Brexit: faire retirer les œillères aux décideurs - CIDSE
Blog

Brexit: obliger les décideurs à retirer leurs œillères

Il y a quelques jours, le Brexit a renversé l'Europe. En digérant cette nouvelle choquante, des émotions ont commencé à surgir: joie (pour certains), peur (pour d'autres), tristesse, incompréhension, surprise…

NB: Les opinions exprimées dans ce blog ne reflètent pas nécessairement les positions officielles de la CIDSE.

Nous avons essayé de trouver des réponses simples ou «rationnelles» qui nous réconforteraient. En lisant entre les lignes, c'était l'analyse: les gens qui votaient «Leave» étaient ignorants, stupides, racistes, fanatiques, sans instruction… (1) Les «Brexiters» étaient dupés par les bouffons politiques et les médias. Comme si seuls des gens raisonnables, intelligents, éduqués et terre-à-terre votaient «Restez». N'ayons pas peur de le dire franchement: les citoyens de seconde zone nous ont laissé tomber. Ils ont échoué à la démocratie et n'étaient pas à la hauteur des tâches que la citoyenneté leur impose. Parce que nous ne pouvons pas comprendre comment ils ont raté l'effet magique et séduisant de ce beau rêve que l'UE pourrait devenir un jour: le Disneyland uni d'Europe. Suis-je provocateur? Oui bien sûr. Pourquoi? Parce que j'ai le sentiment que d'une manière ou d'une autre, nous sommes restés coincés dans cette réponse émotionnelle et que rester à ce niveau pourrait provoquer l'effondrement de nos démocraties. Pourquoi? Parce que trop d'entre nous (des commentateurs aux citoyens) semblent avoir commencé à parler et à penser comme des gouvernements, comme l'UE et des politiciens, comme des élites déconnectées (que nous sommes probablement dans une certaine mesure) qui ne cessent de répéter qu'il n'y a pas d'alternative en dehors de le chemin qu'ils nous ont tracé. Comme si le seul problème auquel nous étions confrontés était le manque d'information, le manque de bonne communication et le manque d'éducation, les gens ignorant ce qui est bon pour eux même si c'est si évident. Malheureusement, je ne pense pas que ce soit tout à fait le cas.

Essayer de comprendre

«Oui, la campagne pour le Brexit a été menée par une élite politique, financée par une élite économique et alimentée par une élite des médias. Oui, la colère populaire a été canalisée vers des cibles indignes - les immigrés. Mais le vote était aussi un hurlement de rage contre l'exclusion, l'aliénation et l'autorité distante. C’est pourquoi le slogan «reprendre le contrôle» a résonné ». George Monbiot

Oui, certains électeurs ont été fortement influencés par les médias, fausses déclarations et fausses promesses. Ce fut le cas pour les arguments sur l'immigration et celui sur l'affectation du budget. Mais pourquoi ce genre d'argument fonctionne-t-il? Lorsqu'il s'agit de jouer avec la peur des immigrés, ce n'est pas seulement tout à coup que les gens sont racistes, mais aussi que le contexte économique dans lequel ils vivent est difficile et hautement incertain pour eux. En ce qui concerne l'argument massif selon lequel l'argent dépensé chaque semaine dans l'UE le serait au service national de la santé: aussi faux soit-il, les gens ne savent-ils pas ce que fait l'UE avec leur argent? Qu'ils pensent que cela ne leur profite pas, alors ils préfèrent le garder pour eux-mêmes et l'utiliser pour des mesures de solidarité au niveau national?
Et si ces gens n'échouaient pas à la démocratie, à leur gouvernement et à l'UE? Et si l'UE, leur gouvernement et la démocratie leur faisaient tous défaut depuis trop longtemps et que le Brexit n'en était que l'expression? Les gens se rendent compte que la «démocratie basée sur le marché / néolibérale» ou la mondialisation (au niveau européen ou mondial) ne fonctionne pas pour eux mais pour quelques-uns. Pire encore, cela fonctionne contre eux. La montée des partis d'extrême droite dans toute l'Europe; la montée du terrorisme et du fanatisme; une forte aversion aux États-Unis à la fois pour Donald Trump ET Hillary Clinton; le grand nombre de personnes qui ne votent tout simplement pas,… sont d'autres expressions de ce défi. De plus, le niveau de méfiance envers les gouvernements, les élites et les politiciens augmente chaque jour.

Jouer avec la démocratie et les peuples: le jeu n'est pas fini

«La crise financière de 2008 (…) a suscité une suspicion généralisée selon laquelle les élites n'agissent que dans leur propre intérêt, et non dans celui du peuple (…) Sur la question de l'adhésion de la Grande-Bretagne à l'UE, 81% des électeurs du« congé »ont déclaré ne pas le faire. font confiance aux opinions des politiciens britanniques, contre 67% des électeurs du «Reste». » Uri Friedman

Pourquoi tant de méfiance, pourquoi tant de colère? Pourquoi tant d'abstention? Il semble maintenant que les citoyens se méfient autant de la politique que des citoyens. Et deux décisions majeures prises juste après le vote au Brexit au niveau européen - deux cas emblématiques mettant en jeu de puissants intérêts corporatifs, contre lesquelles une large mobilisation de la société civile a été mobilisée - peuvent justifier la méfiance grandissante (sans même compte tenu de l'intronisation récente de José Manuel Barroso chez Goldman Sachs):
- Jean-Claude Juncker a tenté de faire pression pour que l'accord commercial UE-Canada (CETA) suive un simple processus d'approbation qui conduirait à sa ratification sans l'approbation des parlements nationaux. Cela lui aurait permis de contourner les critiques croissantes exprimées par de nombreux citoyens et gouvernements locaux / régionaux.
- La Commission européenne a donné une autorisation supplémentaire de 18 mois pour commercialiser le glyphosate sans l'accord des États membres.

Toujours suivant la même devise (les gens ne savent pas ce qui est bon pour eux), certains réclament un nouveau vote au Royaume-Uni. On dirait qu'il n'y a de démocratie que lorsque les gens votent en suivant les élites. Ce n'est pas très différent du référendum en France sur la Constitution européenne en 2005. «Après tout, dans presque tous les référendums passés dans lesquels une proposition émanant de l'Union européenne (…) était en jeu, les votes« non »ont prévalu et ont été ignorés» (2).

Plusieurs voix se font entendre, affirmant que le Brexit pourrait être perçu comme une opportunité potentielle de remodeler l'Europe. Ce qui est certain, c’est qu’aucun changement cosmétique ne suffira. Sans changer les traités, l'Europe est condamnée à continuer d'échouer aux yeux d'un nombre croissant de personnes.

De quel côté sommes-nous?

«Peut-être que les gens qui dirigent le monde (…) ont passé des décennies à poursuivre des objectifs qui ne grattent pas les démangeaisons de larges pans de l'humanité. Peut-être que la recherche d'un PIB toujours plus élevé manque une compréhension fondamentale de ce qui motive la plupart des gens. Dans ce contexte, le soutien à M. Trump et au (…) Brexit ne sont que des véhicules imparfaits par lesquels quelqu'un peut crier «Arrêtez». Neil Irwin

En tant qu’organisation de la société civile, notre rôle n’est pas d’être du côté de ceux pour qui la démocratie est une rue à sens unique qui correspond à leur rêve d’une démocratie fondée sur le marché / néolibérale, ceux pour lesquels les lobbyistes des entreprises pèsent plus lourd que les voix du peuple. C’est ce qui est au cœur du nouveau cadre stratégique de la CIDSE et a déjà été souligné dans l’un de nos «repenser les ateliers de développement»En 2013, où nous avons souligné la nécessité de confronter« les structures de pouvoir injustes, faisant cause commune avec les plus touchés par les inégalités et la non-durabilité au Nord comme au Sud ». Nous devons être du côté de ceux qui, pour de nombreuses raisons (détresse, peur, pauvreté, colère, méfiance à l'égard de la politique, un agenda de gauche qui n'a jamais été sur la table de l'UE,…) ont fait gagner le vote du congé. Nous devons être du côté des gens qui ont voté Remain mais qui ont voté pour le moindre de deux maux. Tel que rapporté par Gary Younge«Je n'ai pas encore rencontré quelqu'un qui soutient Reste qui n'admettra pas que l'UE est distante, élitiste et profondément antidémocratique». Nous devons faire entendre leur voix auprès des décideurs au niveau national ou européen. Nous devons leur rappeler qu’ils se dirigent droit vers plus de détresse, jusqu’à l’effondrement de la démocratie s’ils continuent à suivre cette voie dangereuse. Ce défi ne pourra être surmonté que par l'élaboration de politiques et d'une économie au service des citoyens et permettant à notre société de faire face au changement climatique. Réussirons-nous là où les citoyens ne peuvent pas obliger les décideurs à retirer leurs œillères?

Notes:

(1) Ici et ici

(2) https://www.jacobinmag.com/2016/07/brexit-referendum-remain-leave-corbyn-racism-xenophobia-greece-austerity-eu/

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange