Journaux du Forum social mondial de Montréal - Partie I - CIDSE
Blog

Journaux du Forum Social Mondial à Montréal - partie I

Des mises à jour et des réflexions de collaborateurs de la CIDSE écrivant à Montréal, où de nombreuses idées et inspirations pour un monde meilleur sont générées et discutées au Forum social mondial.

 

Partie II des agendas CIDSE WSF2016 disponibles ici.

 

Lundi 8 Août: L'arrivée
Nous sommes arrivés à Montréal lundi soir et avons été accueillis par Développement et Paix, notre organisation membre canadienne. Nous étions heureux de rencontrer des locaux tout de suite! Lors de la réception de bienvenue, nous avons tous partagé notre enthousiasme à propos du forum sur le point de commencer. D'autres rassemblements avec Développement et Paix suivront au cours de la semaine à l'occasion de leur 50e anniversaire. Nous sommes impatients de célébrer leurs réalisations et leur longue histoire avec eux!

 

Mardi 9 Août: L'ouverture
WSF2015 ouverture marsMardi a commencé par une réunion informelle avec nos partenaires et membres. Ces réunions informelles sont devenues une tradition de la CIDSE au fil des ans. Grâce à ces réunions qui rassemblent des personnes très différentes mais partageant des causes communes, ces réunions ont le pouvoir de générer des idées novatrices et de susciter des réactions constructives sur notre travail, tout en nous offrant la possibilité de nouer des contacts avec des personnes sur le terrain, un moment de solidarité en témoignant de leurs luttes. Et cette fois, nos attentes n’ont pas été déçues! Des suggestions ont été avancées sur les défis de la mesure des impacts, les partenaires se demandant même si un impact réel est réellement mesurable. Le changement systémique, comme cela a été souligné dans la conversation, devrait être au cœur du changement que nous souhaitons voir. Par conséquent, nous ne devrions pas nous limiter aux impacts que nous pouvons constater au niveau local, mais toujours regarder dans son ensemble. La nécessité de raconter «l'autre histoire» et le rôle que nous devrions jouer pour contrer le discours dominant des médias concernant l'agriculture, le changement climatique, l'extractivisme, par exemple, ont également été évoqués, en tant que facteur clé d'un changement réel.

Dans l'après-midi, nous avons défilé dans les rues de Montréal avec des représentants de diverses organisations, des mouvements populaires et de nombreux habitants pour ouvrir officiellement le Forum social mondial. Nous avons particulièrement apprécié le temps passé avec la délégation des jeunes de Développement et Paix, avec qui nous avons marché ensemble pendant une longue partie de la marche et chanté pour la justice et la solidarité. De nombreuses personnes qui ont assisté aux éditions précédentes du Forum social mondial ont estimé que cette marche était moins encombrée et moins bruyante que d'habitude. Pourtant, nous nous sommes sentis motivés à faire partie de la foule et prêts à plonger dans les nombreux ateliers qui débutent le lendemain.

 

Mercredi 10 Août: partage et apprentissage
Mercredi, la plupart des activités ont commencé et nous avons tous profité autant que possible du programme intense pour co-organiser un atelier sur Laudato Si ', mais aussi pour participer à d'autres ateliers consacrés à l'extractivisme, au changement climatique et au futur du Forum social mondial. .

WSF2016 laudatosiLaudato Si '
L'événement "Laudato Si ', un appel au changement», Co-organisé par Développement & Paix, CIDSE et Franciscans International, a démontré la puissance du Forum Social Mondial en tant qu'espace pour rassembler la sagesse, l'apprentissage et les enseignements de différentes luttes. Ces luttes se rejoignent dans une vision de la vie humaine comme partie de la terre. C'est aussi la vision de Laudato Si '. Grâce à Laudato Si ', cette vision est devenue largement reconnue. Avec nos modes de vie basés sur un système capitaliste et extractiviste, notre perception de ceux qui ne partagent pas nos modes de vie vivant en marge de notre modèle économique comme étant «alternatifs» est erronée. Nous devons reconnaître que nous sommes ceux qui ont besoin de changer - de redécouvrir notre place sur la terre. Nous devons apprendre à «écouter le riz pousser» comme on dit au Laos. Cela nécessite de chérir et de renforcer les traits féminins d'écoute, d'apprentissage, de faire partie de quelque chose comme cela se produit plutôt que de faire bouger les choses. Cela nécessite une contre-logique à celle qui a prévalu tout au long de l'histoire du colonialisme, de l'évangélisation et de la civilisation. (Enregistrement disponible ici.)

Comité environnemental de WSF2016Changement climatique
L'atelier «Changement climatique: crise ou effondrement?» a été organisée par l'Espace climat, une section du FSM traditionnellement dédiée aux questions liées au climat. Les panélistes étaient tous alignés sur un fait dramatique: il n'y a aucun doute à ce sujet, nous pouvons identifier suffisamment de symptômes indiquant que nous sommes confrontés à un effondrement climatique. Prendre conscience de cela implique un changement radical dans le calendrier que nous utilisons: une crise (un mot qui était plus communément associé au climat) pouvait durer 250 ans et être encore «gérable» (et certains panélistes et participants faisaient référence au capitalisme comme exemple d'une crise de longue durée). Mais l'effondrement signifie que nous pourrions avoir juste 10, 15 ou 20 ans au mieux devant nous. Et ça change vraiment la donne: stratégies, objectifs, espace que nous investissons, recommandations que nous faisons… changer juste un mot changerait radicalement nos perspectives et la façon dont nous voyons les questions difficiles: pouvons-nous imaginer que dans les 10 ou 15 prochaines années, un document de l'ONU ou les gouvernements parviendront-ils à empêcher l'effondrement? Pouvons-nous, en tant qu'organisations de la société civile et mouvements sociaux, empêcher l'effondrement ou ne pourrons-nous influencer que la manière dont l'effondrement sera «pris en charge» ou géré par nos sociétés?

L'extractivisme
L'espace d'extraction du FSM «Les peuples et la planète avant le profit: sortir du libre-échange et de l'extractivisme pour démanteler le pouvoir des entreprises» est soutenu par la CIDSE auprès de nombreuses organisations. L'espace aborde les trois questions interdépendantes de l'extractivisme, les accords de libre-échange et le pouvoir des sociétés transnationales. La complexité du problème est reconnue en abordant également les problèmes interdépendants d'égalité des sexes, de militarisation, de démocratie, de consentement des communautés et de modèles de production et de consommation. La fille de la militante autochtone assassinée, Berta Caceres, a fait une intervention particulièrement émouvante. Elle a souligné la pression constante exercée sur les défenseurs des droits de l'homme. Mais même face aux multinationales, les communautés ont toujours la capacité de vivre selon leur mode de vie traditionnel, inventant de nouvelles alternatives pour une vie meilleure pour tous. Tous les participants présents dans la salle ont convenu que ces types d’alternatives positives doivent être mieux présentés et interconnectés.

WSF2016 side event nos rivières montagnes ne sont pas à vendreDans l'atelier "Nos rivières et nos montagnes ne sont pas à vendre: les communautés luttent pour la justice écologique”Il a été souligné que le mode de vie occidental a engendré une dette écologique importante qui doit être reconnue. La colonisation se poursuit par l'appropriation illégitime de territoires. Les programmes REDD + sont le dernier exemple de la marchandisation en cours de la nature. Comme l'a observé Isaac Asume de Social Action Nigeria «Les systèmes scandaleux d'échange de droits d'émission de carbone tentent d'imposer la responsabilité des émissions résultant des modes de vie occidentaux aux communautés isolées qui n'ont pas participé au réchauffement planétaire».

Il a été souligné que l'extractivisme est une impasse et nous devons nous recentrer sur des réponses positives alternatives. L’économie circulaire ne pourrait être qu’un des nombreux moyens d’aller de l’avant. Bien que nous ayons besoin de renoncer à beaucoup de choses matérielles dans notre vie, nous devrions récupérer dans d'autres domaines, tels que notre vie spirituelle. Ces questions renforcent la nécessité de préconiser un changement de mode de vie, thème de la campagne de la CIDSE sur les modes de vie (Changer pour la planète, prendre soin des gens) qui prône des changements de mode de vie à travers des actions concrètes liées à la consommation d’énergie et de nourriture ou au transport.

Dans l'atelier «Alternatives systémiques sur les sociétés post-extractivistes» consacré aux alternatives à l'extractivisme, la discussion a tourné autour d'un problème clé: le développement économique a besoin de croissance et pour la croissance, nous avons besoin d'extractisme. Indépendamment de l'idéologie, la volonté de l'État de conserver le pouvoir - même s'il le fait par le biais de politiques populaires telles que le financement de programmes de santé et d'éducation - est soutenue par l'extractivisme. Ceci malgré les preuves (démontrées par les crises actuelles des pays exportateurs de ressources) que le modèle extractiviste est insoutenable. Combattre l'extractivisme est complexe. Il s'agit d'adresser le pouvoir. La démocratisation est tout aussi essentielle que la mise en place d’un État fort et robuste, au service des citoyens, en défendant et en défendant leurs droits. Il a été dit qu'il était essentiel de créer des mouvements sociaux forts et indépendants, en tant que contre-pouvoir de l'État, suffisamment puissants pour faire prévaloir les alternatives.

WSF2016 marsForum social sur l'avenir du monde
Les discussions ont porté sur le fait qu'il s'agit du premier Forum social mondial à être organisé par un pays du Nord et organisé par un comité organisateur canadien composé principalement de jeunes. Certains pensent que ce changement souligne la responsabilité que doivent assumer les citoyens des pays du Nord: une responsabilité d'accélération, de sortir de la zone de confort, de modifier nos comportements de consommation et de prendre des positions politiques plus fortes, tout en tirant également des enseignements d'activistes en Afrique et en Asie. ou l’Amérique latine au front tous les jours pour lutter contre un système dont nous faisons tous partie.
Les activistes de différents pays reconnaissent l'importance de protéger les espaces où la société civile pourrait élaborer des stratégies, échanger et rechercher des synergies, alors que partout dans le monde, et en particulier en Amérique latine et en Asie, les espaces de la société civile se réduisent et que les militants des droits de l'homme sont persécutés. Beaucoup pensent donc que le forum devrait rester un «carré sans propriétaires», un festival d’initiatives, mais également pertinent pour le monde extérieur et contribuer à faire prospérer et renforcer les initiatives menées par les citoyens. Parmi les éléments clés mis en évidence pour l’avenir du forum figurent l’engagement des jeunes dans des rôles de premier plan, un effort engagé pour créer des espaces nationaux et régionaux susceptibles d’alimenter le forum mondial en créant un climat de collaboration permettant d’inclure et de garantir la création de nouveaux mouvements. l'espace pour être protagoniste et apporter leurs contributions, pour renforcer le rôle du forum pour être pertinent pour le contexte politique. Les fondateurs du forum de Porto Alegre nous ont appelés aujourd'hui pour défendre un espace où nous devrions placer la coopération au centre au lieu de la concurrence et pour nous rendre compte qu'il n'y a pas d'organisation ou de mouvement qui seul peut avoir «la» stratégie pour combattre un si grand et puissant ennemi: le système dans lequel nous vivons.

 

Mercredi a été un bon point d'entrée pour le Forum social mondial: échanger, partager, réfléchir et apprendre les uns des autres sur les stratégies, les relations et les activités qui pourraient contribuer à la construction et à la transition vers un autre monde - ce qui est à la fois nécessaire et possible comme le slogan du Réclamations du Forum social mondial. Il s'agit simplement d'identifier, de sélectionner, de nourrir des graines de changement que chacun de nous devra ramener dans ses propres organisations tout en s'assurant que ces graines ne pourrissent pas quelque part oubliées dans un placard mais qu'elles alimentent nos activités et stratégies de réflexion quotidiennes et Continuez à nous défier.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange