Déclaration de la CIDSE et de ses alliés à l'IGWG - CIDSE
© Brad Reddick

Déclaration de la CIDSE et de ses alliés à l'IGWG

© Brad Reddick

Déclaration orale Par CIDSE (famille internationale d'organisations de justice sociale catholiques), FIDH (Fédération internationale des droits de l'homme), FoEE (Amis de la Terre Europe), IBFAN-GIFA (Réseau international d'action pour l'alimentation infantile), SOMO (Centre de recherche sur les multinationales) Sociétés) au groupe de travail intergouvernemental à composition non limitée sur les sociétés transnationales et autres entreprises du secteur des droits de l'homme

Déclaration adressée à 24 octobre 2016.

Panel I: Aperçu des impacts sociaux, économiques et environnementaux liés aux sociétés transnationales et aux droits de l'homme, ainsi que de leurs défis juridiques.

Merci Monsieur le Président,

La FIDH, IBFAN CIDSE, SOMO et FoEE, membres de l’Alliance des Traités, sont fermement convaincues que un instrument juridiquement contraignant ne doit pas être conçu comme un instrument isolé - il doit aborder les problèmes juridiques et les conflits potentiels qui résultent d'autres régimes juridiques, tels que ceux créés par les accords de commerce et d'investissement.

Les critiques dénonçant les effets préjudiciables des accords de commerce et d'investissement sur les droits de l'homme ne cessent de croître et plusieurs propositions visant à les résoudre n'ont pas suffisamment répondu aux défis critiques en matière de droits de l'homme.

Le traité devrait aborder les défis suivants, à savoir:
• Les accords sur le commerce et l'investissement obligent les États à adopter des mesures susceptibles de porter atteinte aux droits de l'homme, d'entraver leur capacité à protéger ces droits ou de les empêcher de contrôler des parties prenantes privées.
• Les accords d’investissement sont utilisés par les investisseurs pour protéger les investissements, les activités et les licences qui violent et entravent les droits de l’homme reconnus en interne. Ils sont également utilisés pour éviter de payer des dommages et intérêts ordonnés par les tribunaux nationaux.
• Les accords de commerce et d'investissement deviennent un obstacle à la reconnaissance des obligations préexistantes en matière de droits de l'homme, subordonnant ainsi les droits de l'homme à la protection des investisseurs.

Le traité devrait garantir que le commerce et les investissements les traités n'empêchent pas les États de respecter leurs obligations préexistantes en matière de droits de l'homme, et ne fournissent pas les moyens aux entreprises d'échapper à leurs responsabilités. Cela devrait :
• Contenir une clause hiérarchique établissant la primauté du présent traité sur tout traité de commerce et d'investissement entre deux parties en cas de conflit.
• Réaffirmer la primauté des droits de l'homme, tels que garantis par les obligations préexistantes des États de respecter, protéger et réaliser les droits de l'homme à chaque étape de la négociation, de l'interprétation et du règlement des différends.
• combler les lacunes critiques dans le suivi et l'évaluation des impacts concrets des accords de commerce et d'investissement.
• Donner aux États et aux populations touchées les moyens de prévenir et de remédier aux effets préjudiciables de ces accords sur les droits de l’homme.

 

OralZstatementZFIDH_CISDE_FoEE_SOMO_IBAN-GIFA.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange