Lecture de la lettre encyclique «Laudato si '» avec un objectif de genre - CIDSE

Lecture de la lettre encyclique «Laudato si '» avec un objectif de genre

La lettre encyclique "Laudato sì" a eu un impact considérable et a suscité un débat animé autour de son contenu. En effet, le document se concentre sur la crise de la "maison commune" de l'humanité, identifiant les problèmes et indiquant la voie.

NB: Les opinions exprimées dans ce blog ne reflètent pas nécessairement les positions officielles de la CIDSE.

Laudato souligne notamment la nécessité d'une écologie humaine, globale, capable de relever les défis de la dégradation de la nature et des liens sociaux, de définir les caractéristiques du bien commun et la voie à suivre pour l'atteindre. Il peut être considéré comme un document novateur, différent des encycliques sociales précédentes. Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour comprendre que de nombreux problèmes et sujets mentionnés par le pape dans ce document ont des impacts différents sur les hommes et les femmes. Donnons juste quelques exemples de ces différents impacts.

La pauvreté et le genre
Laudato si 'met l'accent sur le devoir de solidarité et d'option préférentielle pour les plus pauvres, établissant un lien central entre le bien commun et ce que l'on peut appeler des «biens communs»: l'option pour les plus pauvres résulte de la reconnaissance de «la destination universelle des biens mondiaux »(LS 158) et devrait être au centre des discussions politiques et économiques internationales (LS 49). Prendre soin de notre «maison commune» (la Terre) signifie prendre soin des êtres humains, en particulier des plus pauvres d'entre eux. Citant François d'Assise, le Pape dit avoir montré «combien le lien est inséparable entre le souci de la nature, la justice pour les pauvres, l'engagement envers la société et la paix intérieure». (LS 10)

Il aurait été intéressant que le document approfondisse les différents impacts de la pauvreté sur les hommes et les femmes, car, selon l'ONU, «alors que les hommes et les femmes souffrent de la pauvreté, la discrimination fondée sur le sexe fait que les femmes disposent de beaucoup moins de ressources pour faire face à la pauvreté. . Ils sont probablement les derniers à manger, les moins susceptibles d'accéder aux soins de santé et régulièrement pris au piège de tâches domestiques fastidieuses et non rémunérées. Ils ont des options plus limitées pour travailler ou créer des entreprises. Une éducation adéquate peut être hors de portée. Certains finissent par être forcés à l'exploitation sexuelle dans le cadre d'une lutte fondamentale pour leur survie »(Pour en savoir plus: http://beijing20.unwomen.org/en/in-focus/poverty#facts).

La Lettre encyclique réaffirme l’enseignement traditionnel de l’Eglise selon lequel «la tradition chrétienne n’a jamais reconnu le droit à la propriété privée comme absolu et inviolable» (LS 93) et cite le pape Jean-Paul Ier lorsqu'il écrit que «c n'est pas en accord avec le plan de Dieu que ce don soit utilisé de telle manière que ses avantages profitent à quelques-uns seulement ». (LS, N ° 93). En lisant ces textes inspirants, les catholiques ne doivent pas oublier qu’il existe de nombreux pays où les femmes n’ont toujours pas accès à la propriété: cette réalité donne un nouveau sens à l’affirmation selon laquelle il est nécessaire d’utiliser la propriété privée au profit de tous et du besoin exprimé par le pape. François à reconnaître l'égale dignité de tous les êtres humains.

Lors de la lecture de la citation des évêques du Paraguay («Tout campesino a le droit naturel de posséder une parcelle raisonnable de terres où il peut établir sa maison, travailler pour la subsistance de sa famille et une vie sûre. Ce droit doit être garanti pour que sa l'exercice n'est pas illusoire mais réel. Cela signifie qu'en dehors de la propriété de la propriété, les ruraux doivent avoir accès à des moyens d'enseignement technique, de crédit, d'assurance et de marchés. »- LS. Nr. 94), nous devons garder à l'esprit que , selon la FAO, «les femmes jouent un rôle décisif dans la sécurité alimentaire des ménages, la diversité alimentaire et la santé des enfants: dans les pays en développement, les femmes et les hommes ruraux jouent des rôles différents pour garantir la sécurité alimentaire de leurs ménages et communautés. Alors que les hommes cultivent principalement des grandes cultures, les femmes sont généralement chargées de cultiver et de préparer la plupart des aliments consommés à la maison et d'élever du petit bétail, qui fournit des protéines. Les femmes rurales effectuent également la plupart de la transformation des aliments à domicile, ce qui garantit une alimentation diversifiée, minimise les pertes et fournit des produits commercialisables. Les femmes sont plus susceptibles de dépenser leurs revenus pour la nourriture et les besoins des enfants - des recherches ont montré que les chances de survie d'un enfant augmentent de 20% lorsque la mère contrôle le budget du ménage. Les femmes jouent donc un rôle décisif dans la sécurité alimentaire, la diversité alimentaire et la santé des enfants. » (voir http://www.fao.org/gender/gender-home/gender-programme/gender-food/en/). Le problème de la pollution de l'eau et du manque d'eau, abondamment mentionné par Laudato sì (voir LS, N ° 2, 8, 20, 24, 27-31, 35, 37, 40, 44, 48, 72, 140, XXX, XX, XX, XX, XX , 164, 185, 211), même si elles touchent toutes les populations de certaines parties du globe, représentent un poids particulier pour les femmes, car «dans de nombreux pays, les femmes sont responsables de la recherche et de la collecte d’eau pour leurs familles. Toute l'eau dont ils ont besoin pour boire, se laver, cuisiner et faire le ménage. Ils parcourent des kilomètres, portent un lourd fardeau, attendent pendant des heures et paient des prix exorbitants. Le travail est éreintant et dévorant. Souvent, l'eau est contaminée, voire mortelle. Dans ces cas, ils font face à un choix impossible: une mort certaine sans eau ou une maladie possible. Une fois qu'elles sont suffisamment âgées, les filles se joignent à cet effort. Ils passent d'innombrables heures à essayer de fournir cette nécessité vitale de base. "(Voir http://water.org/water-crisis/womens-crisis/)

En résumé: il y a dans le monde des problèmes causés à la fois par des hommes et des femmes, et des problèmes causés par des structures sociales patriarcales qui affectent les hommes et les femmes de différentes manières. En tant que chrétiens, devons-nous travailler sur les possibilités qui s'offrent aux hommes et aux femmes de résoudre ces problèmes en s'inspirant de la «révolution culturelle audacieuse» (LS, Nr. 114) à laquelle le pape François fait appel?

À propos de l'auteur:

Teresa Toldy, est docteur en théologie, spécialisée en théologie féministe. Elle a été présidente de l'Association portugaise des théologies féministes et ancienne vice-présidente de l'Association portugaise des études des femmes (2009-2014). Elle est membre du comité de rédaction international du journal «Religion & Gender» et membre du comité de rédaction du journal de la Société européenne des femmes en recherche théologique.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange