Les femmes des pays les plus pauvres manquent d'opportunités de leadership à l'ONU - CIDSE

Les femmes dans les pays les plus pauvres manquent d'opportunités de leadership à l'ONU

© ONU Femmes

Il y a un mois, un de mes amis - un professeur d'université - m'a dit que le sujet de l'égalité des sexes devrait être discuté d'une manière qui ne soit «pas menaçante pour les hommes». Ma réponse a été: «lorsque vous êtes habitué au privilège, l'égalité ressemble à une oppression».

NB: Les opinions exprimées dans ce blog ne reflètent pas nécessairement les positions officielles de la CIDSE.

Il y a quelques semaines, j'ai vu avec tristesse que les femmes ne réussissaient pas à obtenir le poste de haut niveau aux Nations Unies. Un collègue m'a dit que je ne devrais pas être déçu simplement à cause du sexe, car le «meilleur homme a gagné». J'ai été déçu justement à cause du sexe: les femmes peuvent faire le même travail que le meilleur homme du monde.

En fait, les femmes sont mieux classées dans 12 que dans les compétences 16 qui font partie d’un leadership exceptionnel.. Pourtant, ils sont visiblement absents des postes de direction.

La semaine dernière, je suis sorti d'une réunion à haut niveau où les hommes de 17 étaient en train de parler. Quand j'ai mis en doute l'absence de femmes, on m'a dit qu'il y a beaucoup de femmes qui se présentent lors de séances techniques, le déséquilibre n'apparaît que dans les plénières de haut niveau.

L'OIT rapporte que, dans 2015, les femmes représentaient moins de cinq pour cent des principaux postes de direction dans les entreprises multilatérales. Les femmes ont été trouvées en grand nombre dans les postes de bas niveau.

Le même scénario apparaît dans les négociations des Nations Unies sur les changements climatiques.

Je travaille avec Groupe des pays les moins avancés (PMA)- les 48 pays les plus pauvres du monde - aux négociations de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Les femmes des communautés les plus pauvres de ces pays sont parmi les plus touchées par les effets du changement climatique car elles dépendent des ressources sensibles au climat pour leurs moyens d'existence.

Dans les négociations sur le climat mondial, les PMA, qui représentent le segment le plus pauvre de la communauté internationale, se battent pour l'équité, la justice et l'égalité.

Bien que leurs priorités principales soient l’adaptation et la réduction de leurs vulnérabilités, le Groupe a récemment défendu un objectif plus ambitieux d’augmentation de la température maximale de 1.5˚C, en collaboration avec ses alliés, afin de garantir que Accord climatique Paris respecte le plus haut degré de rigueur juridique en droit international et s’est battu pour qu’il soit dynamique. Tous les PMA 48 ont soumis leur contributions prévues déterminées au niveau national à l'accord de Paris, beaucoup avec des objectifs quantifiables et inconditionnels de réduction des émissions, même si ceux-ci n’étaient pas requis par les PMA.

Au cours de la dernière décennie, leur leadership et leur approche prospective ont fait du Groupe des PMA une force de négociation puissante et une alliance progressiste dans les négociations de la CCNUCC. Pourtant, cette qualité de leadership n’est pas démontrée en ce qui concerne les préoccupations liées à l’égalité des sexes. Bien qu'ils reconnaissent que les femmes jouent un rôle crucial dans la lutte contre le changement climatique et que, même si l'inclusion des femmes aux postes de direction a permis d'améliorer les résultats, les femmes sont nettement absentes des postes de pouvoir et de prise de décision du Groupe.

Au cours de son année 15, le groupe n’a jamais eu de femme à la présidence du groupe.

Au cours des années 24 de la CCNUCC, seules trois femmes parmi les PMA ont occupé des postes de direction dans un organe subsidiaire ou constitué (i). Seuls les pays 11 sur 48 ont un point focal femme sur le changement climatique (ii). Les postes de coordination du groupe des PMA continuent de surpasser le nombre de femmes, avec deux femmes seulement à l'heure actuelle, par rapport aux hommes 20.

Les décisions délibérées de certains gouvernements d'inclure davantage de femmes dans leurs délégations ont amélioré dans une certaine mesure la participation des femmes. La participation des femmes dans la délégation du Malawi a augmenté régulièrement, passant de 12 à 34 pour cent depuis 2010. Pourtant, une fois nominées, peu de femmes atteignent les postes les plus élevés.

Il reste clairement beaucoup à faire pour que les femmes aient davantage d’occasions de jouer un rôle de premier plan sur la scène du climat des Nations Unies (et dans d’autres instances). Au niveau technique dans les négociations de la CCNUCC, le groupe des PMA a l’occasion de faire entendre sa voix et de se faire remarquer à travers le programme de travail de Lima sur le genre, qui doit être examiné à la COP22 de Marrakech. Cela vise à faire progresser les mandats en matière d'égalité des sexes dans tous les domaines des négociations sur le climat.

Les efforts doivent aller au-delà d’un simple programme de travail. Stella Gama, coordinatrice principale du Groupe des PMA sur l'égalité des sexes a proposé mettre en place un «Plan d'action pour l'égalité des sexes» qui identifie et met en œuvre les buts et objectifs en matière d'égalité des sexes, avec objectifs, suivi et ressources adéquates. Elle fait valoir que des mesures concrètes doivent être définies pour que toutes les parties puissent promouvoir l'égalité des sexes, non seulement en renforçant le leadership et la participation des femmes à la CCNUCC, mais également en élaborant et en appliquant des politiques et des programmes de lutte contre le changement climatique. En effet, alors que les parties négocient le règlement de l’Accord de Paris, il existe une possibilité supplémentaire de veiller à ce que l’égalité des sexes soit intégrée dans les mesures prises pour lutter contre les changements climatiques. L'Accord de Paris appelle les Parties à respecter, promouvoir et prendre en compte l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. Les PMA doivent veiller à ce que ce paragraphe du préambule ne soit pas ignoré.

Mais il est temps que les PMA agissent de manière plus proactive pour que les femmes occupent davantage de postes à responsabilité. Peut-être que le prochain président des PMA, nommé ce mois-ci, pourrait être une femme? Les hommes du groupe des PMA doivent également être plus proactifs. Après tout, comme le dit Stella, "ça doit être lui pour elle".

***

i: Margaret Sangarewe-Mukahanana, Zimbabwe, coprésidente du groupe de travail ad hoc sur l'action corporative à long terme, 2010, Madeleine Rose Douf-Saar, coprésidente du groupe de travail ad hoc sur le Protocole de Kyoto, 2012, Pepetua Latasi, Tuvalu, président du groupe d'experts des pays les moins avancés.

ii: Angola, Bhoutan (1 sur 3), Burundi, Kiribati (1 sur 2), Lesotho, Malawi (1 sur 2), Mozambique, Myanmar (1 sur 3), Rwanda (Sénégal). 2 sur 2 nommé), Tuvalu

À propos de l'auteur:

Achala Abeysinghe est un expert des questions juridiques dans les négociations internationales sur les changements climatiques. Elle est actuellement conseillère juridique et technique auprès du président du groupe des pays les moins avancés (PMA) pour le cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC).

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange