Nous pouvons faire une différence! - CIDSE

Nous pouvons faire une différence!

À peu près au même moment de l'année dernière, Molly McCaffrey s'est rendue à Paris avec CAFOD et a rencontré d'autres sympathisants d'organisations membres de la CIDSE. Lors d'un événement au Parlement, elle a réfléchi à l'impact du voyage à Paris sur sa propre vie. Leurs efforts, ainsi que ceux de milliers d’autres bénévoles, associations caritatives, organisations et négociateurs, ont abouti à l’accord historique sur le climat conclu entre les pays membres de 200 et conclu ce mois-ci. Alors que les pourparlers sur le climat se poursuivent cette semaine à Marrakech, il est important de se rappeler la leçon qu'elle a retenue dans son conseil: nous pouvons faire une différence.

 Molly McCaffrey est une jeune volontaire à CAFOD

J'ai eu le privilège d'être choisi comme l'un des volontaires de CAFOD qui s'est rendu à Paris. Je crois que tout se passe pour une raison et que cette opportunité était exactement l'expérience dont j'avais besoin.

Nous avons été mis au défi de rester positifs pendant les conversations. Nous avons rencontré des militants du monde entier, écouté des poèmes incroyablement émouvants et des récits de personnes personnellement désavantagées par les effets du changement climatique.

Les soirs où nous aurions le temps de nous calmer, mon esprit était lourd de doutes sur le fait que COP21 ne serait peut-être pas un succès. Mais il s’est passé deux choses au cours de cette semaine qui m'ont fait changer complètement d’avis.

La première semble simple et banale: lors d’un atelier, nous avons été encouragés à envoyer une carte postale indiquant au destinataire quelque chose que nous avions appris. Cela s'est produit après une session où nous nous sommes rappelé que de petits changements peuvent faire une différence énorme, comme réduire la consommation de viande, ne pas conduire, recycler, etc. Nous savions qu'il était facile de modifier certaines choses si nous devenions un peu plus conscients des conséquences de nos actes.
Dans la maison de mon université, nous sommes coupables d’avoir trop utilisé la machine à laver et de laisser le chauffage trop longtemps. J’ai donc envoyé ma carte postale à mes colocataires à Durham avec un message: Vous pouvez changer les choses.
Puis, à la fin du voyage, nous, en tant que groupe CAFOD (qui à ce stade-là se sentait plutôt comme une famille), avons uni nos efforts à des milliers d’autres à la Tour Eiffel. Nous avons créé des liens qui ne pouvaient être brisés - déplacer et chanter ensemble - en une seule et même entité puissante.

J'ai passé l'après-midi à filmer, enregistrer et photographier les moments, à les publier sur les médias sociaux. Juste cet après-midi-là, une deuxième vidéo 10 que j'ai postée sur Facebook avait plus de vues 800. J'ai reçu tellement de commentaires et de messages d'encouragement sur diverses plateformes de médias sociaux. Le plus mémorable était celui d'un garçon de mon lycée qui avait raconté qu'il se souvenait de moi comme son compagnon de lecture il y a cinq ans. Maintenant, j'étais dans le journal et je faisais «tout ça et ça l'a inspiré».

Peu de temps après, j'ai été nommé l'un des meilleurs étudiants 20 les plus influents de l'Université Durham et, après avoir voté, j'ai classé 10th au général. J'étais incroyablement décontenancée et consciente que mon voyage à Paris avec CAFOD avait touché un si grand nombre de personnes.

Paris a réintégré quelque chose que je pense déjà connaître au fond de moi, mais que j'avais laissé dériver. Je peux faire un changement.

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange