pas non plus dans les évaluations d’une parcelle d’investisseurs réels de Vale.

Texte d'Ingrid Ferrari, traduction de Judith Marshall

En avril 25, huit investisseurs critiques, membres de l’Articulation internationale des personnes affectées par Vale (AV), ont participé pour la 6 année consécutive à l’assemblée générale annuelle de Vale à Rio de Janeiro. Utilisant des critères tirés des propres documents de politique de Vale, leur objectif était de mettre en évidence les contradictions entre le discours de la société sur la responsabilité sociale et environnementale et la survenue de dommages environnementaux graves et de violations des droits de l'homme dans les projets de Vale. Ils ont formulé leurs critiques en utilisant le protocole de l'Assemblée générale, qui oblige tout actionnaire à voter contre une motion présentée à l'assemblée pour donner lecture d'une justification écrite de son opposition à la plénière.

«Nous avons décidé de participer à l'assemblée des actionnaires afin de nous engager avec le monde de l'entreprise d'une manière qui obligerait l'entreprise à mieux respecter les droits de l'homme», a expliqué Melisandra Trentin, coordinatrice de Global Justice (Justiça Global) et membre du Articulation des personnes affectées par Vale. Outre les dénonciations de destruction sociale et environnementale générées par les activités de Vale, notre interrogation sur ces mauvaises pratiques visait à exposer les conséquences négatives de ces violations sur l'image de marque réelle et, par extension, sur ses actionnaires.

Un des cas les plus discutés par les actionnaires critiques était le déni de responsabilité criminel de la société minière Samarco. Interrogés sur son rapport sur la brèche du barrage de résidus à Mariana, dans l’état de Minas Gerais, des responsables de la société ont indiqué que le document n’était pas encore achevé, alors que la brèche du barrage de résidus s’était produite six mois plus tôt. Selon le consultant de Vale, Clovis Torres Junior, il n’était pas encore décidé si le rapport serait mis à la disposition des actionnaires une fois terminé. Pendant ce temps, Vale a déjà entamé le processus de licence pour trois autres barrages à Minas Gerais, tous utilisant la même technologie que celle du barrage à résidus de Mariana.

Un autre point soulevé par les actionnaires critiques a été l'ambiguïté de la déclaration de la société dans son rapport administratif et financier selon laquelle la catastrophe de Mariana n'avait pas eu d'incidence sur les flux financiers de la société. Selon Isabel Corby, une avocate membre de AV, des communiqués de presse de Vale et des porte-parole officiels de Vale ont indiqué que dès le début, Vale avait soutenu les initiatives de Samarco visant à réparer les dommages. "Comment l'entreprise peut-elle aider aux réparations sans aucune dépense de capital et sans que cette dépense semble avoir un impact sur ses dépenses actuelles?"

Enfin, selon Raphaela Lopes, avocate chez Justiça Global, les actionnaires risquaient d’être trompés par l’affirmation dans le rapport administratif et financier de Vale selon laquelle un accord définitif avait été signé entre Samarco, Vale, BHP et l’État brésilien concernant la les victimes de Mariana. En fait, l'accord doit encore être approuvé par le juge du tribunal fédéral 12th à Minas Gerais.

Le barrage hydroélectrique de Belo Monte a également été évoqué à l’Assemblée, un projet dans lequel Vale détient des parts. Selon Brent Millikan, représentant du mouvement Xingu Vivo para Semper, Vale avait été alerté à plusieurs reprises sur les énormes risques sociaux, environnementaux, juridiques, financiers et de réputation du projet, avant même de prendre sa décision de devenir actionnaire d'Energy North, le propriétaire du projet. «Aujourd’hui, ces avertissements se sont concrétisés par les conséquences désastreuses du projet pour les peuples autochtones, les communautés de pêcheurs et tous ceux qui vivent le long du système fluvial du Xingu, dont aucun n’est atténué ni compensé par les conditions du permis environnemental.» L’actionnaire Les dirigeants de Vale ont également évoqué la question de l'implication d'Énergie Nord dans de vastes projets de corruption à Belo Monte, révélés par les enquêtes menées dans le cadre de l'opération Car Wash. Il existe également des preuves de plus en plus évidentes de la rentabilité du projet. Cela engendrera des pertes pour les actionnaires mais aussi pour la société brésilienne en général.

Salaire et politiques d'investissement
Les nouvelles propositions salariales pour les administrateurs de Vale et les membres de son conseil des auditeurs, qui totalisaient jusqu'à 26 millions de dollars américains, ont été sérieusement mises en doute par le groupe d'actionnaires critiques. Pour Carolina Campos, membre de AV, à Minas Gerais, la proposition est totalement contraire à la situation financière réelle de la société. «Il est honteux d’avoir un administrateur de Vale qui reçoit US $ 240,000 / mois (avantages non inclus) lorsque des vies, des communautés et des villes entières ont été et continuent d’être désastrées et annihilées par les activités de cette société», a déclaré M. Campos. L’actionnaire a proposé que 90% du montant proposé pour la rémunération des administrateurs de Vale et des membres du Conseil d’audit de Vale soit utilisé pour un fonds spécial. Ce fonds devrait être consacré à la réparation et à la reconstruction sociales et environnementales et à la reconstruction après la catastrophe de Mariana, ainsi qu'à des technologies alternatives, même si elles sont plus coûteuses, qui protégeront les communautés et l'environnement.

Juliana Xavier, avocate et membre de AV, a également souligné dans son vote dissident que, si les salaires des membres du personnel de 34 Vale ne font qu'augmenter, les employés de Vale aux niveaux national et international souffrent d’une politique de réduction des salaires de la part de l’entreprise. Vale dispose depuis longtemps avec ses employés d'un mécanisme de participation aux bénéfices appelé «prime de rémunération variable». Le montant de cette prime annuelle, versée au début de l’année, varie en fonction du niveau de profit de la société de l’année précédente. Au début de 2016, Vale a annoncé qu'il avait réduit ce bonus, compte tenu des niveaux de profit de 2015, et qu'il n'y aurait aucun ajustement salarial final pour ses travailleurs.

De la même manière, les politiques d'investissement dans les opérations de Vale ont été marquées par de profondes coupes budgétaires aux coûts sociaux élevés. Le chemin de fer de Carajas, qui relie 892 km aux municipalités de São Luís, Santa Inês, Açailândia, Marabá et Parauapebas, en est un exemple. L'augmentation des quotas de production tout en réduisant les coûts a aggravé les conflits de travail. En conséquence, Vale a subi des pertes économiques, un fait que l'entreprise reconnaît elle-même dans sa documentation sans toutefois présenter de proposition visant à corriger ou à améliorer les conditions de travail de ses employés.

Mouvement de censure
À la fin de l’AGA, le groupe d’actionnaires critiques lié à l’Articulation internationale des personnes touchées par Vale a présenté une motion invitant tous les membres du conseil d’administration, du conseil administratif et du conseil de l’audit de Vale qui occupaient ces fonctions le 13 novembre, le date de la brèche dans le barrage de résidus de Fundão à Mariana, à démissionner. Selon les actionnaires critiques, la survenue de cette tragédie a été déterminée par «des actes de commission et l'omission de tous ceux qui ont provoqué ou auraient pu prévenir la plus grande tragédie environnementale de l'histoire de notre pays, causée par la violation du Barrage de Fundão ». La décision d'intensifier la production tout en réduisant les coûts de sécurité doit également être ajoutée. Un autre argument était les dommages causés par la réaction des administrateurs de Vale. En plus d’être en retard, leurs actions ont été marquées par des erreurs qui ont porté atteinte à l’image de la société encore plus aux yeux du grand public. Tout cela témoigne de «l'impératif d'une restructuration complète et immédiate du Directoire et des Conseils d'administration et de contrôle de cette société».

Interrogés sur leur participation à l'assemblée générale annuelle, les représentants des communautés touchées par Vale ont affirmé qu'il était évident que la société n'était pas ouverte à la critique ou à la modification de ses pratiques. Malgré les limitations d'espace et le manque de réponses et d'actions par rapport à leurs critiques, le groupe a toujours jugé nécessaire que les personnes affectées par Vale aient voix au chapitre devant l'Assemblée des actionnaires. L’assemblée générale annuelle est un lieu privilégié pour rendre visibles au reste de l’actionnaire les lacunes et les omissions constatées dans les rapports produits par Vale. Cela est important car ces informations sont directement liées à l’ampleur des risques et des incertitudes liés aux investissements et aux perspectives de rendement.

Iglesia 2

Photo par Rosilene Miliotti / FASE

Outre son intervention lors de l’AGA, l’Articulation internationale des personnes touchées par Vale a également mené des activités sur la place Carioca à Rio de Janeiro le 13 avril 25. Celles-ci se sont déroulées en même temps que l’AGA et ont rassemblé des membres de 50. Les activités comprenaient des activités culturelles, un spectacle de théâtre et une exposition de photos de la catastrophe dans le bassin de Mariana / Sweet River. Un enseignement a également eu lieu à Rio avec des professeurs d'universités et d'institutions fédérales et fédérales, ainsi que des représentants de mouvements sociaux tels que le MST (Landless People's Movement) et le MAB (Mouvement des personnes touchées par des barrages). Les présentateurs se sont concentrés sur les projets récents de Vale et leurs contextes.

Étaient également présents des dirigeants du peuple Krenak, un groupe autochtone de la vallée de la Sweet River. Douglas et Geovani Krenak ont ​​parlé des impacts subis par leur peuple après la rupture du barrage de Fundão. La brèche a touché non seulement les villes situées le long de la rivière, mais également les communautés qui dépendent de l’eau de la Sweet River pour leur vie. «Nous traversons de graves difficultés parce que l’eau, c’est la vie», a déclaré Douglas. «La rivière était comme notre mère et notre père. Il a donné ce dont nous avions besoin pour nous soutenir, il nous a donné de la nourriture et des loisirs. Aujourd'hui, il est interdit à notre peuple de mener des activités le long du fleuve pratiqué par nos ancêtres », a affirmé Geovani Krenak. D'autres personnes touchées par les actions de Vale à travers le bassin de Sweet River ont également présenté leurs histoires sur les impacts négatifs de Vale sur leur vie quotidienne.
Après les activités sur la place Carioca, des membres de l’Articulation internationale des personnes touchées par Vale se sont rendus à l’ancien siège de la société, rue Graça Aranha, dans le centre de Rio de Janeiro. Là, ils ont dessiné des graffitis et conçu et écrit des slogans sur les barrières noires protégeant les anciens bureaux de Vale. Le bâtiment n'est plus utilisé par l'entreprise.

Iglesia 3

Photo par Rosilene Miliotti / FASE

Avec ce programme d'action de, Articulation internationale des personnes concernées par Vale s'est efforcée d'attirer l'attention sur les cas les plus flagrants de violations des droits commises par Vale au Brésil et dans le monde. Ce fut une journée de manifestations, rendant audibles les cris emprisonnés dans la gorge de ceux qui souffrent directement des agissements de cette société, mais qui sont si rarement entendus par celle-ci.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange